Une histoire

Que vous ayez mis le doigt sur un grimoire précieux, que vous soyez vous même un ardent remplisseur de parchemin, installez vous dans l'un des poufs, prenez une tasse de thé, et discutez prose !
Keela
Est captivé(e) par la minute reflective de Sam
Messages : 341
Inscription : mar. avr. 04, 2006 8:34 pm

Une histoire

Messagepar Keela » dim. avr. 09, 2006 7:46 pm

Attablés autour de la table (wouah, je suis vachement réveillée pour dire ça), tous ensemble, avec les bierres -ou autres pour ceux qui n'aiment pas les bierres-, je pense que nous sommes assez frais pour faire un truc débile (pourquoi tout ce que je propose est fondamentalement sans intérêt ?).

J'explique, nous allons raconter une histoire, où chacun d'entre nous rajoutera entre une et trois phrases à ce qui a déjà été raconté. (et pour aider, on met en valeur ce qu'on vient d'écrire)

Donc en gros, il faut suivre l'histoire, on ajoute ce qu'on veut, et ... voilà.

Je commence :

-Il faisait doux, un soir d'automne. Les feuilles mortes couvraient le sol sur lequel le jeune homme marchait.

Allez, quelqu'un peut prendre la suite de l'histoire :D
Arkan
Chante en Mogwai
Messages : 829
Inscription : jeu. avr. 06, 2006 12:46 pm

Messagepar Arkan » dim. avr. 09, 2006 7:46 pm

Il faisait doux, un soir d'automne. Les feuilles mortes couvraient le sol sur lequel le jeune homme marchait.

C'était comme le soir béni où il avait vu une hydre manger des carambars dans le lac des milles péchés.

Si c'est trop débile, dîtes le moi je changerai ^^
Eilraet
Chapelier de l'apocalypse
Messages : 7925
Inscription : dim. mars 26, 2006 4:07 pm

Messagepar Eilraet » dim. avr. 09, 2006 7:47 pm

Il faisait doux, un soir d'automne. Les feuilles mortes couvraient le sol sur lequel le jeune homme marchait.
C'était comme le soir béni où il avait vu une hydre manger des carambars dans le lac des milles péchés.
Sauf que ce soir là il n'était sous l'influence d'aucune drogue, mais la beauté de l'instant rendait le moment tout aussi... magnifique.

(ah ouais ça vole pas haut chez moi non plus , la beauté qui rend magnifique :D )
Keela
Est captivé(e) par la minute reflective de Sam
Messages : 341
Inscription : mar. avr. 04, 2006 8:34 pm

Messagepar Keela » dim. avr. 09, 2006 7:47 pm

Il faisait doux, un soir d'automne. Les feuilles mortes couvraient le sol sur lequel le jeune homme marchait.
C'était comme le soir béni où il avait vu une hydre manger des carambars dans le lac des milles péchés.
Sauf que ce soir là il n'était sous l'influence d'aucune drogue, mais la beauté de l'instant rendait le moment tout aussi... magnifique.
Et oui, il venait de réussir son examen : enfin, il était chasseur de posts-its.

(euh...d'accord, je sors :arrow: )
Eilraet
Chapelier de l'apocalypse
Messages : 7925
Inscription : dim. mars 26, 2006 4:07 pm

Messagepar Eilraet » dim. avr. 09, 2006 7:54 pm

Il faisait doux, un soir d'automne. Les feuilles mortes couvraient le sol sur lequel le jeune homme marchait.
C'était comme le soir béni où il avait vu une hydre manger des carambars dans le lac des milles péchés.
Sauf que ce soir là il n'était sous l'influence d'aucune drogue, mais la beauté de l'instant rendait le moment tout aussi... magnifique.
Et oui, il venait de réussir son examen : enfin, il était chasseur de posts-its.
Bon, effectivement ça n'était pas la meilleure place qui soit dans ce bureau, regarder sur toutes les portes si il y avait des messages qu'il était ensuite chargé de véhiculer. Il aimait à se prendre pour mercure, le dieu grecque, volant d'une porte à une autre dans ce monde coloré et magique nommé couloir pour permettre une parfaite cohesion de l'olympe qui était d'ailleurs le nom de l'usine de fabrication de chaussettes pour unijambistes qui venait de s'élargir aux lunettes pour borgnes, il fallait tout de même préciser que le grand patron c'était fait couper en deux à la naissance.

(on est bien partis là non ? Les couloirs pleins de feuilles mortes ça pousse avec quel engrais ça ?)
Arkan
Chante en Mogwai
Messages : 829
Inscription : jeu. avr. 06, 2006 12:46 pm

Messagepar Arkan » dim. avr. 09, 2006 7:54 pm

Il faisait doux, un soir d'automne. Les feuilles mortes couvraient le sol sur lequel le jeune homme marchait.
C'était comme le soir béni où il avait vu une hydre manger des carambars dans le lac des milles péchés.
Sauf que ce soir là il n'était sous l'influence d'aucune drogue, mais la beauté de l'instant rendait le moment tout aussi... magnifique.
Et oui, il venait de réussir son examen : enfin, il était chasseur de posts-its.
Bon, effectivement ça n'était pas la meilleure place qui soit dans ce bureau, regarder sur toutes les portes si il y avait des messages qu'il était ensuite chargé de véhiculer. Il aimait à se prendre pour mercure, le dieu grecque, volant d'une porte à une autre dans ce monde coloré et magique nommé couloir pour permettre une parfaite cohesion de l'olympe qui était d'ailleurs le nom de l'usine de fabrication de chaussettes pour unijambistes qui venait de s'élargir aux lunettes pour borgnes, il fallait tout de même préciser que le grand patron c'était fait couper en deux à la naissance.

En effet, cette soudaine dualité l'avait quelque peu éffrayé, quand un soir d'été, le pdg retrouva l'usage de son lobe frontal ouest, et qu'il découvrit avec stupeur que la moitié Est de son enveloppe charnelle s'était envolée depuis sa naissance, à la recherche des lymbes isolés du mont lukulélé.
Alors que l'employé, nouvellement nommé chasseur de post-it, ruminait ces transcendantes pensées, voilà qu'une petite mémé à qui il manquait le quart de la moitié sud d'un bout de cheveux horizontal coupé dans le sens de la longueur isométrique l'interpella :

A vous ! ^^
Eilraet
Chapelier de l'apocalypse
Messages : 7925
Inscription : dim. mars 26, 2006 4:07 pm

Messagepar Eilraet » dim. avr. 09, 2006 7:59 pm

Il faisait doux, un soir d'automne. Les feuilles mortes couvraient le sol sur lequel le jeune homme marchait.
C'était comme le soir béni où il avait vu une hydre manger des carambars dans le lac des milles péchés.
Sauf que ce soir là il n'était sous l'influence d'aucune drogue, mais la beauté de l'instant rendait le moment tout aussi... magnifique.
Et oui, il venait de réussir son examen : enfin, il était chasseur de posts-its.
Bon, effectivement ça n'était pas la meilleure place qui soit dans ce bureau, regarder sur toutes les portes si il y avait des messages qu'il était ensuite chargé de véhiculer. Il aimait à se prendre pour mercure, le dieu grecque, volant d'une porte à une autre dans ce monde coloré et magique nommé couloir pour permettre une parfaite cohesion de l'olympe qui était d'ailleurs le nom de l'usine de fabrication de chaussettes pour unijambistes qui venait de s'élargir aux lunettes pour borgnes, il fallait tout de même préciser que le grand patron c'était fait couper en deux à la naissance.
En effet, cette soudaine dualité l'avait quelque peu éffrayé, quand un soir d'été, le pdg retrouva l'usage de son lobe frontal ouest, et qu'il découvrit avec stupeur que la moitié Est de son enveloppe charnelle s'était envolée depuis sa naissance, à la recherche des lymbes isolés du mont lukulélé.

Alors que l'employé, nouvellement nommé chasseur de post-it, ruminait ces transcendantes pensées, voilà qu'une petite mémé à qui il manquait le quart de la moitié sud d'un bout de cheveux horizontal coupé dans le sens de la longueur isométrique l'interpella :
-Hey toi là bas ! Truc machin !
-Oui ?
-Passe moi le sel !
Anya

Messagepar Anya » dim. avr. 09, 2006 7:59 pm

Il faisait doux, un soir d'automne. Les feuilles mortes couvraient le sol sur lequel le jeune homme marchait.
C'était comme le soir béni où il avait vu une hydre manger des carambars dans le lac des milles péchés.
Sauf que ce soir là il n'était sous l'influence d'aucune drogue, mais la beauté de l'instant rendait le moment tout aussi... magnifique.
Et oui, il venait de réussir son examen : enfin, il était chasseur de posts-its.
Bon, effectivement ça n'était pas la meilleure place qui soit dans ce bureau, regarder sur toutes les portes si il y avait des messages qu'il était ensuite chargé de véhiculer. Il aimait à se prendre pour mercure, le dieu grecque, volant d'une porte à une autre dans ce monde coloré et magique nommé couloir pour permettre une parfaite cohesion de l'olympe qui était d'ailleurs le nom de l'usine de fabrication de chaussettes pour unijambistes qui venait de s'élargir aux lunettes pour borgnes, il fallait tout de même préciser que le grand patron c'était fait couper en deux à la naissance.
En effet, cette soudaine dualité l'avait quelque peu éffrayé, quand un soir d'été, le pdg retrouva l'usage de son lobe frontal ouest, et qu'il découvrit avec stupeur que la moitié Est de son enveloppe charnelle s'était envolée depuis sa naissance, à la recherche des lymbes isolés du mont lukulélé.

Alors que l'employé, nouvellement nommé chasseur de post-it, ruminait ces transcendantes pensées, voilà qu'une petite mémé à qui il manquait le quart de la moitié sud d'un bout de cheveux horizontal coupé dans le sens de la longueur isométrique l'interpella :
-Hey toi là bas ! Truc machin !
-Oui ?
-Passe moi le sel !

Il lui passa le sel -enfin, ce qu'il crut être le sel-, puis retourna à ses mornes pensées... Soudain, la mémé mal chevelue fit un bruit bizarre, comme un hoquet, et il se rendit compte que la salière était juste à coté de lui... ce qu'il lui aavit donné, c'était...

Bon courage pour la suite...
Arkan
Chante en Mogwai
Messages : 829
Inscription : jeu. avr. 06, 2006 12:46 pm

Messagepar Arkan » dim. avr. 09, 2006 8:01 pm

Il faisait doux, un soir d'automne. Les feuilles mortes couvraient le sol sur lequel le jeune homme marchait.
C'était comme le soir béni où il avait vu une hydre manger des carambars dans le lac des milles péchés.
Sauf que ce soir là il n'était sous l'influence d'aucune drogue, mais la beauté de l'instant rendait le moment tout aussi... magnifique.
Et oui, il venait de réussir son examen : enfin, il était chasseur de posts-its.
Bon, effectivement ça n'était pas la meilleure place qui soit dans ce bureau, regarder sur toutes les portes si il y avait des messages qu'il était ensuite chargé de véhiculer. Il aimait à se prendre pour mercure, le dieu grecque, volant d'une porte à une autre dans ce monde coloré et magique nommé couloir pour permettre une parfaite cohesion de l'olympe qui était d'ailleurs le nom de l'usine de fabrication de chaussettes pour unijambistes qui venait de s'élargir aux lunettes pour borgnes, il fallait tout de même préciser que le grand patron c'était fait couper en deux à la naissance.
En effet, cette soudaine dualité l'avait quelque peu éffrayé, quand un soir d'été, le pdg retrouva l'usage de son lobe frontal ouest, et qu'il découvrit avec stupeur que la moitié Est de son enveloppe charnelle s'était envolée depuis sa naissance, à la recherche des lymbes isolés du mont lukulélé.

Alors que l'employé, nouvellement nommé chasseur de post-it, ruminait ces transcendantes pensées, voilà qu'une petite mémé à qui il manquait le quart de la moitié sud d'un bout de cheveux horizontal coupé dans le sens de la longueur isométrique l'interpella :
-Hey toi là bas ! Truc machin !
-Oui ?
-Passe moi le sel !

Il lui passa le sel -enfin, ce qu'il crut être le sel-, puis retourna à ses mornes pensées... Soudain, la mémé mal chevelue fit un bruit bizarre, comme un hoquet, et il se rendit compte que la salière était juste à coté de lui... ce qu'il lui aavit donné, c'était...

Un triton corneillien multicentenaire ! Il croyait cette race évanouie, éteinte depuis des millénaires, c'était sans doute le dernier de sa race, et cette mémé l'avait avalé ! Celà le mettait en rage: cette inculte l'avait avalé sans aucune sauce, alors qu'avec du sang de dragon rose séché et de la glaire de chaise, le triton Corneillien était le meilleur des plats jamais goutés ! Il décida qu'il n'y avait qu'une chose à faire pour sauver la situation: il prit dans une cabane en chocolat qui passait par là une cuillère dorée et...
Querdal
Attend à Courcourgette
Messages : 7934
Inscription : jeu. avr. 06, 2006 1:12 pm

Messagepar Querdal » dim. avr. 09, 2006 8:01 pm

Il faisait doux, un soir d'automne. Les feuilles mortes couvraient le sol sur lequel le jeune homme marchait.
C'était comme le soir béni où il avait vu une hydre manger des carambars dans le lac des milles péchés.
Sauf que ce soir là il n'était sous l'influence d'aucune drogue, mais la beauté de l'instant rendait le moment tout aussi... magnifique.
Et oui, il venait de réussir son examen : enfin, il était chasseur de posts-its.
Bon, effectivement ça n'était pas la meilleure place qui soit dans ce bureau, regarder sur toutes les portes si il y avait des messages qu'il était ensuite chargé de véhiculer. Il aimait à se prendre pour mercure, le dieu grecque, volant d'une porte à une autre dans ce monde coloré et magique nommé couloir pour permettre une parfaite cohesion de l'olympe qui était d'ailleurs le nom de l'usine de fabrication de chaussettes pour unijambistes qui venait de s'élargir aux lunettes pour borgnes, il fallait tout de même préciser que le grand patron c'était fait couper en deux à la naissance.
En effet, cette soudaine dualité l'avait quelque peu éffrayé, quand un soir d'été, le pdg retrouva l'usage de son lobe frontal ouest, et qu'il découvrit avec stupeur que la moitié Est de son enveloppe charnelle s'était envolée depuis sa naissance, à la recherche des lymbes isolés du mont lukulélé.

Alors que l'employé, nouvellement nommé chasseur de post-it, ruminait ces transcendantes pensées, voilà qu'une petite mémé à qui il manquait le quart de la moitié sud d'un bout de cheveux horizontal coupé dans le sens de la longueur isométrique l'interpella :
-Hey toi là bas ! Truc machin !
-Oui ?
-Passe moi le sel !

Il lui passa le sel -enfin, ce qu'il crut être le sel-, puis retourna à ses mornes pensées... Soudain, la mémé mal chevelue fit un bruit bizarre, comme un hoquet, et il se rendit compte que la salière était juste à coté de lui... ce qu'il lui aavit donné, c'était...

Un triton corneillien multicentenaire ! Il croyait cette race évanouie, éteinte depuis des millénaires, c'était sans doute le dernier de sa race, et cette mémé l'avait avalé ! Celà le mettait en rage: cette inculte l'avait avalé sans aucune sauce, alors qu'avec du sang de dragon rose séché et de la glaire de chaise, le triton Corneillien était le meilleur des plats jamais goutés ! Il décida qu'il n'y avait qu'une chose à faire pour sauver la situation: il prit dans une cabane en chocolat qui passait par là une cuillère dorée et...

entreprit de lui creuser la trachée comme d'autres auraient creusé une tranchée, à la recherche du mirifique triton. Quand enfin il retrouva le malheureux vieillard reptilien, perdu dans les méandres boyautaires de la petite vieille, le preposé aux post-it réalisa qu'il en était arrivé aux hémorroïdes, et se dépêcha de tout remballer avant que la mémé ne se rende compte de l'autopsie à vif qu'il lui avait fait subir.
darkchaz
Truine
Messages : 98
Inscription : jeu. avr. 06, 2006 5:35 pm

Messagepar darkchaz » dim. avr. 09, 2006 8:02 pm

Il faisait doux, un soir d'automne. Les feuilles mortes couvraient le sol sur lequel le jeune homme marchait.
C'était comme le soir béni où il avait vu une hydre manger des carambars dans le lac des milles péchés.
Sauf que ce soir là il n'était sous l'influence d'aucune drogue, mais la beauté de l'instant rendait le moment tout aussi... magnifique.
Et oui, il venait de réussir son examen : enfin, il était chasseur de posts-its.
Bon, effectivement ça n'était pas la meilleure place qui soit dans ce bureau, regarder sur toutes les portes si il y avait des messages qu'il était ensuite chargé de véhiculer. Il aimait à se prendre pour mercure, le dieu grecque, volant d'une porte à une autre dans ce monde coloré et magique nommé couloir pour permettre une parfaite cohesion de l'olympe qui était d'ailleurs le nom de l'usine de fabrication de chaussettes pour unijambistes qui venait de s'élargir aux lunettes pour borgnes, il fallait tout de même préciser que le grand patron c'était fait couper en deux à la naissance.
En effet, cette soudaine dualité l'avait quelque peu éffrayé, quand un soir d'été, le pdg retrouva l'usage de son lobe frontal ouest, et qu'il découvrit avec stupeur que la moitié Est de son enveloppe charnelle s'était envolée depuis sa naissance, à la recherche des lymbes isolés du mont lukulélé.

Alors que l'employé, nouvellement nommé chasseur de post-it, ruminait ces transcendantes pensées, voilà qu'une petite mémé à qui il manquait le quart de la moitié sud d'un bout de cheveux horizontal coupé dans le sens de la longueur isométrique l'interpella :
-Hey toi là bas ! Truc machin !
-Oui ?
-Passe moi le sel !

Il lui passa le sel -enfin, ce qu'il crut être le sel-, puis retourna à ses mornes pensées... Soudain, la mémé mal chevelue fit un bruit bizarre, comme un hoquet, et il se rendit compte que la salière était juste à coté de lui... ce qu'il lui aavit donné, c'était...

Un triton corneillien multicentenaire ! Il croyait cette race évanouie, éteinte depuis des millénaires, c'était sans doute le dernier de sa race, et cette mémé l'avait avalé ! Celà le mettait en rage: cette inculte l'avait avalé sans aucune sauce, alors qu'avec du sang de dragon rose séché et de la glaire de chaise, le triton Corneillien était le meilleur des plats jamais goutés ! Il décida qu'il n'y avait qu'une chose à faire pour sauver la situation: il prit dans une cabane en chocolat qui passait par là une cuillère dorée et entreprit de lui creuser la trachée comme d'autres auraient creusé une tranchée, à la recherche du mirifique triton. Quand enfin il retrouva le malheureux vieillard reptilien, perdu dans les méandres boyautaires de la petite vieille, le preposé aux post-it réalisa qu'il en était arrivé aux hémorroïdes, et se dépêcha de tout remballer avant que la mémé ne se rende compte de l'autopsie à vif qu'il lui avait fait subir.

Mais perdu au milieu des feuilles mortes tapissant le sol verdâtre de son bureau, se trouvait un élément incongru, provenant de ce qui avait dû etre une sorte de vieille peau. La mémé avait-elle un jour avalé les clés de la porte sacrée du royaume angélique des tritons cornéliens ? Serait-ce la raison pour laquelle le triton s'était enfoncé si loin dans ces entrailles en putréfaction ? Restait-il encore assez de post-its pour que l'employé finisse de rédiger sa thèse sur le manque de post-its dans la fameuse boucherie aux milles canards malaxés et décomposés ?
Eilraet
Chapelier de l'apocalypse
Messages : 7925
Inscription : dim. mars 26, 2006 4:07 pm

Messagepar Eilraet » dim. janv. 21, 2007 1:21 am

On recommence : une phrase (pas trop longue) par personne en essayant de ne pas virer dans le chaotique parfait.

Hier, il pleuvait.
Querdal
Attend à Courcourgette
Messages : 7934
Inscription : jeu. avr. 06, 2006 1:12 pm

Messagepar Querdal » dim. janv. 21, 2007 2:15 am

Ce que je veux dire, par pleuvoir, c'est une pluie de météorites.
Jalina
Zinzinule
Messages : 2743
Inscription : dim. janv. 07, 2007 1:54 am

Messagepar Jalina » lun. janv. 22, 2007 12:44 pm

Aujourd'hui il ne pleut plus...
Alecto
Freya la victorieuse
Messages : 5858
Inscription : dim. janv. 07, 2007 11:13 pm

Messagepar Alecto » jeu. janv. 25, 2007 2:50 pm

à effacer après---> il s'agit bien d'écrire une phrase chacun son tour selon ce que celui d'avant a écrit ?

Revenir vers « Les conteurs d'histoires »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité