Bataille pour Deer'An'Deel

Que vous ayez mis le doigt sur un grimoire précieux, que vous soyez vous même un ardent remplisseur de parchemin, installez vous dans l'un des poufs, prenez une tasse de thé, et discutez prose !
Lion
Rugit tranquillement
Messages : 1690
Inscription : mar. déc. 25, 2007 10:40 pm

Bataille pour Deer'An'Deel

Messagepar Lion » lun. janv. 12, 2009 12:25 am

Bon je poste ça ici sur le conseil de notre tavernier :D

Il s'agit du récit d'une bataille (un extrait en tout cas, parce que la bataille entière a été très longue) qui a eu lieu dans une partie de JDR que j'ai meujeutée récement. J'en ai écrit un morceau pour le plaisir de mes joueurs adorés et parcequ'un PNJ particulièrement important (Vaillant de Golroth) y a malheureusement trouvé la mort.

Je ne sais pas trop quel interêt vous allez pouvoir y porter, mais j'avais envie de le partager avec vous. Bien sûr j'ai suivi les évènements joués, donc c'est pas de la grande littérature, mais c'était une belle bataille.

Pour vous repérer vite fait avec l'inconnu:


    Les PJ:

Baptiste: personnage joué par Julien (un pote). Natif de Dersal Caran. 29 ans. Ancien voleur, devenu assassin, charismatique, fondateur de la résistance, a des liens profonds avec Elaleas et Vaillant. Manchot depuis une blessure terrible.

Elaleas: personnage joué par Clément (un autre pote qu'est aussi pote avec le premier pote). Natif de Nefereen. 130 ans (a du sang elfe, ne vieillit pas au même rythme que les humains) Rôdeur taciturne, co-fondateur de la résistance, a des liens profonds avec Baptiste, Vaillant, et Epine (son blaireau.)

Jalina: personnage joué par Chloé. Native des pays du Nord. 27 ans. Non classée, grande femme de grande force, fait partie des "Elus", a des liens profonds avec Bobolle et Riton.

Riton: personnage joué par Kevin (frère de chloé). Natif de Nefereen. 36 ans. Mage entropique (magie "aléatoire"). A une brèche dans le cerveau depuis un empoisonnement, qui tend à s'ouvrir quand il abuse de magie. Il en est un peu soulagé depuis que les prêtres d'Ardeor lui ont imprimé le sceau d'Ardeor sur la nuque. Fait partie des "Elus", a des liens profonds avec Quinan et Jalina.

Quinan: Personnage joué par Maudaline (copine de Kevin). Native de Dersal Caran. 6 ans. Portail vivant depuis le plan "démoniaque", a des liens profonds avec Riton et Jalina.



    Les PNJ:

Vaillant De Golroth: Fils d'Ilean De Golroth, premier chevalier d'Ardeor, frère de Valeur De Golroth. A rencontré les PJ Baptiste et Elaleas durant sa carrière de soldat qui a suivi la mort de son père et de son frère dans des conditions douteuses. A offert sa vie au service d'Ardeor (à la suite de son père et de son frère) en échange des soins des prêtres d'Ardeor sur Baptiste blessé à mort. Est (à l'évidence) profondément lié à Baptiste et Elaleas.

Bobolle: sphère de matière inidentifiée, douée de conscience et de pouvoirs inconnus. Est profondément liée à Jalina.

Hildren Hagen
: Seigneur d'origine inconnue, régnant sur son domaine en Dersal Caran.

Erfel: Chef de la troupe de mercenaires appelés "les fous furieux d'Erfel"

Karkaroth: Général Démon que certains PJ ont déjà rencontré.

Le Soigneur: Soigneur mystérieux envoyé par les prêtres d'Ardeor à l'occasion de la bataille.


Les Barytons sont des bêtes démoniaques de la taille d'une vache, les Mariathal sont des espèces d'insectes de 2m50, à six tentacules terminées par des aiguillons empoisonnés, Les Hekraliths sont des espèces de dinosaures quadrupèdes de quatre mètres au garot en moyenne et dix mètres de long crachant le feu, les fouilleurs sont de petits démons haut de 40 cm dont le nombre croissant inflige une incapacité générale à se mouvoir, les "humanoïdes" sont des humanoïdes démons ^^. Les Ne'Emur sont des démons physiquement à cheval entre deux plans, intangibles dans cet état, dotés de grands pouvoirs. Les Ne'Ertari sont les "Seigneurs Démons", de grands cornus archétypiques (genre celui de "Legend").

Q
uand le récit commence, la bataille dure déjà depuis l' avant-veille. Cette bataille vise a défendre une position stratégique indispensable, juste avant Deer'An'Deel, la capitale de Dersal Caran, pays dans lequel se passe l'action. Les PJ ont rassemblés en deux jours une armée de fortune de 6000 hommes, citadins et mercenaires confondus, ils font face à environ 10 000 démons. La position est soutenue par deux tours de garde armées de balistes et catapultes.

Vaillant est parti trois jours auparavant dans le nord chercher de l'aide auprès des fidèles d'Edaïm, aussi appelés Daïmren, et a demandé de garder le front Nord libre en prévision de leur charge.

Des Orcs (plus proches de ceux de Warcraft que de ceux de Tolkien) participent aussi à la bataille, en tant qu'alliés de l'armée des PJs, notamment les orcs des falaises, que leurs chamanes rendent très résistant grâce à un sortilège qui semble les changer en pierre sans les gêner dans leurs mouvements.


Voilà, ce qui n'est pas précisé, c'est normalement ce qui n'a pas besoin de l'être, car les PJ n'en savaient pas plus au moment de jouer cette bataille. Cela dit, n'hésitez pas à me poser des question si certaines choses ne sont pas claires. Je vais séparer en plusieurs posts pour vous épargner le monstrueux pâté. Bonne lecture à ceux qui auront le courage de lire :roll:
Dernière édition par Lion le ven. janv. 16, 2009 10:03 am, édité 6 fois.
Cœur, Courage, Vérité!
Lion
Rugit tranquillement
Messages : 1690
Inscription : mar. déc. 25, 2007 10:40 pm

Re: Bataille pour Deer'An'Deel

Messagepar Lion » lun. janv. 12, 2009 12:37 am

La bataille faisait rage depuis plusieurs heures déjà. Le soleil était déjà haut, et la force des démons culminait sous la chaleur. La bataille de la veille n'avait été qu'une escarmouche, les armées infâmes avaient été prises de cours par la soudaine arrivée des renforts de Deer An'Deel, et l'échange avait rapidement pris fin.

Mais aujourd'hui l'ennemi mettait ses vraies forces en jeu. L'arrivée des barytons absents des deux premiers jours de combat avait semé la terreur parmi les troupes improvisées des citadins. Ces créatures dégageaient quelquechose d' abominable. Tout en eux semblait contre-nature, l'affreux petit visage cruel figé au bout de la grosse masse informe du cou trop large, la bouche démesurément grande, les six longues pattes antérieures trop proches et trop effilées pour l'énorme corps qu'elle portaient, leur contraste avec les postérieures courtaudes et épaisses. Les yeux minuscules, méchants et dénués de toute intelligence achevaient l'aspect terrible de ces monstres. Rien de tel n'aurait jamais dû se tenir sous le ciel.

Les orcs des falaises presque changés en pierre par les pouvoirs de leurs shamans tenaient bon. Ils ne semblaient pas connaître la peur ou la fatigue. S'il arrivait que l'un d'eux tombe, ce n'était pas par maladresse ou par couardise. Et sa mort était systématiquement vengée dans l'instant, à tout prix, et au dépit de toute évidence stratégique. La furie vengeresse, la haine séculaire qui habitait leurs coeurs, toute cette colère accumulée les poussaient toujours plus avant dans le combat, sans formation, sans tactique. Ils rugissaient, frappaient, mordaient, dans un désordre sauvage et incontrôlable.

Le seigneur Hagen avait été impressionné lors de leur arrivée par ces combattants hors pair. "Si l'on parvenait à les discipliner un peu, ils pourraient être invincibles, et redoutables au combat.", s'était-il dit. Mais il avait dû vite se rendre à la raison, rien ni personne ne pourrait jamais discipliner ces êtres noirs. Ils étaient à prendre tels qu'ils étaient. Des soldats sans cohésion, des champions sans unité. Des fous de guerre.

Ses propres troupes étaient irréprochables, il les faisait manoeuvrer tous les matins avant le combat, malgré le peu de repos que laissait la levée des corps du champ de bataille chaque soir, auquel il imposait la participation de chacun. "Je le leur aurais fait faire pour vous." Répondait-il simplement à ceux qui tentaient de protester à cette corvée. Mais il fallait aussi conserver un champ de bataille à peu près praticable pour les chevaux. Aucun homme n'a envie de faire une chute de cheval à cause d'un frère d'armes tombé, et de se retrouver nez à nez avec son corps décomposé, son visage tuméfié et vide... Il chassa de son esprit ces souvenirs enfouis depuis longtemps. Pas question qu'une ombre passe sur son visage. Tout le monde savait qu' Hildren Hagen était un homme de fer. Ses hommes combattaient avec bravoure pour ce Hagen de légende. Pour eux, il serait cet homme de fer jusqu'à la fin. Il leur devait bien ça. Et par tous les dieux, il n'avait pas dit son dernier mot! Il redressa la tête, sa barbe grise était pleine de sang. Lui et les siens n'étaient plus qu'une vingtaine.

Là-bas se tenait un troupeau de ces bêtes dont lui avait parlé le meneur de la résistance. Comment les avait-il appelés? Ils semaient une terreur sans nom parmi les troupes de leur armée de fortune. L'occasion de faire un exemple pour redonner un peu de courage à ces pauvres hères qui se battaient de tout leur coeur. Il fit un signe de la main, un seul, et ses cavaliers obliquèrent tous dans la direction qu'il leur indiquait. La petite unité se réorganisa à travers les combats, les vingt hommes et chevaux s'élançant d'un unique élan, souples et meurtriers. Hagen eut un sourire dur en observant ses hommes manoeuvrer au milieu du chaos de la bataille. Il était foutrement fier d'eux! Il eut un bref regard vers les hauteurs des monts du Nord. Le jeune De Golroth ne viendrait pas. Les fidèles d' Edaïm avait trahi le père, pourquoi se joindraient-ils au fils?

Puis il se retourna face au troupeau de bêtes immondes qu'ils chargeaient. Ces monstres avaient des allures terribles, et une cuirasse épaisse. Il resserra l'étau de fer de sa main sur la poignée de son épée, et se pencha sur son cheval. La fin n'était peut-être plus si lointaine, après-tout.
Cœur, Courage, Vérité!
Lion
Rugit tranquillement
Messages : 1690
Inscription : mar. déc. 25, 2007 10:40 pm

Re: Bataille pour Deer'An'Deel

Messagepar Lion » lun. janv. 12, 2009 12:39 am

Baptiste regardait les monts du Nord aussi souvent qu'il pouvait se le permettre. Vaillant n'arrivait toujours pas. Ici la bataille était nettement à leur désavantage. Les mercenaires qui se battaient par peur n'étaient guère plus efficaces que les pauvres habitants de Deer An'Deel qui faisaient face aux démons, armés pour la plupart de manches à balais, ou de fourches pour les plus chanceux.

Il sortit sa dague de la nuque du démon qu'il venait de mettre à terre. Un coup siffla dans son dos, mais il fit un pas de côté, et les griffes de l'assaillant ne trouvèrent que le vide. Tandis que le démon, isolé de son unité par le déplacement du combat, cherchaient vainement à retrouver la silhouette mince de sa proie, Baptiste faisait vélocement le tour . Rendu presque animal par les effets de sa drogue, il se glissa dans le dos son adversaire comme un courant d'air, et, silencieux, il enfonça la lame de sa dague entre ses cervicales d'un coup sec. Le corps inerte s'effondra comme une pierre. Et de deux.

L'air était si chargé de l'odeur du sang que son odorat exacerbé le mettait au martyr. C'était le sang des Caranois qui noyait la terre. Et lui se déplaçait comme une ombre, dans la poussière. Invisible aux yeux de tous. Pendant un instant de répit, il se tourna à nouveau vers les monts du Nord. Toujours pas de trace de Vaillant. Cette absence l'enrageait. Une atroce odeur de viande grillée se répandit. Il aperçut pendant un instant la grande forme d'un Hekralith qui crachait le feu sur un bataillon de citadins. La plupart, pris de panique, tentaient de fuir, et se faisaient massacrer. Mais que faisait donc Vaillant?! Toujours rien au nord. Il contacta Elaleas, dont il apercevait la silhouette surplombant les armées du haut du dos de la bête puante que Riton avait ramenée des marais. "Elaleas? Est-ce que tu vois quelquechose sur les mont du Nord?" Son contact mental était pressant.

Juché sur une proéminance rocheuse de la créature gigantesque, Elaleas invectivait les dix archers qu'il avait triés sur le volet pour venir se percher ici avec lui de tirer droit sur la foule de démons à leur pieds, afin de soulager la première ligne des mercenaires menés par Jalina. Mais la bête chargeait à toute vitesse, et ses foulées qui faisaient trembler la terre déstabilisaient leur visée. La plupart de leurs tirs se fichaient dans le sol, ou dans des corps déjà morts, quand ils ne manquaient pas de tuer l'un des mercenaires. Elaleas, au comble de l'exaspération, ne pouvait s'empêcher de les traiter d'incapables, tout en leur démontrant qu'on pouvait très bien faire mouche en tuant ceux des ennemis proches que la bête n'écrasaient pas. La raison de son amertume n'était en vérité pas tout entière dans la bataille, et ses compagnons de lien mental le savaient.

Epine avait disparu depuis la veille. Il avait beau essayer de se centrer sur la priorité du combat, une partie de son esprit restait toujours tendue vers elle, désespérément, et sa douleur nourrissait sa rancoeur. Son visage était plus sombre encore qu'à l'accoutumée, son regard, noir. Le trou qu'avait laissé son oreille arrachée la veille bourdonnait et le brûlait, et les doigts qu'il avait perdus mettaient à mal sa dextérité à l'arc. C'était une putain de sale journée.

Interpellé par Baptiste, il scruta un instant les sommets des monts du Nord. Il lui sembla d'abord ne rien distinguer. Mais après un instant de concentration, il aperçut une faible lueur. Bien qu'à peine visible, c'était une troupe de cavalerie qui entamait la descente vers la plaine. Un sourire traversant son humeur austère, il fit passer le message télépathique haut et fort: Vaillant arrivait.

Soudain, une secousse formidable prit le rocher sur lequel il se tenait tant bien que mal, et il faillit être jeté à bas de la créature. Concentré sur le lointain comme il l'était, il n'avait pas fait attention, et n'avait rien vu venir. Il se campa fermement sur ses jambes, prêt à faire face, cette fois. Il ne pouvait croire ce qui était en train de se passer...
Cœur, Courage, Vérité!
Lion
Rugit tranquillement
Messages : 1690
Inscription : mar. déc. 25, 2007 10:40 pm

Re: Bataille pour Deer'An'Deel

Messagepar Lion » lun. janv. 12, 2009 12:42 am

Ces maudits fouilleurs étaient un véritable fléau. Malgré sa grande taille, Jalina succombait peu à peu à l'assaut inexorable des petits démons. Bien qu'aucun d'eux n'eut pu avoir la moindre chance seul face à un être humain, le nombre leur conférait un avantage insurpassable. Non content de submerger leurs victimes par leur présence physique, quelque atroce magie semblait se mêler à leur nombre croissant, qui immobilisait tous ceux qui s'y trouvaient emprisonnés. Ainsi nul ne se battait même plus alors qu'il se faisait mettre en pièces, bouchée par bouchée.

En dépit de tout, et malgré sa cuisante leçon de la veille, l'étonnante femme du Nord s'était jetée à corps perdu dans la horde grouillante, fauchant dans la masse à larges coups d'épée circulaires. Aucune peur ne semblait pouvoir habiter ce grand corps tendu comme une voile dans le vent, ces yeux bleu d'océan. Cette vision d'une femme d'une autre contrée qui se battait à leurs côtés et défendait leurs terres aussi farouchement que s'il se fut agi de son enfant galvanisait les mercenaires. Même les plus timorés se sentaient le cœur gonflé par cette démonstration de courage, et se mettaient à brandir l'épée plus vaillamment.

Jalina s'était enfoncée presque jusqu'au coeur de la marée des fouilleurs, et ses coups se perdaient dans la multitude de ses ennemis. Petit à petit, elle cédait du terrain à leur escalade rampante, ne pouvant jamais tous les décrocher à la fois. L'un d'eux parvint à se hisser jusqu'à son épaule, et entreprit de lui dévorer l'oreille qu'un autre avait déjà déchirée la veille. Elle l'arracha de sa prise, et d'un geste rageur, le lança hors du cercle de combat où il se brisa un bras en tombant, et fut vite piétiné à mort par ses congénères. Mais déjà d'autres l'avaient remplacé.

Jalina luttait de toutes ses forces, mais elles les sentait qui déclinaient à mesure que le nombre des assaillant grandissait. Elle fut bientôt presque totalement immobilisée, mais elle refusait de se rendre. Elle donnait encore de faibles coups d'épées, arrachant par sa volonté des mouvement à son bras qu'elle ne sentait plus.

Mais les hommes qui la suivaient, aiguillonnés par son attitude, et refusant de laisser dire qu'un élu serait tombé par leur faute, avaient balayés la meute jusqu'à elle comme un orage, ne laissant derrière eux qu'un sillon de sang noir. Elle fut bientôt capable de se débattre à nouveau, et fit virevolter les derniers parasites qui s'accrochaient à ses bras avant de les empaler au sol de son épée et de leur cracher dessus.

La bête gigantesque de Riton arrivait à leur hauteur en courant, et Jalina savait qu'elle se dirigeait vers l'un des seigneurs démons. Pas question de laisser passer cette occasion, d'autant qu' Elaleas leur apprenait à l'instant que Vaillant arrivait. Elle s'élança tout à coup à toutes jambes, en hurlant à ses hommes de la suivre. L'air brûlait ses poumons, son manteau claquait sur ses jambes. En s'engouffrant sur ses pas, tous ne pouvaient s'empêcher d'éprouver de l'admiration pour cette femme, qui tenait tête à l'armée avec eux, face à face, pied à terre. Soudain l'impossible se produisit. Ceux qui ne furent pas assez rapides moururent écrasés, les autres s'écartèrent brusquement. Jalina eut à peine le temps de bondir de côté: la bête monstrueuse et invincible s'effondrait, son énorme masse ravageant tout sous son poids, broyant tout ce qui se trouvait sur son passage, toujours poussée en avant par son élan. La stupeur se mêlait à l'horreur sur les visages. Qu'avait-il pu arriver?
Cœur, Courage, Vérité!
Lion
Rugit tranquillement
Messages : 1690
Inscription : mar. déc. 25, 2007 10:40 pm

Re: Bataille pour Deer'An'Deel

Messagepar Lion » lun. janv. 12, 2009 12:44 am

Riton était grisé. La créature sur laquelle ils étaient montés n'avait pas son égale, nul ne pouvait prétendre avoir déjà vu ou même imaginé une telle chose. Mais il s'était assis là dans le marais, lui, il avait fait tomber la foudre, et il l'avait réveillée. Cette sombre entité du fond des âges avait quitté son sommeil millénaire parcequ'il l'y avait exhortée. La présence mentale gigantesque était comme un rocher auquel tous pouvaient s'accrocher solidement. L'excitation lui faisait presque oublier le caractère dramatique de la situation. Il en oubliait même le sceau apposé dans sa nuque. Ce sceau qui perdait un peu de sa vitalité à chaque fois qu' il usait de sa magie. Quinan passait souvent ses yeux dessus, en revanche, guettant les signes de faiblesse dans la lueur bleutée qui s'échappait entre les mèches de cheveux.

Ils étaient liés d'une façon que peu auraient pu comprendre. Bien sûr, Riton était souvent pour elle un grand-frère, un tuteur parfois brouillon. Mais dans le feu de l'action, tout ça n'existait plus. Plus de petite fille ignorante ni d'homme maladroit. Il ne restait que le mage et le portail, deux armes terribles contre les démons qui se complétaient, implacables. L'issue de la bataille dépendait en grande partie d'eux. Il fallait neutraliser les Ne'Emurs.

Tandis que Riton maintenait leur équilibre sur le dos de la créature des marais en train de charger par un léger effort magique, Quinan s'appliquait à délier les trois Ne'Emur qui encadraient le seigneur démon que Riton avait donné comme cible à leur monture. Tout le groupe lui prêtait sa force autant que chacun pouvait se le permettre.

Le monde bascula autour de Quinan, tandis qu'elle se plongeait totalement dans sa vision parallèle. Les formes disparurent, le fracas de la bataille, les cris, firent place à une lande éthérée où flottaient des milliers de flammes. Elle isola ses cibles: Les Ne'Emur. Ils étaient particulièrement facile à repérer, leur présence se situant aussi intensément sur les deux plans. Ils avaient tissé une toile entre eux, qui répercutait leurs énergies et leur permettait de les concentrer en une seule, servant aussi de protection au seigneur démon qu'ils encadraient. Leur influence ainsi décuplée réduisait à néant des dixaines de flammes bleues alentour. Les âmes des caranois.

Elle s' élança, de tout son esprit, et entreprit d'effilocher la toile. Mais la tâche était ardue, les filins qui la constituaient étaient enchevêtrés à l'extrême. Soudain, les Ne'Emur prirent conscience de son intrusion. Aussitôt, ils l'encerclèrent. Quinan tenta de s'extraire de leur emprise, mais les démons avaient réagi à une vitesse foudroyante. Le cercle se ferma vite sur elle, et la pression augmenta jusqu'à ce qu'elle cède. Elle avait perdu.
Cœur, Courage, Vérité!
Lion
Rugit tranquillement
Messages : 1690
Inscription : mar. déc. 25, 2007 10:40 pm

Re: Bataille pour Deer'An'Deel

Messagepar Lion » lun. janv. 12, 2009 12:46 am

Tout bascula à nouveau, Quinan voyait la bataille en formes et en apparences.
Un seul détail clochait: Elle faisait partie de ces formes qu'elle apercevait. Ou du moins son corps. Son corps trop maigre que Riton tenait dans ses bras. Ses lèvres remuaient. Sans doute essayait-il de lui dire quelquechose? Son visage semblait décomposé. Elle fut interloquée par ce détail. Qu'avait-il? Qu'avaient tous ces milliers de gens à s'agiter comme ça? On était pourtant bien. Elle voulu porter son doudou contre son cou. Sa main était vide. La panique pointa son nez. C'était impossible! Elle n'avait jamais lâché son doudou! Jamais! Il devait être dans sa main! Elle retrouva un peu de lucidité. Son doudou n'avait effectivement pas quitté sa main. Il y était même bien emprisonné, dans ses doigts crispés. Mais sa main était là, en bas. Au bout du bras que Riton serrait en secouant son corps, la bouche grande ouverte. Il devait crier. Mais bien sûr qu'il devait crier! La bataille! Les Ne'Emur! Ils avaient besoin d'elle! Elle tenta aussitôt de regagner le monde. Mais comment y parvenir? Alors qu'elle ignorait tout à fait comment procéder, par un prodigieux effort de concentration, elle se catapulta brutalement dans son corps.

Le tonerre des combats, le choc des armes, les secousses de la bête, la voix de Riton résonant dans ses oreilles, son visage juste devant le sien. Elle fut un instant étourdie par ce retour détonant. Riton avait un sourire hystérique. "Tu vas bien?" Elle acquiesça d'un signe de tête, et, presque instinctivement, replongea dans sa vision parallèle. Ces Ne'Emur l'avaient énervée. Elle se jeta sur eux par surprise, violement, mettant tout à sac dans le désordre, sans chercher tout de suite à obtenir un effet précis.

Rassuré par le retour de Quinan, Riton eut un soupir de soulagement, suivi d'un petit sourire quand il vit qu'elle retournait déjà combattre. Quelle fille extraordinaire! Bien qu'il gardât leur équilibre magique en place, il se tint à nouveau les mains aux deux arbres de part et d'autres. Il se préparait à ancrer les Ne'Emur dans la réalité dès que Quinan aurait défait leur lien, afin que tous puissent les frapper à mort. Il commença à rassembler ses énergies, mais en fermant les yeux, il aperçut quelque chose d'inquiétant. Abandonant sa concentration, il les rouvrit lentement, l'appréhension se peignant sur ses traits.

Quinan était devenu le cauchemard de ses ennemis. Insaisissable, elle bondissait de l'un à l'autre sans s'arrêter une seconde. Qu'ils tentent de l'atteindre par un moyen, elle s'échappait par un autre, gardant toujours une longueur d'avance, et toujours sans cesser de harceler leur toile énergétique. Ils opposaient une force terrifiante. Elle combattait par une agilité reptilienne. Elle trouvait les noeuds qui tenaient les énergies ensemble et les défaisaient les un après les autres, inexorable. Autour d'eux les flammes des Caranois avaient cessé de vasciller, les démons étaient tout entiers à leur combat contre Quinan. La lutte acharnée de trois ogres contre un feu follet qui leur glissait entre les doigts, dont l'issue semblait inévitable.

Riton était déconfit. La cohorte de Barytons qui les séparait encore du seigneur démon œuvrait visiblement de concert. Ils étaient tous en train de se dresser sur leurs pattes arrières, calmement, et pointaient leurs pattes effilées vers le haut. La créature lancée à pleine vitesse n'eut pas l'ombre d'une réaction quand Riton tenta de la contenir au dernier moment. Il bandait toute sa volonté pour essayer d'arrêter sa course, mais en vain. Comme une avalanche, elle plongea les Barytons dans l'ombre.

Riton avait un noeud dans les entrailles, glacé d'angoisse. Le temps ralentit pour lui, chaque seconde pesant de tout son poids. Ca ne pouvait pas arriver... Elle ne pouvait pas être vaincue... Pas sa bête du fond des âges! Un pressentiment phénoménal lui parcourut tout à coup l'échine. Le pire était sur le point d'arriver. Les yeux paniqués, il se retourna précipitamment, sa tête entrainant ses épaules puis son buste, et dans le même mouvement tomba à genoux contre Quinan qu'il enroba de ses bras. Les yeux fermés, les dents serrées, il amplifia de toutes ses forces sa pression magique qui les tenaient bien fermement sur le dos de la créature, si bien que l'air tremblait autour d'eux.

Quinan ouvrit les yeux en souriant. Elle venait de désunir les Ne'Emur, elle ne savait pas qu'à ce moment précis les Barytons propulsaient tous ensembles leurs pattes meurtrières dans le ventre de la colossale monture. Un tressaut inqualifiable souleva leurs pieds. La bête venait de mourir d'un coup, et amorçait une chute dévastatrice...
Cœur, Courage, Vérité!
Lion
Rugit tranquillement
Messages : 1690
Inscription : mar. déc. 25, 2007 10:40 pm

Re: Bataille pour Deer'An'Deel

Messagepar Lion » lun. janv. 12, 2009 12:49 am

(Le "chapitre" qui suit est un passage bonus, un petit cadeau de background pour mes joueurs adorés, dont ils ne savaient évidemment rien pendant la partie)

Sertharoth regardait avec satisfaction la grande créature s'effondrer. Ces Tun'Traal étaient un prodige de guerre. Leur apparence grotesque l'avait tout d'abord fait froncer. Comment des bêtes aussi ridicules pourraient être d'un quelconque secours? Il lui avait semblé évident que leurs pattes avant manquaient de puissance. Et il ne fallait pas longtemps pour s'apercevoir qu'ils étaient complètement stupides. Mais les ordres du grand Ertari ne souffraient aucune discussion. Il avait décrété que ces nouvelles expériences d'Azaron devraient faire partie de chaque invasion planaire à venir. Et aujourd'ui, même lui devait reconnaître qu'ils étaient un soutien exceptionnel. Il était dommage d'avoir dû tuer cette magnifique bête primo-planaire, mais elle avait tant fait de ravages la veille que sa mort était une belle avancée dans la bataille. Et puis, qui sait? Peut-être Azaron pourrait-il la récupérer.

Il se concentra sur les humains montés sur son dos tandis qu'ils arrivaient à sa hauteur. L'un d'eux correspondait à la description faite par Karkaroth. Sertharoth voyait effectivement en lui une grande force magique, mais son flux était si dispersé qu'elle ne représentait en rien une menace pour un Ne'Ertari. Sans-doute ne devait-il sa victoire sur le général qu'à un coup de chance. Tout le monde s'en serait bien passé. Karkaroth avait toujours été un général craint, pas seulement pour l'étendue de sa force et de son pouvoir, mais surtout pour ses accès de colère destructeurs. Mais depuis cet incident, il était devenu terrible. Personne n'osait plus prendre la parole en sa présence, et même le grand Ertari devait faire preuve de prudence. Au dépit de toute règle, Karkaroth s'était fait refaire une enveloppe extra-planaire sur le champ, et...

Ses pensées gelèrent tout à coup. Là, à côté de l'humain, se tenait un Ishur transplanaire. Voilà qui expliquait les forces faiblissantes de ses Ne'Emur! Mais par les cornes du grand Ertari, que faisait un Ishur aux côtés des humains? Il devait absolument en avertir les hautes sphères du plan d'origine. Sertharoth l'ignorait, mais son destin n'irait pas si loin. Alors qu'il commençait à se concentrer pour établir un contact, une énorme pierre de catapulte vint percuter son Hekralith de plein fouet. Les pattes et la cage thoracique défoncée, le monstre s'effondra. Faisant fi, Sertharoth s'extrait de sous la prodigieuse masse du corps de sa monture. Sa propre enveloppe avait subi peu de dommages. Il joignit à nouveau les mains au dessus de sa tête. Les dirigeants devaient savoir!

L'humain et l'Ishur, qui semblaient œuvrer ensembles, avaient ancré ses Ne'Emur dans leur plan, et ils devaient à présent se battre contre les humains qui les encerclaient. Le combat ne serait pas long, Sertharoth le savait. Sans leur stabilité bi-planaire, ils ne valaient pas grand chose. Il peinait à établir le contact, car sans ses Ne'Emur, il devait dévier les tirs de cet homme juché sur le gigantesque cadavre, juste derrière l'Ishur, et de cette femelle qui venait d'arriver sur les lieux. Elle était de belle taille, ne put-il s'empêcher de penser. Il n'aurait d'ordinaire pas dévié des tirs. Mais il y avait en eux quelquechose de puissant qui semblait s'ajouter à la -faible- volonté des tireurs.

Tout à coup il établit le contact avec le plan, et eut un instant d'inattention. Un instant de trop. Il regarda la grande humaine qui affichait un sourire féroce, sa flèche venait droit sur lui. Aucun humain ne pouvait le tuer. Mais il sentait à travers cette flèche toute la colère d'un roi elfe ancestral s'abattre sur lui, et sut que sa dernière heure avait sonné. Il grogna avec respect. Les elfes de l'ancien temps avaient été des adversaires redoutables. Sertharoth redressa fièrement la tête. Il était un Ne'Ertari. Un Seigneur de guerre.

Sa dernière pensée fut pour son domaine, il aurait voulu le voir une dernière fois. La flèche le transperça d'un coup.
Dernière édition par Lion le mar. août 03, 2010 8:58 pm, édité 2 fois.
Cœur, Courage, Vérité!
Lion
Rugit tranquillement
Messages : 1690
Inscription : mar. déc. 25, 2007 10:40 pm

Re: Bataille pour Deer'An'Deel

Messagepar Lion » lun. janv. 12, 2009 12:51 am

La déflagration mit à terre nombre d'esprits trop fragiles, et recouvrit un instant tout le champ de bataille. Bien que tous ne surent pas exactement quelle en était l'origine, chacun sut en son fort intérieur que quelquechose de grave venait de se produire. On put aussi noter une certaine marque d'hésitation chez les démons, pendant quelques instants. Vaillant eut un rire bref. Ses amis menaient la vie dure à l'armée ennemie. "Laissez-m'en un peu, j'arrive". Il aurait dû être avec eux dès les premiers instants. C'était sa place. Mais les prêtres avaient toujours pour lui d'autres plans, en plus de leurs remontrances. Ils l'avaient envoyé chercher les fidèles d'Edaïm. Ces lâches qui avaient valu la mort à son père par leur traîtrise. Ceux-là même qu'il tenait responsable du sort de son frère. Sans eux, rien de tout ça ne serait jamais arrivé. Valeur ne serait pas devenu ce symbole de honte et de déloyauté.

Il serait encore là, à lui expliquer que père n'était dur que par nécessité. Il lui ferait encore la leçon sur les vertus fondamentales, et Vaillant lui répondrait qu'il préférait ne pas trop penser à tout ça, ce qui le ferait éclater de rire. Ce rire brutal et clair qu'il aimait tant.

Il secoua la tête pour chasser ces pensées. Il sentait derrière lui peser le regard des cavaliers d'Edaïm. Il se redressa. Valeur le rappelait toujours à l'ordre quand il voutait le dos. Il l'attrapait par les épaules en le regardant dans les yeux: "Tu es un De Golroth. Tu peux être abattu, mais jamais brisé." Un De Golroth... Il s'était souvent demandé pourquoi son père avait appelé son cheval d'après le nom de la terre natale, lui qui n'exprimait jamais le moindre intérêt pour elle. C'était un cheval d'exception, même au sein de la race elfique. Sans doute le don le plus précieux que les prêtres aient fait à la famille. Il était dit que sa vie était liée aux De Golroth, et que jamais il n'aurait d'autre maître. Par un sinistre coup du sort, le cheval avait survécu à son cavalier. En dépit de cette sinistre succession, Vaillant était fier de monter un tel animal. Malgré son grand âge, Golroth en remontrait encore aux montures pourtant plus jeunes des fidèles d'Edaïm. Il gardait la tête de la phalange, les naseaux pulsant avec force l'air de ses poumons. C'était très bien. Il leur montrait, un peu, à ces prétentieux qui mettaient des robes blanches sur leurs chevaux gris.

Il les avait convaincu de le suivre. Contre toute attente, et malgré les doutes des prêtres, ils l'avaient suivi. Peut-être qu'un combat leur avait finalement paru digne d'intérêt, ou peut-être s'étaient-ils sentis honteux face au dernier héritier de la famille qui avait trouvé la ruine par leur faute. Toujours est-il qu'ils chevauchaient aujourd'hui pour une cause qui n'était pas la leur. Et le cœur de Vaillant se gonflait d'apporter ce secours au Caranois. Quels que puissent être leurs défauts, les Daïmren étaient de grands guerriers. Dersal Caran aurait peut-être sa chance d'inscrire dans l'histoire autre chose qu'une page de martyr.

Ils arrivaient à portée de charge. Des chevaux ordinaires auraient été épuisés par la longue cavalcade de la nuit, mais ceux-ci avaient encore de bonnes réserves. Les cavaliers leur firent prendre encore un peu de vitesse, les lançant au grand galop. Golroth allongea ses foulées, souplement. Sa course était si parfaite que Vaillant pouvait à peine sentir le choc de ses sabots heurtant le sol. Ils dévalaient les dernières centaines de mètres de la pente à toute vitesse, épées brandies.

Vaillant rajusta son heaume. Ce carcan que lui avaient donné les prêtres pour la bataille ne lui plaisait pas. Il aimait sentir le vent, et voir tout autour de lui... Que??!.... Là, combattant les démons, il aperçut des orcs. Ils avaient une étrange allure, certes, mais c'étaient des orcs! Diantre! Avait-il oublié de dire aux autres de garder le flanc Nord libre? Tout s'était passé trop vite, il ne se souvenait plus. Il fit de grands gestes aux cavaliers derrière lui pour que tous dévient leur course. La charge serait moins puissante, mais ces démons allaient tout de même la sentir passer. Contournant la zone de combat des orcs par l'Est, ils se rabattirent sur les arrières d'une escouade de Barytons où se mêlaient quelques Ne'Ekrul, ces démons humanoïdes qui formaient le gros des troupes ennemies.

Toujours au galop, la phalange des cavaliers commença-t-à se déployer le long de la masse compacte des démons. Au moment où Vaillant portait son premier coup d'épée, coupant un ennemi en deux dans la force de l'élan, une nouvelle déflagration couvrit le fracas de la charge.
Cœur, Courage, Vérité!
Lion
Rugit tranquillement
Messages : 1690
Inscription : mar. déc. 25, 2007 10:40 pm

Re: Bataille pour Deer'An'Deel

Messagepar Lion » lun. janv. 12, 2009 12:54 am

Elaleas plissait les yeux, la corde de son arc encore vibrante, un rictus satisfait déformait sa bouche. Encore un de moins. Très bien.

Sur le dos de la créature morte, Riton et Quinan se déchaînaient. Passée l'amertume profonde de Riton face à la perte de la créature, à eux deux, ils étaient venus à bout d'un nouveau groupe de Ne'Emur, permettant à Elaleas de tuer le seigneur démon. Dans la foulée, comme mue par un instinct hasardeux, Quinan tenta quelquechose d'inédit. Elle se concentra pour ôter la vie à un baryton. Comme aucun n'était discernable dans la cohorte qu'elle voyait au loin, elle frappa au hasard. Elle le vida instantanément, et il s'écroula, inerte.

Elle et Riton eurent ensuite un moment de répit. Du haut de leur promontoir déchu, ils pouvaient observer la bataille tout à loisir, nul n'osant s'approcher de la bête, même morte. Au sud, les fous furieux d'Erfel menaient un combat impitoyable sur plusieurs fronts, face à des fantassins, pris à revers par des barytons, et leurs rangs grouillant de fouilleurs. Mais c'étaient de farouches combattants, et chacun d'entre eux entraînait au moins vingt démons avec lui dans la mort. L'anéantissement du seigneur démon et de ses Ne'Emur sur ce front avait aussi redonné un peu d'ardeur aux citadins alentours, qui eurent un regain de combattivité, bien qu'ils tombassent par centaines. C'était un spectacle terrible. Le sol ne pouvait plus boire tout le sang que versaient les braves en défendant leur terre. De l'autre côté du champ de bataille les démons étaient mis à mal par l'étau que faisaient l'attaque récente des cavaliers de Vaillant et les orcs et les Caranois redoublant leurs efforts.

Mais un groupe d'élite persistait à semer la terreur et la mort. Un seigneur démon et ses trois Ne'Emur. Quinan ne réfléchit pas une seconde de plus, ses paupières se fermèrent, elle plongea dans le flot d'âmes vivantes et mortes qui tourbillonaient dans la plaine, et fondit sur les Ne'Emur comme un aigle. Mais ceux-là étaient diablement résistants. Elle comprit tout de suite que le combat allait être ardu, et ses forces commençaient à décliner. Mais la petite fille se donnait sans retenue, on ne lui avait pas montré d'autre façon de faire. Elle en viendrait à bout.

Elaleas tenta de viser le seigneur démon restant, mais c'était un tir trop long, même pour lui. Sans plus attendre, il sauta à bas de la créature morte. Il grimaça sous le choc de l'aterrissage, mais se releva aussitôt et partit, enjambant cadavres et mourants des deux camps, évitant les combats, en direction de sa cible.

Riton, attendant fébrilement que Quinan ait désuni les Ne'Emur, oeuvrait de toute sa magie à faire de Jalina une foudre de guerre. Aide qu'elle mettait à profit au bout de ses limites. Toujours sans considération aucune du danger, elle avançait dans la mêlée comme un ouragan, massacrant les ennemis qu'elle dominait de toute sa taille, esquivant comme par miracle les attaques qui auraient dû lui être fatales. Et à nouveau, les troupes étaient galvanisées par cet exemple, et tous autour d'elle se battaient plus sauvagement. Riton était presque guéri de sa perte. Au moins cela fonctionnait. Mais quand-même, sa bête du fond des âges...

Elaleas, perché sur une pile de cadavre en léger surplomb, tenta une visée. Mais les combats se déplaçaient trop vite, et c'était encore trop loin, il ne pouvait isoler le démon. Entre deux mouvements de masse, il aperçut Vaillant qui fendait un bataillon, seul, se dirigeant droit sur le seigneur démon. Il n'eut pas le temps d'en voir plus, la violence des combats entrainant toujours ses protagonistes en tous sens. En poussant un juron dans sa barbe, il repartit à travers la bataille. Il devait se rapprocher encore.
Cœur, Courage, Vérité!
Lion
Rugit tranquillement
Messages : 1690
Inscription : mar. déc. 25, 2007 10:40 pm

Re: Bataille pour Deer'An'Deel

Messagepar Lion » lun. janv. 12, 2009 12:57 am

Vaillant donnait de grands coups d'épée dans le tas. Des morceaux de têtes, des membres volaient. Il n'en avait cure. Il avait les yeux fixés sur le Ne'Ertari. Les prêtres lui avaient dit de ne pas essayer de se mesurer à ceux-là. Ils lui avaient dit que ce serait peine perdue. On allait bien voir ça! Si sa mère avait été là, elle aurait pu reconnaître la façon dont son petit cadet baissait légèrement la tête, signe que plus rien ne le ferait changer d'avis.

Baptiste se frayait un chemin parmi les combattants, assassinant au passage les démons qui avait le malheur de lui tourner le dos. Il voulait rejoindre Vaillant. Il l'avait trop attendu, et cette arrivée spectaculaire l'avait mis en joie. Malgré le feu des combats, il aurait voulu le prendre dans ses bras. Il l'aperçut soudain, et tous partageant le lien mental furent ébranlés par ce qu'il vit et le sentiment de panique qui l'envahit alors. Absorbé par son objectif, Vaillant ne voyait pas qu'une mariathal était dans son dos, et le prenait pour cible. Baptiste hurla à pleins poumons "VAILLANT! RETOURNE TOI!"

Entendant la voix de son ami qui l'appelait par dessus le vacarme ambiant, Vaillant tourna la tête le temps d'un battement de coeur, un sourire se dessinant sur ses lèvres quand il reconnut Baptiste, avant que l'avertissement ne lui fasse faire volte face, grâce à l'extraordinaire réactivité de Golroth. Il arrêta le dard qui allait se glisser sous son heaume d'un ample coup de bouclier précipité qui le désarçonna quelque peu. Déjà, la mariathal lançait une autre attaque fulgurante. En se déséquilibrant encore davantage, il parvint cependant à l'écarter du plat de l'épée, avant de trancher le dard qui arrivait par au dessus dans un même mouvement. Il suait abondament dans l'effort, et à travers la fente de visibilité de son heaume, il ne vit que le visage impavide de son assassin au moment où il lui enfonçait profondément un dard sous le bras d'épée levé, libérant en lui l'atroce poison. Vaillant vascilla sous l'effet de la piqûre, et glissa de sa selle, s'échouant lourdement à plat dos, le souffle coupé.

Le hurlement que poussa Baptiste lui déchira la gorge. Dans un bond prodigieux, prenant appui sur l'épaule d'un démon, il se jeta en l'air, et lança sa dague de toute la force de son bras vers le poitrail de la mariathal. Le coup était si puissant que la dague s'enfonça intégralement dans le monstre, la garde déchirant les chairs et brisant les os. La mariathal se tordit et se débattit un moment avant de mourir.

L'esprit de Jalina sursauta devant le spectacle de Vaillant terrassé. Elle demanda à Bobolle d'intervenir, d'extirper tout le venin du corps du chevalier. Mais même Bobolle fut impuissant face à l'affreux poison, qui se transformait déjà dans le corps de sa victime, se fondait en lui.

Baptiste était agenouillé près de Vaillant, qui semblait avoir perdu connaissance. Il fallait le sortir de là! Ce n'était pas d'un quidam qu'il s'agissait. Il s'agissait de Vaillant! Il cria à la ronde, pour qu'on l'aide à le charger sur un cheval. Ce fut inutile, Golroth s'était approché, et se mettait à terre près de son cavalier. S'aidant de la lame d'épée fixée à son bras mutilé comme levier, Baptiste le chargea sur son encolure, le cheval se redressa, et lui-même se hissa en selle, avant de le faire partir au galop, droit vers le camp, droit vers la tente de soins.


Ayant assisté à la scène par les yeux de Baptiste, et bien que n'étant pas aussi attaché à Vaillant que lui, Riton était enflammé de colère. Que ce soit par cet aflux nouveau d'énergie, ou simplement parceque sa persévérance était venue à bout de ses adversaires, Quinan finit à ce moment de désunir les Ne'Emur du groupe du Nord. Il était providentiel que ces trois-là furent les derniers, car elle se sentait à présent complètement vidée. L'artefact que lui avaient remis les prêtres lui permettait de mieux canaliser son pouvoir, et l'amplifiait, d'une certaine façon. Mais ses réserves d'énergie étaient celles d'une petite fille de six ans. Réserves qu'elle avait pillées sans économie ces derniers temps, et surtout aujourd'hui; Elle était épuisée. Riton avait lui aussi largement usé de magie en ce jour, et son sceau commençait à se ternir, mais il n'en faisait pas cas. Tout entier à l'action, il ne savait même pas où il pouvait bien en être de ses forces. Dès l'instant où Quinan confirma avoir désuni les Ne'Emur, il déclencha son ire. Echappant à toute convention, toute logique, toute raison, il fit ce que nul ne savait possible. Il ne devait jamais lui-même savoir ce qu'il avait fait à ce moment là. Sa magie déferla , brute, sans aucune forme imposée, comme une vague, un raz de marée d'énergie, ne laissant pas aux Ne'Emur l'ombre d'une chance de se protéger. Ils furent pulvérisés par cette furie dévastatrice comme un tas de poussière dans une tempête.

Au même moment, Elaleas arrivait sur les lieux. Il aperçut au loin Baptiste qui s'éloignait avec Vaillant. Sa mine était grave. Sa colère devenue froide, canalisée, ses mouvements étaient posés, quand il banda lentement son arc, encoché d'une flèche à pointe de pierre, son bras de tremblait pas. Il visa longuement le milieu de la poitrine de sa cible. Le seigneur démon, ébranlé par la fin brutale de ses Ne'Emur et la vague de magie qui en était la cause, n'eut que le temps de croiser son regard chargé de haine. Au moment de lâcher la corde, Elaleas dit à voix basse, le meurtre dans l'âme: "Ça c'est pour Vaillant... VINDICTE!" Nul homme ou démon n'eut pu détourner cette flèche de sa trajectoire. Le démon alla rejoindre ses Ne'Emur là où pouvaient bien aller leurs âmes infâmes, dans une explosion particulièrement violente.

S'ensuivit un moment d'hébétude sur tout le champ de bataille. Les démons étaient si déstabilisés d'avoir perdus tous leurs génraux présents qu'il laissèrent un instant de répit, que la plupart des humains mirent à profit pour reprendre un peu leur souffle. Certaines unités se réorganisèrent, chaque camp reprenant ses positions, d'un accord tacite. Riton couvrit son sceau d'un tissu imbibé d'un peu d'eau d'Ardeor qui lui restait, pour lui redonner un peu de luminosité, car son dernier exploit l'avait saturé, et il saignait déjà du nez, signe avant-coureur d'une mauvaise passe. Quinan s'était assise, la tête légèrement penchée sur le côté, le regard un peu vague, fière d'elle-même. Jalina ne pouvait s'empêcher de scruter les alentours d'un air méfiant. C'était trop facile. Sur le quivive, elle tournait sur elle-même, la lame de son épée couverte de sang noir qui commençait à sécher. Elaleas, tirant ses longues flèches de chasse, empalait au sol des fouilleurs qui trainaient par là. Sa mauvaise humeur semblait sans retour.

Puis le combat reprit, de la même manière étrange qu'il s'était suspendu. Mais ce n'était plus le même combat. Tout le monde savait que le vent avait tourné. Désormais, c'étaient les démons qui combattaient pour leur survie. Et la vengence des Caranois commença, bien qu'ils mourussent encore nombreux. Les démons étaient maintenant sous une pression constante de toutes parts, et les Daïmren ne donnaient pas un pouce de repli à leurs arrières. Les "élus" regardaient la scène à travers bobolle autant qu'à travers leurs propres yeux, et un sentiment de soulagement et de victoire commença à les gagner. Le pire était passé. Ils voyaient venir les prochaines heures avec plus de confiance.
Cœur, Courage, Vérité!
Lion
Rugit tranquillement
Messages : 1690
Inscription : mar. déc. 25, 2007 10:40 pm

Re: Bataille pour Deer'An'Deel

Messagepar Lion » lun. janv. 12, 2009 12:59 am

Ce n'était pas le cas de Baptiste. Vaillant n'avait pas bougé ne serait-ce qu'un doigt pour prouver qu'il revenait à lui. L'assassin sentait son coeur lui manquer. Tout mais pas ça! Pas Vaillant... Il ne pouvait pas accepter ça. Cet homme avait déjà sacrifié sa vie pour sauver la sienne, il refusait que cela ne l'ait mené qu'à la mort. Baptiste retenait ses larmes.

Arrivant à la tente de soins à toute allure, il sauta à bas en hélant le soigneur, l'exhortant de l'aider à descendre Vaillant de cheval. L'homme sans âge arriva, toujours aussi serein, et ensemble ils portèrent Vaillant jusqu'à un lit. "Faites quelquechose, vite!" La voix de Baptiste était enrouée. Autour d'eux, d'autres victimes des mariathals étaient étendues. Les yeux voilés d'un blanc opâque, ceux qui avaient été piqués deux jours avant ne contrôlaient visiblement plus leurs corps, ils bavaient et se contorsionaient, poussant des cris désarticulés, qui faisaient se dresser les poils sur la nuque de Baptiste.

"Je vous ai déjà dit ce qu'il en était, je ne peux rien contre ce poison" répondit le soigneur d'une voix tranquille. "Je vais faire ce que je peux pour limiter ses souffrances, mais il devra être mené aux prêtres. Il a des informations de toute importance à leur fournir. Et qui sait, peut-être eux seront-ils en mesure de l'aider." Le manchot posa sur son ami en armure un regard plein de compassion. Sans rien ajouter, en hochant pensivement la tête, le soigneur s'en allait vers ses coffres à potions.

Baptiste partit vers la sortie, le coeur lourd. Il refusait toujours de pleurer. Il y avait encore de l'espoir. Alors qu'il allait sortir, il entendit un souffle. Il se retourna, et vit que Vaillant l'appelait. "Baptiste..." Il revint sur ses pas et se pencha sur le chevalier.




"Enlève-moi ce foutu casque, je ne peux pas respirer". Baptiste s'éxécuta, ne pouvant réprimer un frisson en découvrant déjà un léger voile blanchâtre sur les yeux de l'homme à qui il devait la vie. "Baptiste, ramène-moi là-bas, je veux me battre." Sa voix était faible. "Dis pas de conneries, t'es pas en état de te battre! Tu dois rester ici." "Non Baptiste... Je veux pas finir comme ça" L'interrompit Vaillant, en faisant un geste vague pour désigner les autres empoisonnés. " "Mais tu vas pas finir comme ça, bordel! On va t'amener aux prêtre, et..." Vaillant l'interrompit une fois de plus, de sa voix pourtant presque éteinte. "J'en ai marre des prêtres, Baptiste." Son visage se décomposa tout à coup en une grimace de douleur et de faiblesse, les larmes ruisselèrent sur ses traits autrefois si forts. Mais ce n'était pas dû au venin de la mariathal. Le poison qui le terrassait était bien plus ancien. Le fier chevalier se déchirait, son regard était suppliant "J'en peux plus, Baptiste, j'en peux plus de tout ça. Ramène-moi là-bas, que je puisse au moins mourir en me battant, et qu'on n'en parle plus. Ramène-moi là-bas, je t'en prie." La vue de son ami invincible aussi diminué et vulnérable était insupportable à Baptiste. La mort dans l'âme, il se plia à sa volonté.

Il aida Vaillant à se relever, et l'épaula jusqu'à Golroth qui attendait devant la tente. Le soigneur tenta de les interpeler quand il s'aperçut de ce qui se passait. Mais le regard meurtier que lui adressa Baptiste le réduisit au silence. Il montèrent en selle, et il lança Golroth au galop. C'était la dernière fois que le vieux destrier portait un cavalier.

La chevauchée fut difficile, car Vaillant tenait à peine assis, et Baptiste devait sans-cesse le soutenir. Les esprits en ébulitions des autres membres du groupe lui firent prendre conscience en même temps qu'eux de l'arrivée de Karkaroth sur le champ de bataille. Il sourit presque à cette nouvelle. C'était l'occasion idéale de finir en beauté avec Vaillant! Lui et Elaleas mourraient à ses côtés en affrontant le grand général, ainsi il n'aurait pas à porter sa mort le restant de sa vie. Il n'eut pas cette chance. Alors qu'il fendaient un bataillon de fantassins démons, Vaillant bascula sur le côté...

Il eut un instant de lucidité en heurtant le sol. Où était Baptiste? Ici lui était encerclé d'ennemis. Alors ça finissait comme ça? Parfait. Si le moment était venu de mourir, nul ne pourrait dire qu'il était parti sans dignité ou sans honneur. Puisant dans ses dernières forces, Vaillant se releva, sur un genoux, puis sur ses pieds. Par un ultime effort de volonté, il effaça l'infinie tristesse qui couvrait son visage et releva la tête en carrant les épaules. L'espace d'un instant, il parut redevenir l'ancien Vaillant, fort et inébranlable, celui dont la présence rassurait les hommes au coeur de la tempête. Il sentit l'air sur son visage, et serra son épée dans son poing. Les démons le submergèrent rapidement. Nul ne put entendre le murmure qui s'échappait de ses lèvres alors qu'il rendait l'âme sous leurs assauts. "Je suis un De Golroth. Je peux être abattu, mais jamais brisé."

Baptiste bondit du dos de Golroth au milieu des fantassins et en tua deux pour briser le cercle qui entourait Vaillant. Il gisait au centre, sans vie. Cette fois l'assassin ne retint plus ses larmes. Il n'y avait plus d'espoir. Les démons les piétinait déjà presque tous deux, alors que l'émotion submergeait Baptiste. Fou de chagrin, il laissa tout à coup éclater sa rage. Il balaya largement l'air de sa longue lame, ses yeux en larmes foudroyant les meurtriers. Sa voix se brisa quand il hurla: "N'approchez-pas! Vous n'êtes même pas dignes de vous tenir debout devant lui! SOYEZ TOUS MAUDITS!" Les plus proches se ruèrent sur lui, l'avalant dans leur masse. Ce fut leur dernière erreur. Pris d'une folie vengeresse, Baptiste tournoyait comme un dément, donnant de l'épée et de la dague partout où se tenait de la chair vivante. Sa bouche écumait, il tranchait, plantait, pourfendait tout ce qui passait à sa portée. Tous les démons qui tentaient d'approcher mourraient les uns après les autres sous les coups de sa rage inépuisable. Tuant l'ennemi par dizaines, l'homme de l'ombre était ce jour là en pleine lumière. Et longtemps on raconterait comment un manchot avait tant massacré les démons que la peur avait finit par les faire reculer devant lui alors qu'il gardait le corps de son frère tombé au combat. Baptiste, perdu dans sa folie, ne pensait à rien de tout ça. C'était le jour le plus sombre du monde. Vaillant était mort.
Cœur, Courage, Vérité!
Lion
Rugit tranquillement
Messages : 1690
Inscription : mar. déc. 25, 2007 10:40 pm

Re: Bataille pour Deer'An'Deel

Messagepar Lion » lun. janv. 12, 2009 1:05 am

Sur le champ de bataille, personne ne savait que, contrairement au sentiment général, le pire n'était pas passé. Karkaroth arrivait. Quand bien-même ils l'auraient appris, les Caranois n'en aurait guère fait cas. Ce nom ne signifiait rien pour eux. Mais Jalina et Riton ne savait que trop bien qui il était. Et quelle était sa colère... Ils l'avaient humilié et avaient détruit toute une partie de sa forteresse. La vengeance arrivait. Monté sur un Hekralith si gigantesque qu'on eut douté qu'il appartint à la même race que ses congénères qui servaient de montures aux autres seigneurs démons, et entouré de cinq Ne'Emur liés, l'air tremblait autour de lui, la terre craquelait sur son passage, il se dégageait du terrifiant cortège une aura d'horreur et de danger insondables.

Quinan, hébétée, n'arrivait pas vraiment à concevoir la situation. Alors qu'elle ne se sentait plus la force de combattre quoi que ce soit, il se présentait un obstacle plus haut et plus ardu que tout ce qu'elle avait connu jusque là. Riton, tout en maintenant d'une main le tissu mouillé d'eau d'Ardeor sur sa nuque, avait tenté en vain d'exprimer sa magie. Quelque chose lui dit alors que l'heure n'était plus aux minauderies. Il fit un signe de tête à Quinan, avec un sourire d'encouragement, tout en enlevant le tissu du sceau sur sa nuque. Le saignement reprit aussitôt.

Quinan se releva doucement. Lentement. Ses jambes molles comme des outres vides la portaient à peine. Tant pis. Elle glissa sa main dans celle de Riton, à peine plus grande, et qui pourtant lui transmit au moment même ou elle s'en saisit une vigueur nouvelle. Riton savait que le temps lui était compté. Il ne tiendrait pas longtemps. Mais la petite avait besoin de son énergie aussi longtemps qu'il pourrait la lui offrir. Et c'est ce qu'il allait lui donner. Au loin, Karkaroth arrivait à portée de vue. Quinan serra plus fort sa main, ils échangèrent un regard entendu.

A présent seuls en haut de la carcasse de la bête, leurs silouhettes se découpaient sur le ciel, minces et indistinctes. A des yeux qui ne voyaient que les apparences, il aurait semblé cruel et injuste que tant de responsabilité pèse sur d'aussi frêles épaules. Mais en vérité aucune faiblesse ne les habitait. Quinan ferma progressivement les paupières, rassemblant en elle les forces que lui insufflait Riton. Ils faisaient face, ensemble.

Dès qu'ils avaient vu par Bobolle que le grand général ennemi arrivait, Jalina, fidèle à son esprit sans détours, n'avait plus eu qu'une idée en tête: Aller droit sur lui. Elle ne savait pas ce qu'elle y ferait, elle ne savait pas comment, mais c'était la seule chose à faire. Elle fit difficilement tourner son cheval au milieu du combat. Elle l'avait enfourché plus tôt dans la mêlée, après que son cavalier Daïmren soit mort. Il s'était révélé une excellente monture, bien meilleure que ses qualités de cavalières ne l'exigeaient. En piaffant quelque peu, et avec quelques ruades, il réussit à s'extraire de l'amas de combattants, Jalina donnant encore quelques grands coups de droite et de gauche. Puis elle prit un instant pour se ré-orienter, avant de talonner vigoureusement la robe blanche qui partait en lambeaux sur les flancs gris du cheval.

Elaleas Brûlait d' effacer cet ultime démon de la surface du monde comme il l'avait fait des autres. Lui ne l'avait jamais rencontré, et il ne comptait pas sur un deuxième rendez-vous. Aujourd'hui tous les démons mourraient. Gardant son arc à la main, et bien qu'il sut que Jalina ne tarderait pas à le dépasser, il se mit à courir en direction du cortège redouté. Il s'arrangerait avec la fatigue plus tard. Pour l'heure, la haine passait devant.

Quinan avait renoncé a sa technique habituelle pour désunir ces Ne'Emurs. Leur nombre, leur puissance et la complexité de leur lien la mettaient au pied du mur. Elle opta pour une stratégie plus sournoise, exclure un à un les membres du groupe. Le combat était éprouvant, et elle s'acharnait depuis trop longtemps déjà. L'énergie de Riton était engloutie par les besoins de cette dernière action, et tous deux se dirigeaient avec assurance vers la mort d'épuisement. Qu'importait. Jalina arrivant à la hauteur d'Elaleas, il n'eurent pas à réfléchir, leurs esprits allant de concert, le rôdeur bondit en croupe, et le cheval repartit de plus belle. Jalina tenant les rênes, Elaleas trouva rapidement son équilibre avant d'encocher une flèche. Le tir était long, mais pas impossible. Il tira. Mais la flèche manqua sa cible d'aussi loin qu'il était possible. Foutredieux! En gromelant, il encochait déjà une deuxième flèche...

Quinan parvint à exclure le premier Ne'Emur auquel elle s'était attaquée. Sans reprendre son souffle, elle s'en prit à un second.

Laissant le cheval galoper dans la direction de leur terrible ennemi, Jalina prit également son arc, et mit en joue Karkaroth. Le démon, les paumes des mains vers le ciel, entamait une litanie dans une langue dont les sonorités semblaient ébranler les fondements de la réalité. Elle décocha sa flèche un battement de coeur avant qu' Elaleas ne fasse vibrer sa corde pour la deuxième fois. Bien que la distance se réduisit, les deux flèches allèrent se perdre, semblant dévier de plus en plus de leur course à mesure qu'elles approchaient du seigneur.

Encore un de séparé. Dans le brouillard de sa vision parallèle, Quinan percevait le puissance faiblissante des Ne'Emurs. Il n'en restait que trois. Elle s'en prit au groupe entier.

Pendant ce temps, Riton, non content de donner sans retenue toute l'étendue de son énergie à la petite fille, tentait par tous les moyens de participer à la défaite de celui qu'il avait déjà "vaincu" une fois. Bien qu'il ne le vit pas, il savait que le sceau dans son cou était complètement terni, saturé des bien trop nombreux efforts magiques qu'il avait fait aujourd'hui. Son nez saignait abondament, et le liquide chaud commençait à goutter à ses oreilles aussi. La brèche dans son cerveau s'agrandissait librement, maintenant que le sceau était saturé. Mais s'il avait une dernière chose à faire, c'était ça. Karkaroth devait mourir.

Elaleas et Jalina lâchèrent leurs flèches à tour de rôle, afin de ne pas se gêner dans leur mouvements. Mais rien n'y fît, la même sombre magie était toujours à l'oeuvre, qui les faisaient manquer leur adversaire alors qu'ils n'étaient plus qu'à un jet de pierre de lui. Le seigneur démon poursuivait son atroce incantation, et sa voix couvrit bientôt tous les bruits à des lieues à la ronde, glaçant d'effroi tous les hommes qui se tenaient sur le champ de bataille. Les échos de ces mots qui n'auraient jamais dû être prononcés en ce monde commençaient à faire jaunir les feuilles des arbres, et des oiseaux tombaient du ciel, tordus de convulsions violentes. Les mains du démon allaient bientôt se rejoindre au dessus de sa tête.

Et à ce moment précis, alors que tout espoir semblait perdu, l'incroyable se produisit. Riton, à cout d'idées pour terrasser leur ennemi, sortit à distance une flèche à pointe de pierre du carquois d'Elaleas, et la projeta en direction de Karkaroth. Au même instant, Jalina et Elaleas lâchaient chacun une flèche, en grimaçant de douleur sous l'effet pervers de la litanie du seigneur démon. Alors que les flèches prenaient leur envol, Quinan à côté de Riton rouvrait les yeux, et chancelait, un vague sourire flottant sur ses lèvres. Elle avait réussi. Maintenant elle pouvait dormir. Et les trois flèches, d'une même détermination, partirent tout droit se ficher dans le corps de Karkaroth. Le temps s'arrêta comme chacun retenait son souffle, le monde cessa d'exister. Puis une faille se créa, qui déchirait le démon comme un vieux parchemin, comme la terre se craquelle en été. Et dans une explosion colossale, le grand général périt.

Les Ne'Emurs furent littéralement pulvérisés par la mort de leur maître, et un vent se leva, si violent qu'il jeta Jalina et Elaleas à bas de leur cheval. Ils restèrent là où leur chute les avait jetés, couchés dans l'herbe, immobiles. Riton sourit imperceptiblement, puis il baissa les yeux vers Quinan qui s'était agenouillée, et passa une main fébrile sur ses cheveux. "On a gagné", dit-il dans un souffle, avant de s'effondrer, inconcient. Quinan vint appuyer sa tête sur la poitrine du mage, et s'y endormit en serrant son doudou.

Partout les démons qui ne se faisaient pas massacrer fuyaient, le sang cessait de couler.

La bataille pour Deer'An'Deel était terminée.
Cœur, Courage, Vérité!
Eilraet
Chapelier de l'apocalypse
Messages : 7925
Inscription : dim. mars 26, 2006 4:07 pm

Re: Bataille pour Deer'An'Deel

Messagepar Eilraet » lun. janv. 12, 2009 1:23 pm

Bon, je suis loin d'avoir tout lu, là j'ai vaguement plongé le nez dans le premier post, mais j'ai déjà super envie de t'avoir comme meujeu, t'as l'air de créer des mondes super fournis. Après peut être que comme à la marmotte on a pas fait de jdr de plus de 2 parties (Magna Veritas) on a pas eu le temps de plus creuser que ça. Enfin toujours est il que ça m'a l'air fortement sympa tout ça
perl -E 'say s/(.*r).*\K/, \l$1.\n/r, ${["Take one down and pass it around. ", "Go to the store and buy some more. "]}[/N/], $::b{$_} // $a, "\n" for reverse sort { $a <=> $b } keys %{ { %::b = map { ($a, $b) = ($_, $a) } map { join "", "$_ bottle", "s" x !/^1$/, " of beer on the wall" } "No more", 1..99 } };'
Lion
Rugit tranquillement
Messages : 1690
Inscription : mar. déc. 25, 2007 10:40 pm

Re: Bataille pour Deer'An'Deel

Messagepar Lion » lun. janv. 12, 2009 5:17 pm

EN fait je masterise dans un monde que j'ai créé avant d'avoir l'idée d'y faire prendre place des JDR, donc effectivement il ya un BG riche.

Mais évidemment, le développement des personnages sur une longue campagne permet plus de profondeur qu'une partie vite fait comme ça. Les premières partie de cette campagne remontent à 2006, et la dernière s'est jouée il y a deux semaines!

Selon le temps et l'organisation de la prochaine Marmot'réu, on pourrait envisager une petite partie ;)

(j'ai posté en plusieurs morceaux justement pour vous permettre de lire "chapitre par chapitre")
Cœur, Courage, Vérité!
Jixi
Fait une partie de loup-garou
Messages : 1553
Inscription : mar. juin 03, 2008 4:09 pm

Re: Bataille pour Deer'An'Deel

Messagepar Jixi » mar. janv. 13, 2009 1:18 am

whoaaaaaaaaa :drunk:
"Deep in the human unconscious is a pervasive need for a logical universe that makes sense.
But the real universe is always one step beyond logic." (Muad'Dib)

Revenir vers « Les conteurs d'histoires »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité