Blood Babes & Blades

Que vous ayez mis le doigt sur un grimoire précieux, que vous soyez vous même un ardent remplisseur de parchemin, installez vous dans l'un des poufs, prenez une tasse de thé, et discutez prose !
Vortex
Se prend pour un lutin torse nu
Messages : 205
Inscription : mer. févr. 07, 2007 4:57 am

Blood Babes & Blades

Messagepar Vortex » ven. mai 15, 2009 9:52 pm

Pour vos jolis yeux, mes petits vers de terre :mrgreen:

I. Andros

Quelques habitués buvaient tranquillement leur bière au pub du « Grillon ivre », lorsqu’un homme mince fit son apparition dans l’embrasure de la porte. Son regard machiavélique jaugea aussitôt la pièce à la recherche de visages inconnus, un sourire accroché à son faciès de renard. Le barman, un petit homme nerveux qui savait faire une multitude de choses à la fois, tiqua dès qu’il l’aperçu. La venue d’Andros Staris était souvent synonyme de dégât…
- Bien le bonjour Andros, lança l’assistant du barman, un homme aussi calme que massif, tout en lavant le fond d’une chope.
L’épéiste sourit de plus belle. Il n’y avait aucun homme digne de croiser le fer avec lui aujourd’hui. Aucun qui ne connaisse son nom ; il était pour ainsi dire un héro local, si ce n’est qu’il était réputé et respecté pour son incorrigible fourberie. Le dueliste lissa sa barbichette et ricana pour lui-même. Un jour, tout le monde connaîtrait son nom…
Les hautes bottes d’escrimeurs claquèrent contre le sol de l’établissement, alors qu’Andros s’avançait vers le bar pour prendre sa commande.
- 2 bières s’il te plaît, Mano.
Il jeta une pièce d’or sur le comptoir – ce serait amplement suffisant pour payer ses consommations de la journée. Il enleva son large chapeau blanc et pourpre et jeta un vif regard derrière lui. Il prit note que la serveuse était jolie, et s’empressa d’aller lui porter l’une de ses bières, sous le regard désapprobateur de Mano et du barman. Andros avait l’habitude de tomber tout ce qui bougeait, et devait souvent régler des comptes du bout de l’épée avec les maris frustrés. Cela lui convenait parfaitement : il lâchait rarement la garde de sa fidèle finelame. Elle lui avait coûté les yeux de la tête, soit presque 2000 pièces d’or. Elle ne l’avait jamais trahie.

Andros était dans la mi-vingtaine, les cheveux noirs de jais lui bouclant sur les épaules. Une longue plume surplombait son couvre-chef, et le col entrouvert de sa chemise laissait apercevoir une légère cotte de mailles. De plus – et c’est le plus important – tout cet apparat lui donnait un air incroyablement chic et assuré. Son apparence incommodait généralement les nobles, et il n’hésitait guère à les faire se sentir le plus misérable possible. Pour lui, le charme et l’insulte étaient de secondes natures. Il ne s’était pourtant que très rarement aventuré loin de son petit village, sauf pour ramasser de l’argent dans quelques duels par ci et par là. Dans une certaine mesure, il évitait les problèmes ; au sud se trouvait l’Ordre saint du dieu de la justice et de la vengeance, Ya-ahk-met, où les renégats de son espèce étaient rapidement envoyés à la potence, et au nord, tout près de son Shar natal, l’Empire de Thay ne faisait pas bon ménage avec les Shariens, qu’il traitait comme de la vermine. Il avait tué quelque uns de leurs gardes, une fois ou deux, en règlement de compte fait proprement durant la nuit, ou lorsque ceux-ci avaient une goutte d’alcool de trop dans le corps. Cependant, il devait rester sur ses gardes, car il n’avait que deux vrais amis sur qui compter. Le premier était sa finelame, une pièce rarissime, légère et dont il ne fallait pas même effleurer le fil. Le second était le jeune sorcier et voyou connu sous le nom de Kelemvor Dantreri.


II. Kelemvor

Le jeune homme de 19 ans descendait tranquillement la colline où il avait vécu depuis sa tendre enfance. Bercé dans les bras d’une mère extravagante, sorcière dont lui même ne connaissait pas l’âge, et fils d’un père aventurier qui n’avait séjourné là qu’un seul jour, Kelemvor était une garçon à l’esprit vif et à la langue adroite. Enfant touche-à-tout, fin bluffeur, apprenti enchanteur et illusionniste, il était doté d’une bonté de cœur qui n’était ombragée que par sa déconcertante facilité à manipuler le genre humain. Les cheveux en brosse et les traits gracieux redoublé d’une barbe pointue « de marchand », il savait aussi bien se démarquer que passer totalement inaperçu. N’ayant jamais vu le monde, Kelemvor était voué à une vie d’aventure, tel son père disparu des lustres de cela…

C’est à peine si les gens le reconnurent lorsqu’il entra dans le village au pied de la colline. L’attention était plutôt attirée par son compagnon de toujours, l’exubérant épéiste du nom d’Andros. Il était surtout connu pour son affiliation avec l’escrimeur, et pour les rumeurs voulant qu’il soit le fils de l’étrange sorcière habitant la colline. De toute manière, tous appréciaient son charisme et son humour. D’autant plus qu’il était l’un des rares à pouvoir calmer les envies bagarreuses de son ami. Kelemvor avança donc, une magnifique canne à la main, jusqu’à la taverne où il trouverait sûrement ce dernier. Le barman lui apprit toutefois en pleurnichant qu’il était partie se prendre une chambre avec sa seule serveuse, ce à quoi Kelemvor soupira quelques excuses et lui jeta une pièce d’or. À peine tournait-il les talons et fît-il un pas dehors que la voix d’Andros parvint à lui. Le gredin finissait de reboutonner sa chemise, adossé confortablement contre le mur de l’humble établissement.
- Sois sur tes gardes mon ami, on dirait que nous avons de la visite…


III. Escarmouche

En effet, six hommes en clibanon* (armures faite de bandes de métal) sur vêtements rouges arrivaient, l’air supérieur et la mine vorace. Cette attitude, on la retrouvait chez presque tous les membres de la puissante armée thayenne. À Thay, la morale était une faiblesse et le vice synonyme de gloire. Ces hommes n’iraient pas en douceur, pas avec un vulgaire village paysan du Shar qui n’avait même pas les moyens de se payer plus d’une demi-douzaine de gardes. Andros s’alluma une cigarette – il avait prit l’habitude de rouler son tabac plutôt que de le fumer à la pipe – et observa calmement la scène. Un thayen avait eu tôt fait de renverser un établi, pendant que deux autres essayaient de draguer une pauvre couturière. Elle n’était pas assez jolie, pensa Andros. Pas assez pour qu’il vole tout de suite à son secours. Ces hommes étaient seulement de passage. D’ailleurs, il y avait de quoi se demander ce qu’ils foutaient à aller dans cette direction. L’église de Ya-ahk-met n’allait certainement pas les accueillir chaleureusement… Kelemvor observait, attentif. Un peu trop même, car les thayens n’aimaient pas que les misérables shariens n’osent les regarder. Toutes les raisons étaient bonnes pour commencer une bagarre…
- Hey ! Qu’est-ce que c’est, ça ? demanda un thayen, curieux, en désignant la clope d’Andros.
- C’est du tabac. T’en veux une ?
Le thayen ricana. Il ne pouvait refuser une si belle offre… Andros sortie son briquet, et l’alluma en faisant jouer l’outil doré entre ses doigts. Aspirant une longue bouffée, le thayen passa tout près de s’étouffer alors qu’un peu plus loin un autre commençait à s’approcher de Kelemvor.
- T’es un petit comique toi… Tu as d’autres tours de magie comme ça ? ricana le thayen, impressionné.
- Ouais attends, t’as qu’à regarder le trou, juste là.
Andros venait de dégainer son pistolet, et comme de fait le thayen jeta un regard incrédule sur le trou béant de cet instrument inconnu. Le coup retentit violemment, et les cinq autres se retournèrent pour voir s’écrouler leur compagnon dont le visage avait complètement explosé.
- Salaud ! lancèrent-ils, se précipitant vers lui.
C’est à ce moment que Kelemvor en profita pour faire valoir ses talents. Il entonna quelques paroles incompréhensibles, sur lesquelles une vague de force déferla de sa main et assomma deux assaillants.
- Merdeux !
Le plus proche thayen avait déjà dégainé son arme et allait frapper le jeune homme, qui fit apparaître en un clin d’œil la lame camouflée dans sa canne pour parer de justesse. Un sourire narquois illuminait le regard d’Andros. D’un geste habile, il envoya valser sa cigarette directement dans l’œil d’un thayen en pleine charge. Sa courte cape pourpre voleta au vent alors qu’il esquiva les attaques maladroites de ses deux adversaires. L’un d’eux s’écroula au sol, une fine encoche au niveau de la gorge.
- Trop lents. souffla Andros, alors que derrière lui l’autre thayen était baigné de sueur, terrorisé. Il avait foncé tout droit dans le mur, une fine coulisse de sang coulant dorénavant de son crâne sur son visage éborgné. Bon ! Je suppose que c’est inutile que je te laisse une chance ! ricana encore Staris en dégainant une longue dague effilée. Maintenant que j’ai mes deux armes, tu n’as plus la moindre chance de me toucher…
Pendant ce temps, Kelemvor avait tout le mal du monde à se défendre contre son assaillant. Bloquant de peine et de misère, c’est à peine s’il arrivait à rendre les coups à cet adversaire plus grand et plus fort que lui.
- Vas-tu crever bordel ! lui hurlait l’autre.
Profitant du fait qu’il ai baissé sa garde, Kelemvor lui infligea une fine blessure à la cuisse. L’autre ne se rendit compte qu’une seconde plus tard que la lame était enduite d’un poison virulent. Il n’en fallut pas longtemps pour qu’il s’écroule, paralysé. Le jeune homme était sale, il avait dû faire quelques roulades pour éviter le pire. Il avait failli se prendre la botte de fer du soldat en plein dans les dents. Aussi n’eut-il aucun remord à achever les blessés.
- Alors, tu te lances ? nargua Andros au dernier homme debout, alors que Kelemvor et quelques habitants massacraient ses compagnons assommés.
- Haaaaaa vous êtes que des malades ! hurla-t-il en commençant à courir dans le sens inverse.
- Pfffft ! Idiot…
Andros rangea sa dague et sa rapière, dégaina son pistolet, prit quelques secondes pour viser, et descendit le fuyard avant qu’il n’atteigne les bois. Il souffla la fumée qui s’en échappa alors, observa la couturière estomaquée et lança, macho ;
- Ça t’as plu hein ?...


LEAVE COMMENTS PLEASE
Yohko
Invoque une méthode de classe
Messages : 2327
Inscription : ven. mars 28, 2008 3:36 pm

Re: Blood Babes & Blades

Messagepar Yohko » mar. mai 19, 2009 8:46 pm

Not bad at all !
Ca fait un peu "manga" comme style ( je veux dire au niveau mise en scène et action ), quelques petites fautes par-ci par-là mais c'est frais et agréable à lire.
On attendrait une suite et une intrigue bien ficelée ! :mrgreen:
"We are the Dark Knights for justice. Because as children we were nursed on the milk of justice, and as we grew up we acquired a taste for justice. Now as we get older we once again desire the taste of justice... but we cannot find the milk! So we go to Starbucks! And we get a coffee! But it's not the same thing! IT SUCKS! WHY DID I ORDER THIS!? IT'S TERRIBLE! And now you all understand what our mission is. And. What. We. Must. Do."
— Lelouch/One, Code MENT
Lion
Rugit tranquillement
Messages : 1690
Inscription : mar. déc. 25, 2007 10:40 pm

Re: Blood Babes & Blades

Messagepar Lion » mer. mai 20, 2009 9:03 am

Certes.
Cœur, Courage, Vérité!

Revenir vers « Les conteurs d'histoires »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité