I had a BAD dream

Que vous ayez mis le doigt sur un grimoire précieux, que vous soyez vous même un ardent remplisseur de parchemin, installez vous dans l'un des poufs, prenez une tasse de thé, et discutez prose !
Querdal
Attend à Courcourgette
Messages : 7934
Inscription : jeu. avr. 06, 2006 1:12 pm

I had a BAD dream

Messagepar Querdal » dim. avr. 09, 2006 7:15 pm

Mon dernier texte, qui dormait dans un tiroir en attendant d'être tapé... Je voudrais avoir quelques avis avant de le poster sur FenX. Merci...


Imagine une rangée de 192 bonhommes bien alignés, chacun différent en apparence de son voisin : avant tout, ils sont de différentes tailles, mais nous verrons plus loin pourquoi ; ils portent des masques représentant des visages humains de formes et de couleurs différentes, sont vêtus de costume cravate, kilt, kimono ou poncho, casquette de base-ball, béret ou sombrero. A leurs pieds s’amassent des hamburgers, du fromage, de la bière, du riz ou différents fruits.
Tous ont dans la bouche un petit tuyau relié à une énorme et très belle sphère bleutée derrière eux, sur lequel ils aspirent pour se nourrir, tandis que chaque succion fait rapetisser la sphère.
Chacun de ces étranges individus a devant lui une grosse bonbonne reliée à son propre nombril par un second tuyau, et équipée d’une pompe à main. Et tous, sans exception, mettent toute la force de leurs bras à actionner cette pompe, ils pompent le plus vite et le plus fort possible : haut, bas, haut, bas, haut… Chaque fois qu’ils actionnent leur pompe, ces forçats enflent imperceptiblement, ce qui à la longue les rend plus fort et leur permet de pomper plus vite, au prix d’une aspiration plus intense sur le tuyau dans leur bouche, afin de maintenir l’effort.
Comme les aspirations sont très inégales et que la sphère ne peut pas contenter chacun comme il l'entendrait, elle est contrainte de donner plus à ceux qui aspirent plus fort -- les plus grands, donc --, et il ne reste presque plus rien pour les plus petits.
Certains sont énormes, sur le point d’exploser, mais profitent de leur puissance acquise pour pomper encore plus fort, pomper encore et encore, car ils ne savent rien faire d’autre. Pendant ce temps, d’autres sont écrasés par ces titans et sont bien trop petits pour rivaliser avec eux : bien qu’ils soient perchés sur leurs pistons et s’échinent à le monter et descendre, ils sont incapables de pomper, et sont si faibles qu’ils n’ont pas même la force d’aspirer sur leur tuyau buccal. Pire, leur incapacité à pomper les fait parfois rapetisser !
De temps à autres, l’un des pompeurs donne un coup de pied à son voisin ou envoie un avion en papier sur un autre plus loin, afin de les déconcentrer dans leur tâche. Parfois même, et plus souvent dans le cas des plus faibles, ils se frappent eux-mêmes, ce qui les empêche de pomper -- et pourtant ils ne demandent qu'à pomper et grandir ! Il arrive aussi qu’un certain nombre d’entre eux se regroupent pour pomper ensemble sur une même très grosse bonbonne.
Ces gens-là, pris d'un soudain élan d'intelligence fugace, se réunissent pour décider d'un moyen de pomper toujours tout en aspirant moins. Pétris de bonnes intentions et revigorés dans leur bonne conscience, ils repartent pourtant à leur place et, invariablement, se remettent à pomper dans la joie et la bonne humeur, dans l'ignorance et l'insouciance.
Et tout ce beau monde, ces 192 gaillards masqués ridicules pompent de toutes leurs forces, pompent à s’en arracher les bras, pompent quoi qu’il arrive, et pompent et pompent et pompent…

Mais derrière eux, la sphère bleue à laquelle sont reliés leurs tuyaux, cette si belle sphère toute bleue qu’ils refusent de voir, donne sans compter à ses fils — car c’est bien ce qu’ils sont —, s’amenuise et ne se renouvelle que trop lentement ; des couleurs inconnues s’insinuent sur sa surface jadis si pure.
Un jour, les pompeurs auront tout aspiré, la sphère ne sera plus qu’une minuscule bille qui disparaîtra sans un bruit, sans un souffle. Tous se rejetteront la faute les uns sur les autres, ils finiront par se battre pour dévorer les cadavres, mais rien n'y fera : ils mourront tous, en se demandant pourquoi ils ont été si cons.
Querdal
Attend à Courcourgette
Messages : 7934
Inscription : jeu. avr. 06, 2006 1:12 pm

Messagepar Querdal » dim. avr. 09, 2006 7:15 pm

Bon, je sais, ça reste un peu naïf et shématique, mais je n'ai pas voulu alourdir le texte avec des détails interessants mais plutôt indigestes, tels que les guerres civiles chez les petits pompeurs, qui nuient à leur "pompage", ou le système de distribution des ressources de la sphère entre les différents bonhommes... J'auais pu, et la repr&ésentation aurait été plus fidèle, mais je pense que ça aurait nuit au texte plus qu'autre chose.
Ce sont avant tout vos commentaires qui m'interesseront.
L'alouette
Milite pour l'alca torda
Messages : 36
Inscription : dim. mars 26, 2006 5:06 pm

Messagepar L'alouette » dim. avr. 09, 2006 7:15 pm

Avant tout, je pense que ton intention n'est pas placée dans la bonne rubrique.
=> Les conteurs d'histoires.

Pour ton texte, fait il parti de tes "visions de l'apocalypse" ? Ou est ce le début d'une nouvelle ou autre ?

Perso, j'aurai aimé que tu "l'alourdisses", comme tu dis. Car j'ai plus l'impression d'être devant un resumé qu'autre chose. Et pour une introduction, justement, je trouve qu'il manque - j'aillais dire de "style" (...) - de ce quelque chose que fait qu'on ne dirait pas que ca soit un resumé. :P

Si le but aurait été une sorte d'expression de sentiment, ce que je ne pense pas, alors il manque cruellement d'implication.

Non, en fait, on dirait que tu racontes une anecdote à un mec dans un bar. Le tout est un peu trop plat pour de l'ecrit. C'est ni naif, ni "appliqué"...Si tu souhaites jouer sur la naiveté, je pense qu'il serait sympa au contraire d'enlever des details trop technique, de montrer l'etonnement de la chose ; l'abstrait...rebondir sur la surprise.

Donc, en gros precise d'abord ton intention, ca nous permettra de mieux t'aider... (-:

Sinon, j'aime bien le fond...à rendre consistant donc... ^^
Bon courage !
Eilraet
Chapelier de l'apocalypse
Messages : 7925
Inscription : dim. mars 26, 2006 4:07 pm

Messagepar Eilraet » dim. avr. 09, 2006 7:16 pm

Sinon je pense la même chose que ce qui a déjà été dit, ton texte est trop blanc, vu comment c'est raconté on a l'impression que finalement c'est pas si extraordinaire que ça, c'est juste l'explication technique d'une machine complexe.
Il faut un tout petit peu d'implication dans ta façon de raconter (contrairement aux visions d'apocalypse où la neutralité passe pas mal, là vu la longueur du texte c'est un peu lourd). En fait je pense que faire ça façon documentaire serait pas, un peu comme les documentaires animaliers (ceux qui sont pas trop foireux hein) ou le narrateur en dit juste assez pour que cela soit interressant (la tout de suite je me rend compte a quel point c'est rare) mais sans interpreter (a tort) et en informant quand même celui qui écoute. Ecrire c'est tout un métier :P .
Querdal
Attend à Courcourgette
Messages : 7934
Inscription : jeu. avr. 06, 2006 1:12 pm

Messagepar Querdal » dim. avr. 09, 2006 7:16 pm

Euh non, c'est un texte indépendant, fini, rien ne viendra s'y ajouter... Ce qui se passe après, je vous pense assez grands pour l'imaginer ^^ Edit : bah en fait, j'ai finipar le dire, ce qui se passera après ! :P
Et sinon, j'ai un peu de mal à comprendre ce que vous voulez dire...
Ca y est, j'ai modifié le texte, j'ai ajouté les élements qui me paraissaient lourds outre mesure, ce serait gentil daller jeter un coup d'oeil pour voir si ça améliore ma performance. :)

(et dsl pr le post dans le mauvais forum...)
Anya

Messagepar Anya » dim. avr. 09, 2006 7:17 pm

pour un commentaire de ce texte, va voir sur fenX, je ne ferais pas 50 fois le même commentaire...
:twisted:

Revenir vers « Les conteurs d'histoires »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité