Un nouveau départ

Une longue et belle cape pour les voyages, quelques lames et parchemins, je le vois bien vous êtes un aventurier ! Pourquoi ne pas conter ici vos aventures, voir celles des autres ?
Eilraet
Chapelier de l'apocalypse
Messages : 7925
Inscription : dim. mars 26, 2006 4:07 pm

Un nouveau départ

Messagepar Eilraet » lun. sept. 18, 2006 11:25 pm

Cette nuit là Eilraet ne parvint pas à trouver le sommeil, il savait que si il s'endormait il sombrerai dans de funestes et sombres cauchemars, des mauvais rêves auxquels même ceux qui pratiquaient son art du vol de rêves ne pouvaient rien faire à cause de leur virulence toute particulière. A l'aube cela ferait exactement un an jour pour jour que la citée d'Ardhonmeth avait sombré, il y avait eu de nombreux morts se jour là et deux d'entres avaient été des amis d'Eilraet.
Il se leva pour se rendre dans sa taverne et commença à laver les quelques verres qu'il n'avait pas eu le courage de nettoyer la veille. Le tavernier regarda derrière lui pour échanger un regard avec ceux des deux portraits accrochés au mur de son comptoir, il les avait fait peindre à partir de songes qu'il avait recueillis au près des survivants, les débarrassant au passage des cauchemars qui les hantaient.
Le portrait de droite représentait un guerrier au cheveux longs et blancs et aux yeux d'un vert envoûtant. Sous le portrait, sur une petite étagère prévue à cette effet reposait l'épée qui avait été l'arme favorite d'Arkan.
Le second portrait était celui d'une jeune femme plutôt attirante malgré un air guerrier bien marqué. Ses cheveux étaient d'un rouge très vif et même sur le portrait son visage affichait une détermination sans faille, elle avait luté jusqu'au bout. Sous le portrait il y avait le fouet d'Anya qui ne manquait pas de rappeler à tous ceux qui la connaissaient son agilité lors des combats.
Et entre les deux il y avait un petit hôtel de pierre ou était inscrit leurs deux noms et où de nombreuses fleures étaient posées, les dernières étaient celle qu'Awilan avait apportées la veille, sans dire un mot.
Il avait beau ne pas être en train de dormir des images de son aventure lui revenaient en tête, et même si seulement les dernières étaient tragiques cela pesait fortement sur son coeur.
Tout avait commencé ici, un an et quelques jours plus tôt, Eilraet était incapable de rêver et avait lancé une expédition vers une citée dont tous les habitants étaient plongés dans un mystérieux sommeil. Il avait d'abord été rejoint par Arkan sont vieil ami, puis Anya, la guerrière, Querdal, qui maniait la hache et Gorgorbé s'étaient joint à la troupe. Ensuite étaient venus Awilan, un vagabond un peu perdu, Turquoise, une étrange jeune fille, Alean un druide en quête de découverte et Keela, une lycane qu'Eilraet appréciait tout particulièrement, entre autre parce qu'a son tour il devint lycan sous sa morsure. Ils firent route commune vers la cité qui rêvait et, après quelques combats sans importance augmentèrent leur effectifs d'une personne avec l'arrivée de l'elfe Rosslaew, qui venait de la cité d'Ardhonmeth et n'avait appris que récément ce qui était advenu de sa cité natale.
En réalité c'était le roi de la cité qui l'avait plongée dans un sommeil magique afin de la protéger de l'invasion du peuple d'Eilogiar, la ville où Eilraet vivait et qui désormais n'était plus en guerre contre aucune autre. Malheureusement pour eux la cité n'était pas vide, les vampires, par de puissants sortilèges avaient réussis à s'introduire dans la cité peu de temps avant la petite troupe qui heureusement grâce à la magie d'un voleur de rêves nommé Morphée qui avait su réanimer les Ardhons, parvint à décimer la menace, au prix de nombreuses vies, car les démons qui hantaient Querdal et Arkan se réveillèrent et firent face détruisant en grande partie la ville. Rosslaew, l'elfe c'était révélé être de sang royal et la dernière fois qu'Eilraet l'avait vu, un an plus tôt, il reconstruisait sa ville peuplée essentiellement des enfants qui étaient restés à l'abri durant l'offensive.
Ardhonmeth était désormais partiellement reconstruite et était connue en tant que ville jeune, mais la joie n'y avait pas totalement fait son retour.
Eilraet, qui en chemin avait retrouvé sa faculté à rêver, même lui ne savait pas comment, aurait rêvé de la ville en ruine toutes les nuits si il n'avait pas eu la faculté de modifier ses rêves et le cadeau de Morphée, un objet qui semblait être un vulgaire caillou mais qui contenait des centaines de rêves extraordinaires, une bibliothèque de rêves en fait, qui reposait quelque part sur une corniche de la vrai bibliothèque de la cité, bâtiment dans lequel le combat de démon avait eu lieu.

Eilraet se força à penser à autre chose, mais chaque fois que la porte grinçait il s'attendait à voir une tête familière venir célébrer avec lui ce triste anniversaire. Mais à force de sursauter à chaque alerte il se laissa et resta immobile à visiter ses souvenirs.
Dernière édition par Eilraet le dim. oct. 01, 2006 11:35 pm, édité 3 fois.
perl -E 'say s/(.*r).*\K/, \l$1.\n/r, ${["Take one down and pass it around. ", "Go to the store and buy some more. "]}[/N/], $::b{$_} // $a, "\n" for reverse sort { $a <=> $b } keys %{ { %::b = map { ($a, $b) = ($_, $a) } map { join "", "$_ bottle", "s" x !/^1$/, " of beer on the wall" } "No more", 1..99 } };'
Plume
Fait une promenade en bateau volant
Messages : 2616
Inscription : ven. juil. 14, 2006 11:09 am

Messagepar Plume » lun. sept. 18, 2006 11:34 pm

Eilraet était encore en train de contempler les souvenirs de ses anciens compagnons lorsque la porte grinça. Etant habitué au bruit de celle-ci, Eilraet ne fit même pas l'effort de se retourner.
- Hum, hum...
Eilraet ne prêta pas attention à ce bruit parasite.
- Excusez-moi...
Reconaissant distinctement une voix, cette fois-ci, il se retourna :
- Oui ?
- Excusez-moi Eilraet, c'est Andrew... Je suis un peu perdu dans toute cette affaire, entre mon arrivée catastrophique et ce combat où l'on a perdu un certain nombre des notres... Je voulais m'excuser de vous avoir gêné plus qu'autre chose dans cette histoire. Si je puis me rendre utile en quoi que ce soit, je suis à votre disposition. Au fait, quelle est la raison de votre venue dans la Cité Endormie ? Même avant mon départ, rares étaient ceux qui osaient encore s'y aventurer...
Ender, peur d'avoir gêné après coup s'excusa, puis se retira et franchit à nouveau le seuil de la porte.
Dernière édition par Plume le lun. sept. 18, 2006 11:46 pm, édité 1 fois.
Espoir... Je suis désolé, mais je ne veux pas être empereur, ce n’est pas mon affaire. Je ne veux ni conquérir, ni diriger personne. Je voudrais aider tout le monde dans la mesure du possible, juifs, chrétiens, païens, blancs et noirs. Nous voudrions tous nous aider si nous le pouvions, les êtres humains sont ainsi faits. Nous voulons donner le bonheur à notre prochain, pas lui donner le malheur. (...)
Nous pouvons tous avoir une vie belle et libre mais nous l’avons oublié...
Anya

Messagepar Anya » lun. sept. 18, 2006 11:35 pm

Kâlraw marchait dans la forêt. Il n’était pas pressé : il n’avait pas de mission à remplir, pas de but précis. Le long cimeterre attaché à sa ceinture oscillait à chacun de ses pas.
Autour de lui, il entendait les bruits apaisant de la forêt : cris d’oiseaux, bruissement de feuilles, murmure d’un ruisseau… Un ruisseau ? Cela lui rappela qu’il avait soif. Il se dirigea vers le clapotis qu’il avait entendu, et déboucha dans une petite clairière tapissée de mousse, au milieu de laquelle jaillissait une petite source entourée de rochers disposés de façon à former un petit bassin. Une plaque de métal gravé était fixée sur la pierre, juste au-dessus du filet d’eau :

« Propriété de la Taverne de la Marmotte qui Tousse, cité d' Eilogiar.
Servez-vous, voyageur assoiffé, mais vous êtes prié de laisser les lieux dans l’état où vous les avez trouvés en arrivant.
Eilraet, Tavernier. »


Quelque peu surpris et intrigué, Kâlraw se courba néanmoins au-dessus de l’eau claire. Son reflet se détacha nettement sur le fond gris du bassin de pierre. Il s’observa un moment dans l’eau, contemplant ses yeux couleur d’ambre entouré de noir, son visage à la peau bleu sombre, sa bouche garnie de crocs acérés, ses oreilles pointues…Quand il se pencha pour boire, sa longue crinière noire, semblable à celle d’un lion, lui tomba sur le visage en mèches crasseuses. Il se rendit alors compte de l’état de saleté dans lequel il se trouvait, et eut soudain envie d’un bon bain. Il aurait bien voulu se baigner ici, dans ce petit bassin, au milieu de cette charmante clairière, mais l’inscription de la plaque en métal suffit à l’en dissuader. Pas ici, du moins. Il n’avait qu’à aller jusqu’à cette taverne, il demanderait un bain là-bas. Après tout, Eilogiar, ce n’était pas si loin…
Après s’être désaltéré, il se redressa de toute sa taille (soit plus de deux mètres soixante-dix, tout de même), rajusta son cimeterre dans la ceinture de son pagne de cuir noir, resserra les bracelets de force en cuir qui enserraient ses avant-bras musculeux, et repartit d’un pas tranquille. Ses pattes de félin, munies de coussinets, ne faisaient aucun bruit, mais le seul souffle de sa respiration suffisait à le faire repérer par les animaux de la forêt. Qu’importe, il ne comptait pas chasser aujourd’hui, et, de toute façon, la discrétion n’avait jamais été la grande force des Deamons…


Le soleil, haut dans le ciel, indiquait midi lorsque le jeune Deamon poussa la porte de la fameuse Taverne de la Marmotte qui Tousse, faisant tinter une petite clochette. Se dirigeant vers le comptoir, il s'adressa poliment à l'homme qui se trouvait derrière, sans doute ce fameux Eilraet.
"- Bonjour à vous, Tavernier. Je me nomme Kâlraw. Serait-il possible d'avoir un bain, et un bon repas chaud?"
Dernière édition par Anya le mer. sept. 20, 2006 11:24 pm, édité 2 fois.
Eilraet
Chapelier de l'apocalypse
Messages : 7925
Inscription : dim. mars 26, 2006 4:07 pm

Messagepar Eilraet » lun. sept. 18, 2006 11:55 pm

Eilraet fut brusquement éjecté de ses rêvasseries quand la créature géante entra dans sa taverne, il eu soudain peur, malgré le fait que la taverne elle même savait se défendre mais ne pouvant pas refuser un potentiel client garda son calme le temps que celui ci fasse sa demande. Celle ci fut faite de manière si polie qu'Eilraet eu l'impression d'être victime d'une illusion, après quelques instant il parvint à répondre :
« Oui bien sûr, je m'occupe de vous tout de suite, laissez moi juste le temps d'aller rechercher la personne qui vient de sortir »
« Très bien, merci »
Eilraet se précipita vers l'extérieur rattrapant Andrew et lui indiquant de s'asseoir à une table pendant qu'il s'occupait Kâlraw, visiblement l'Ardhon (qu'Eilraet avait croisé peu de temps avant d'entrer dans la cité) était déboussolé car il s'excusait de choses dont il n'était nullement la cause et avait quitté la taverne sans attendre la réponse.
Eilraet alla ensuite chercher Luthien la serveuse pour lui dire d'offrir au jeune humain ce qu'il désirait et pour préparer un bain à l'attention du nouveau client vers qui le tavernier se dirigea.
« Votre bain se prépare, que désirez vous manger en attendant ? »
perl -E 'say s/(.*r).*\K/, \l$1.\n/r, ${["Take one down and pass it around. ", "Go to the store and buy some more. "]}[/N/], $::b{$_} // $a, "\n" for reverse sort { $a <=> $b } keys %{ { %::b = map { ($a, $b) = ($_, $a) } map { join "", "$_ bottle", "s" x !/^1$/, " of beer on the wall" } "No more", 1..99 } };'
Plume
Fait une promenade en bateau volant
Messages : 2616
Inscription : ven. juil. 14, 2006 11:09 am

Messagepar Plume » lun. sept. 18, 2006 11:55 pm

Ender était à moitié terrorisé en voyant la créature devant lui. En fait, quand Eilraet le rattrapa, il essayait de s'enfuir discrètement, en espérant bêtement de ne pas avoir été repéré. Lorsqu'Eilraet l'assit à une table, cela l'inquiétai plus qu'autre chose. Même si le monstre avait un langage "civilisé", il ne fallait pas nier qu'il en imposait et qu'il donnait envie à Ender de retrouver toutes ses facultés athlétiques qu'il avait développées étant plus jeune.
Mais Ender ne bougea pas. Pas parce qu'il résistait courageusement à la créature mais parce que la peur lui coupait les jambes, et lorsqu'elle s'approcha de lui, Ender s'évanouit, s'écrasant la figure sur la table, ce qui lui provoqua un petit saignement de nez...
Dernière édition par Plume le mar. sept. 19, 2006 12:15 am, édité 1 fois.
Espoir... Je suis désolé, mais je ne veux pas être empereur, ce n’est pas mon affaire. Je ne veux ni conquérir, ni diriger personne. Je voudrais aider tout le monde dans la mesure du possible, juifs, chrétiens, païens, blancs et noirs. Nous voudrions tous nous aider si nous le pouvions, les êtres humains sont ainsi faits. Nous voulons donner le bonheur à notre prochain, pas lui donner le malheur. (...)
Nous pouvons tous avoir une vie belle et libre mais nous l’avons oublié...
Anya

Messagepar Anya » mar. sept. 19, 2006 12:08 am

Après avoir commandé un steak/salade/tomates cerises au tavernier, Kâlraw se dirigea vers la table de l'homme que le tavernier avait ramené de l'extérieur. Celui-ci, blanc comme un linge, les mains crispées sur le bord de la table, semblait mort de peur, et son regard agrandi de frayeur ne pouvait se détacher des crocs du jeune Deamon.
Kâlraw en était chagriné, mais il savait que c'était inéluctable. Les humains avaient peur des Deamons, et ce depuis la nuit des temps... Ce problème ne pouvait être résolu qu'avec la communication...
Soudain, l'humain s'évanouit.
Kâlraw s'approcha de lui rapidement, inquiet. Voyant le sang qui coulait du nez légèrement écrasé de l'homme, il appela le tavernier:
"- Holà! Tavernier! avez-vous un chiffon humide, par hasard? Je crains que votre ami ait été un peu trop impressionné par mon... apparence... Il s'est évanoui, et a heurté la table."
Eilraet s'approcha, et eut bien du mal à réprimer un sourire quand il vit le monstre à la peau bleue aussi embarassé... on aurait dit un gamin penaud qui vient de faire une bêtise... avec quelques crocs en plus...
Mais quand il vit Andrew, le nez écrasé contre la table, tachant le beau bois de chêne avec son sang, le tavernier alla chercher une cuvette d'eau fraiche, ainsi qu'un chiffon.
Kâlraw prit le chiffon des mains du voleur de rêves, le trempa dans l'eau, et, avec une douceur infinie, nettoya le visage de l'homme évanoui. La coupure sur son nez n'était que superficielle, le cartilage n'était pas endommagé.
Soudain, Ender revint à lui. Voyant les crocs du Deamon si près de son visage, il eut un sursaut, et l'énorme main de Kâlraw, qui se trouvait à quelque milimètres de sa figure, vint lui écraser le nez, avec un affreux bruit de craquement... Andrew hurla de douleur, et s'évanouit une demi-seconde plus tard.
Son nez était cassé, cette fois... Bel et bien cassé. Kâlraw fondit en larmes, désolé:
"- Pardon, je ne voulais pas, je n'ai pas fait exprès... Je suis désolé..."
Dernière édition par Anya le mer. sept. 20, 2006 11:24 pm, édité 1 fois.
Rozeen
Est captivé(e) par la minute reflective de Sam
Messages : 257
Inscription : mer. juil. 19, 2006 8:56 pm

Messagepar Rozeen » mar. sept. 19, 2006 9:09 pm

Au moment où le daemon s'agitait devant la victime de son agression involontaire tout en bredouillant des excuses la porte s'ouvrit sur une créature assez peu engageante.
De prime abord on aurait dit une femme, mal entretenue, mais une femme. Des cheveux en brousaille et un vêtement cousu dans une toile grossière.

Cependant quand elle s'approcha d'Eilraet pour lui demander une pinte, ce dernier pu remarquer à la lueur du petit matin des ongles d'une longueur impressionante.

Une fois qu'il fut repassé derrière le comptoir pour lui donner sa commande elle le remercia sans trop de cérémonie et se retourna pour suivre la suite de l'aventure de deamon qui avait eu l'air de l'amuser à son entrée. A cet instant Eilraet pu constater que dans son dos se tenaient repliées deux grandes aîles qui, une fois déployées, devaient bien avoir 1mètre50 d'envergure...

"Une harpie, pensa t-il, il y avait bien des années que je n'en avais pas vu dans les parages. Et celle-ci ne m'a pas l'air des plus commodes."
En témoigna la manière dont elle s'approcha du deamon toujours embarassé qui humectait toujours le visage d'Andrew sans pour autant réussir à le tirer de sa léthargie. Elle eut un geste de réconfort pour Kâlraw et se pencha sur l'humain auquel elle donna une gifle claquante et vigoureuse, ce qui eut pour effet de le reveiller dans un sursaut.

Elle retourna à sa pinte après avoir tapoté l'épaule du daemon, le laissant s'expliquer avec son homme. Elle plongea dans la bière.
Arkan
Chante en Mogwai
Messages : 829
Inscription : jeu. avr. 06, 2006 12:46 pm

Messagepar Arkan » mar. sept. 19, 2006 10:08 pm

Kalito ouvrit les yeux. Le ciel était déjà d'un bleu clair et le peu de nuages qui s'y trouvaient laissaient le soleil répandre ses rayons naissants. Le Kalito s'assit et remarqua que ses deux compagnons dormaient encore. Faisant peu de cas de les rêveiller, le Veilleur éveillé se mit sur pieds et s'étira longuement; ses grandes ailes s'ouvrèrent pour elles aussi réveiller leurs muscles endoloris, le soleil se reflétant en une lueur bleue sur leurs plumes noires. "Niaaaaa...."
Le grognement de satisfaction poussé par Kalito fit émerger ses amis des lymbes du sommeil. Fier de lui, le nécromancien sourit et clama d'une voix chantante: "La matinée est déjà bien avancée, bande de fanatiques de l'oisiveté ! Une journée de marche nous sera nécessaire pour rallier Eilogiar, sauf si vous persistez à dormir jusqu'à tard !" .
-Espece de piaf menteur! je suis éveillé depuis bien plus longtemps que toi, et tu viens de te lever." L'elfe sombre avait gardé ses yeux fermés tout le long de sa tirade, et au final il s'assit et fixa Kalito d'un air faussement énervé (Mais avec son oeil blanc barré d'une cicatrice blafarde, l'ironie était difficilement discernable).
-Ah la la... Nylhin... comme vous êtes intelligent et malin ! Eh bien reveillez donc votre amie, car elle aura besoin d'être fraiche et levée pour soutenir le rythme aujourd'hui.
Nylhin leva les yeux au ciel et se leva. Il pris la gourde accrochée à sa ceinture et commenca à l'ouvrir. "C'est facile pour toi de soutenir ce "rythme", volatile. Voler est toujours plus rapide que marcher..."
-Qu'en sais-tu? C'est fatiguant aussi...
"Mouais" Nylhin finit d'ouvrir sa gourde et déversa un peu du contenu sur le visage serein et endormi de Lucy. Celle-ci se réveilla en sursaut et mit quelques temps à comprendre ce qui s'était passé. Puis, outrée, elle fixa d'un air furieux Nylhin, qui se mit à rire aux éclat, rapidement accompagné de Kalito, puis finalement de Lucy (qui semblait après tout de bonne humeur).
Les trois voyageurs reunirent leurs affaires posées aux pieds des arbres entourants la clairière où ils avaient bivouaqué, puis se remirent en marche, après un encas léger.
Kalito, au bout de quelques minutes, s'envola pour inspecter les environs, et Nylhin profita de ce moment pour parler. "Il me reste deux jours"
-Je sais, nous trouverons bien quelque chose, t'inquiète pas"
Nylhin opina de la tête et accelera la marche. "Il y a encore du chemin pour arriver à Eilogiar, accélere un peu !"

Kalito s'était posé sur une bute rocheuse et contemplait le royaume d'eilogiar un poid sur le coeur... Il allait les revoir, enfin... Mais les nouvelles qu'il apportait assombrissaient les retrouvailles prévues...
"Hey le piaf ! tu traines !" Nylhin et Lucy avaient dépassé Kalito, et commençaient à prendre de l'avance.
"Tu fais en 100 pas ce qu'un battement d'ailes me permet de parcourir, Nylhin, alors tu peux courir pour me battre, ça changera rien !"

Sur ce, l'oiseau de mauvaise augure s'envola...
En direction d'Eilogiar.
Dernière édition par Arkan le mar. sept. 19, 2006 10:25 pm, édité 1 fois.
Plume
Fait une promenade en bateau volant
Messages : 2616
Inscription : ven. juil. 14, 2006 11:09 am

Messagepar Plume » mar. sept. 19, 2006 10:21 pm

Lorsqu'Ender reprit connaissance sous les claques de la harpie, il maugréa de douleur dans un premier temps à cause de son nez nouvellement fracturé. Soudain, il vit Kalrâw. Premier hurlement de terreur. Il se tourna vers la harpie. Deuxième hurlement de terreur. Là, l'adrénaline fit son effet chez le jeune noble qui renversa la table sur les deux créatures et fit voler la chaise en arrière en se levant pour se précipiter sur Eilraet :
"Là... monstres...auberge...manger...harpie...aide...appeler..."
Puis sans attendre la moindre réponse d'Eilraet qui chercha vainement à le retenir, Ender s'engouffra vers la sortie en hurlant : "Au secours !" sans arrêt... jusqu'à ce qu'un voyageur qui franchissait le seuil de la porte se mit sur son chemin accidentellement.

Une collision plus tard et quelque mètres plus loin, par terre, Andrew, confus, se confondait en excuse auprès du potentiel client de l'auberge en lui nettoyant les vêtements :
"Désolé..pardon...pas fait exprès...désolé..."
L'aidant à se reveler, Ender le conduisit vers Eilraet. Mais comme Kâlraw et Rozeen se tenaient encore entre eux, il se remit à hurler de terreur, se cacha derrière le pèlerin en hurlant :
"Là, des monstres !!!!"
Espoir... Je suis désolé, mais je ne veux pas être empereur, ce n’est pas mon affaire. Je ne veux ni conquérir, ni diriger personne. Je voudrais aider tout le monde dans la mesure du possible, juifs, chrétiens, païens, blancs et noirs. Nous voudrions tous nous aider si nous le pouvions, les êtres humains sont ainsi faits. Nous voulons donner le bonheur à notre prochain, pas lui donner le malheur. (...)
Nous pouvons tous avoir une vie belle et libre mais nous l’avons oublié...
Anya

Messagepar Anya » mer. sept. 20, 2006 4:42 pm

Après qu'Ender se soit encore enfui, Kâlraw avait renoncé à s'excuser. Dépité, il était allé s'asseoir au comptoir, à côté de la harpie, qui, au moins, n'avait pas peur de lui. Eilraet lui servit le plat qu'il avait commandé, et il commençait à croquer ses tomates cerises une par une quand Ender revint avec le pèlerin inconnu. Déçu par l'attitude des hommes à son égard, Kâlraw n'accorda même pas un regard au nouvel arrivant.
Dernière édition par Anya le mer. sept. 20, 2006 11:24 pm, édité 1 fois.
Eilraet
Chapelier de l'apocalypse
Messages : 7925
Inscription : dim. mars 26, 2006 4:07 pm

Messagepar Eilraet » mer. sept. 20, 2006 9:32 pm

Eilraet se sentit un peu ridicule quand, à nouveau tiré d'une rêvasserie réalisa ce qui ce passait dans la taverne.
-Lu ! Tu peux venir s'il te plais ?
-J'arrive.
Le tavernier entendit la serveuse descendre les escaliers et en lui lui montrant Andrew d'un geste du menton.
-On a un blessé, je vais m'occuper des autres clients.
Eilraet salua le groupe de 3 clients qui étaient des habitués qui n'avaient d'intéressant que leur bourses bien pleines puis se dirigea vers Kâlraw lui indiquant comment se rendre dans la salle où son bain l'attendait puis il alla relever les commandes.
Alors que le tavernier se dirigeait vers Andrew pour partager des souvenirs et répondre à ses questions il remarqua que Luthien semblait avoir engagé une discussion fertile avec la créature de grande taille. Il se tourna vers Andrew et demanda :
-Alors Andrew comment te portes tu ? Et quelles nouvelles de ta ville et de ton roi m'apportes tu ?
perl -E 'say s/(.*r).*\K/, \l$1.\n/r, ${["Take one down and pass it around. ", "Go to the store and buy some more. "]}[/N/], $::b{$_} // $a, "\n" for reverse sort { $a <=> $b } keys %{ { %::b = map { ($a, $b) = ($_, $a) } map { join "", "$_ bottle", "s" x !/^1$/, " of beer on the wall" } "No more", 1..99 } };'
Plume
Fait une promenade en bateau volant
Messages : 2616
Inscription : ven. juil. 14, 2006 11:09 am

Messagepar Plume » mer. sept. 20, 2006 10:32 pm

"Ils... ils sont partis ? fit Andrew avant de répondre à Eilraet.
- Ne t'inquiète pas, le géant ne ferait pas de mal à une mouche..."
Un peu plus serein, mais restant tout de même alerte, Ender commença à répondre au tavernier:
"Peter est toujours sur le trône, et apparement, la situation se dégrade de plus en plus. Une résistance s'organiserait, ce qui fait que nobles de mon royaume et sbires de mon frère doublent leurs efforts pour me retrouver. Pour l'instant, je ne risque rien, mais je sens que ça ne va pas durer..."

Pendant ce temps, dans l'auberge, le voyageur inconnu commençait à questionner les pensionnaires :
"Connaitriez-vous un certain Andrew Wiggin par hasard ? Je suis le duc de Baseenglöck et je suis à sa recherche depuis plus d'un an maintenant."
Espoir... Je suis désolé, mais je ne veux pas être empereur, ce n’est pas mon affaire. Je ne veux ni conquérir, ni diriger personne. Je voudrais aider tout le monde dans la mesure du possible, juifs, chrétiens, païens, blancs et noirs. Nous voudrions tous nous aider si nous le pouvions, les êtres humains sont ainsi faits. Nous voulons donner le bonheur à notre prochain, pas lui donner le malheur. (...)
Nous pouvons tous avoir une vie belle et libre mais nous l’avons oublié...
Querdal
Attend à Courcourgette
Messages : 7934
Inscription : jeu. avr. 06, 2006 1:12 pm

Messagepar Querdal » jeu. sept. 21, 2006 10:59 pm

La conversation entre Nylhin et Lucy, très animée, portait à ce moment là sur la meilleure façon de tuer un vampire, quand Nylhin se tut subitement, puis s’arrêta sur place.
« Nyl ? fit Lucy, intriguée. Il y a un problème… ?
– Eh bien ! lança Kalito depuis l’azur ; qu’attendez-vous donc ?
– Chut, susurra Nylhin, les sourcils froncés. Chut, écoutez-ça… On dirait… un cri. Un cri strident. Je dirais même, paniqué. Ça se rapproche… »
Effectivement, un son modulant dans les aigus aux timbres aigres se rapprochait rapidement des deux marcheurs et du veilleur qui faisait du surplace au-dessus d’eux. Celui-ci, assourdit par le bruit de ses ailes, n’entendait pas le cri vrombissant. En revanche, l’impression qu’une ombre était en train de le couvrir lui fit lever la tête au dernier moment, juste à temps pour voir deux yeux globuleux, exorbités, qui le fixaient avec l’étincelle de regret dans le regard d’un pilote de chasse qui toise l’immeuble dans lequel il est sur le point de s’écraser. Kalito entendit le cri, aussi. Un peu trop tard, mais il l’entendit.
Puis le choc retentit : le propriétaire des yeux globuleux heurta de plein fouet un Kalito qui avait perdu tous ses moyens. Dans un grand chamboulement digne d’une chorégraphie de danse synchronisée improvisée à l’arrache, le petit être venu des cieux et le nécromancien volatile tournèrent l’un sur l’autre, l’un essayant de se libérer pour reprendre le contrôle de ses ailes et éviter l’écrasement au sol, et l’autre tentant par tous les moyens de s’accrocher aux vêtements du premier pour ne pas finir en petite galette de verdure dans le sous-bois. Finalement, Kalito parvint à se stabiliser, à moins de trois mètres d’un gros rocher pointu peu accueillant. Battant des ailes de toutes ses forces, jusqu’à l’épuisement, le nécromancien parvint à ralentir sa chute, et reprit même de l’altitude. A grand peine, il revint au niveau des cimes des arbres. Le passager clandestin avait réussi à s’accrocher solidement aux bottes de Kalito, et n’avait pas l’air décidé à s’en séparer. Après quelques dizaines de secondes de lutte muette, sous les trois yeux valides et intrigués de Lucy et Nyhin, le nécromancien parvint à donner un coup de pied dans l’air qui éjecta l’indésirable ; celui-ci parvint à se rattraper in extremis à une cime de sapin, sur laquelle il s’arrima des deux bras et des deux jambes, fixant Kalito d’un regard furibond qui manquait de crédibilité.
L’étrange créature à la peau entièrement verte et fripée ne mesurait pas plus de soixante-dix centimètres. De son tronc maigrelet, rachitique, aux côtes apparentes, partaient ses quatre membres dont les muscles et les os étaient également tout à fait distinguables. Cette modestie dimensionnelle des membres contrastaient avec ses pieds, larges, plats et pourvus de griffes recourbées, jaunes et épaisses. Pareilles étaient les griffes de ses mains, qui étaient également grandes comparées à ses bras. Mais le plus intrigant restait sa tête, dont le taille avoisinait la hauteur de son tronc. Si on le regardait du dessus, ses longues oreilles pointues formaient un triangle avec son nez imposant et crochu. Ses yeux, globuleux comme nous l’avons dit plus haut, inquiets, méfiants, perfides, étaient injectés de sang sur les bords, et verrons : brun-rouge à gauche et violet à droite ; ils étaient surmontés de sourcils en corne grise. Sa bouche était à l’image du reste du corps : large et pourvue de chicots pourris et de lèvres fines, sèches et retroussées en un sourire aussi inquiétant que stupide. Pour tout vêtement, il ne portait qu’un pagne brun, rapiécé et minimaliste qui lui couvrait les reins.
« Un gobelin ? fit Kalito avec une moue de dégoût.
– Oh, oh, fais pas ton malin avec moi ! Je suis Myke, quatre cent douzième gobelin de la… Oh, puis non on n’a pas le temps d’épiloguer, tes poteaux tapent du pied en bas. Eeeeeeeeeeeeeeeennnnn route ! »
Le dénommé Myke sauta de sa confortable cime de sapin sur le dos de Kalito, où il s’accrocha solidement.
« Mais… Mais que fais-tu, enfin ?
– Ben quoi ? On va pas à Eilogiar ? (il leva le nez vers les nuages moutonnant là-haut pour les scruter d’un air perplexe :) On m’aurait mentit… ? Ou je me suis trompé de cible, peut-être… Encore une histoire de logistique et de paperasse, ça se passe toujours comme ça avec les p’tits rigolos des bureaux A28 et C34…
– Non, non enfin, nous nous rendons effectivement à Eilogiar… Mais comment le sais-tu, et… D’où viens-tu, d’abord ? Et arrête de m’enfoncer tes griffes dans les ép…
– Pas le temps de palabrer, on a déjà du retard sur l’horaire ! Eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeennnnnn avaaaaaaaaaaaaannnnt ! …Eh… J’ai dit en avant, là… J’suis tombé sur un mou du bulbe, ou quoi ? Toc toc, mon petit monsieur, on y va, on met les gaz, on bat d’son aile un peut plus vigoureusement, sinon on sera jamais à cette pu**** de Taverne pour l’horaire ! »
Kalito leva les yeux au ciel, soupira et fit signe à ses deux compagnons de route de reprendre la marche.
Il n'y a qu'un âne qui s'appelle Querdal.
Keela
Est captivé(e) par la minute reflective de Sam
Messages : 341
Inscription : mar. avr. 04, 2006 8:34 pm

Messagepar Keela » jeu. sept. 28, 2006 2:23 am

Keela...
Un prénom qui fuyait un peu dans le vent, comme celui de Lock. Une légende qui ne voulait pas mourir.
Un an auparavant, après grandes hésitations, elle avait accepté l'aide du nouveau seigneur d'Ardhonmeth. Beren Nenmacil. L'Elfe qu'elle n'avait pas tué. Le premier contrat qu'elle avait déchiré avec un rictus amusé.
Désormais, de mercenaire, elle n'avait plus grand chose. Non, elle était devenue chasseuse de primes. La différence était très simple, aux yeux de la Lycane : elle avait le choix de terminer ou non ses missions, et de faire ce qui l'intéressait. Uniquement ce qui l'intéressait.
Et elle passa un an à reconstruire Lock. L'argent que Beren avait fournit lui suffisait. Des gens s'étaient déplacés, intéressés pour reprendre l'esprit de Lock, refaire vivre la légende. Des fois, il s'agissait de descendants des villages et villes avoisinants, de fanatiques de la légende. Des volontaires, en somme.
Le travail n'était pas terminé. Le village grandissait, les moutons un peu gris reprenaient place dans les environs... chaque fois, des nouvelles bâtisses apparaissaient. Dernièrement, ils avaient commencé la construction d'une école.
Elle avait été nommée chef de Lock par les premiers venus. Le reste suivait la règle : elle décidait, elle jugeait, mais... mais elle faisait bien comprendre quand cela l'ennuyait. Le titre qu'ils lui donnaient n'était pas "chef", dans les discussions, mais "légende". Il y avait des choses qui vous collaient à la peau.

Et puis il y avait un changement. Tout petit.
Comment expliquer cela ?
Nous dirons qu'à force de tenter de faire revivre une légende, elle revient vers vous, avec un grand coup de fouet.
Keela n'était pas la seule survivante de Lock.
Non, la légende était aussi sur les épaules d'un jeune Semi-Elfe aux yeux sombres, un peu mal coiffé, cheveux sombres, quelques poils vagabondant sur son menton, avec une forte tendance à la Lycanthropie. Il était petit, très fin, avec un sourire un peu rêveur. Capacité spéciale : s'amuse à embêter Keela.
Il s'agissait du frère de la Légende.
Et pour Keela, c'était un mélange de bonheur et de désespoir. Le retour du boulet-adoré, c'était... moyen. Mais elle ne cachait pas qu'elle était contente de le revoir.
Du coup, les voilà tous deux à la direction de Lock.

Direction qu'ils avaient décidé de laisser un peu de côté, un beau jour. Ils avaient parlé d'Ardhonmeth, la cité dont ils dépendaient. Ils avaient parlé de la guerre, des Vampires. Ils avaient parlé de leurs deux histoires, comme on parlait de la légende de Lock. Comme si c'était faux, tout en sachant que cela avait existé.
Le résultat de cette discussion : rendre visite au Lycan que Keela avait mordu, et dont elle parlait tant.
Il était aubergiste. Il fallait retrouver l'auberge. La recherche fut longue, le voyage était tout aussi loufoque que sombre, et les voilà devant la bâtisse qui portait le nom de Taverne de la Marmotte qui Tousse.

Gelvin laissa traîner sa langue sur ses lèvres.
-Ca sent bon, ici.
-Les auberges sentent souvent bon.
-C'est vrai... beaucoup de nourriture, à boire, et de quoi épicer un peu nos victimes.
-Nous ne venons pas pour manger, mais pour voir Eilraet.
-C'est pas faux. Mais un bon Lycan nous offrirait un petit repas, tu ne penses pas ?
-Je ne vois pas le rapport...
-... Vous êtes compagnons d'armes, tu l'as mordu, et plein de choses dans le genre ! Sincèrement, il devrait nous offrir à manger ! Je le ferais, à sa place !
Mouvement de cheveux esthétique, façon Loréliane.
-"plein de choses dans le genre" ? Je ne sais même pas si nous sommes seulement des "amis". Alors excuse-moi, Gelvin, si j'ose remettre en compte tes jolies certitudes, et si je brise tes rêves ! Si tu as si faim, mange un lapin !
-Tu savais que c'est aphrodisiaque, le lapin ? Tu devrais essayer.
Un coup de poing s'enfonça dans les dents de Gelvin, qui eut la chance de les avoir assez... résistantes. Cependant, alors que Keela s'énervait, son jumeau lui arracha son bras zombi -si, si, elle l'avait encore- et entra en courant dans la taverne.

Le monde qu'il y avait n'importait que peu le Semi-Elfe Lycanthrope. Dérapage contrôlé sur le parquet, et le voilà au centre de la pièce principale... et de beaucoup d'attention. Il remua sa récompense devant la totalité de l'auberge, alors que sa soeur démenbrée entrait avec un air blasé.
-Rends-moi ça immédiatement, Gelvin de Lock.
-Non, démerdes-toi !
A peine le temps d'un clin d’œil, et le bras se retrouvait planté sur le plafond, par une dague.
Gelvin était plié de rire devant l'expression désespérée de sa sœur, qui leva la main, pour entourer la dague de glace. Un court instant plus tard, l'arme descendait vers la main de Keela, laissant le bras zombi tomber lourdement à terre. Un geste brusque de la main, et Gelvin se rendit compte que sa dague s'était plantée dans son flanc. Le Lycan hurla de surprise plus qu'autre chose, et lança une tirade de jurons venant directement de Lock en retirant son arme, et en la nettoyant.
Quelques secondes plus tard, le frère et la sœur étaient de nouveau en bonne forme, et Keela s'approcha de la serveuse, qui la fixait d'un air sévère.
-Je cherche Eilraet...
-... qui êtes-vous ?
-Keela de Lock, et voici mon jumeau, Gelvin.
Geste vague de la main qui manqua de peu d'éborgner le Semi-Elfe.
-Je ne vois pas pourquoi je vous amènerai l'aubergiste.
-Moi je vois pourtant plein de raisons.
-Lesquelles, mademoiselle ?
La Légende arqua un sourcil.
-Tout d'abord parce qu'il y a environ un an, votre tavernier est parti d'ici, en tant que chasseur de rêves. Vous vous souvenez ? Il a rencontré un groupe de voyageurs. Dont je faisais partie, mais j'ai eu un tant soit peu plus de chance qu'Anya et Arkan, dont vous avez gardé soigneusement des souvenirs. J'ai mordu votre tavernier, qui est devenu Lycan, nous nous sommes retrouvés paumés dans la montagne, seuls, et nous sommes allés à Ardhonmeth. Je vous passe les détails, mais cela fait un an que la cité a été libérée. Un an. Je suis devenue la Légende de Lock, et j'ai retrouvé mon frère... Mais avant tout, je suis là pour célébrer un anniversaire aussi gai que funeste.
-Bien, attendez-donc ici, qu'il revienne.
Keela prit place au comptoir, en acquiesçant d'un signe de tête. Son frère s'assit à ses côtés, près de la Harpie.
Arkan
Chante en Mogwai
Messages : 829
Inscription : jeu. avr. 06, 2006 12:46 pm

Messagepar Arkan » jeu. sept. 28, 2006 3:43 pm

"au fait t'es quoi comme piaf toi ?"

Kalito en avait marre, mais vraiment, vraiment marre, de ce gobelin malpoli qui polluait son dos et son air... De plus ses questions idiotes ne faisaient rien pour arranger les choses, et le Nécromancien ne pensais pas supporter encore longtemps l'énergumène verdatre. Mais heureusement ils arrivaient, lui et le gobelin, à Eilogiar. Ils avaient distancé Nylhin et Lucy pour arriver en avance à la taverne, d'une part parce que Kalito voulait se débarrasser le plus rapidement possible de son passager inssuportable et aussi à cause des repliques énervantes de ce dernier qui était apparement pressé d'arriver.
Kalito était au final bien trop gentil. Il pouvait facilement se débarasser du gobelin et le laisser s'écraser sur le sol, mais au lieu de ça il lui permettait de se servir de lui comme monture.

"Réveille toi le piaf; on arrive! "
Effectivement Kalito, perdu dans ses pensées, n'avait pas vu Eilogiar qui s'approchait. Il survolait déjà la ville, attirant sur lui le regard des eilogiens éttonnés. Miséricorde, il était sortit de ses rêveries, et maintenant il était visible par n'importe quel oeil !
Kalito fit un demi tour raide qui fit jurer de façon peu raffinée le gobelin sur son dos et se dirigea vers la rue de la Taverne de la marmotte qui tousse, qu'il n'eu pas vraiment de mal à trouver, les souvenirs d'Arkan enfouis en lui aidants. Arrivé au dessus de la rue de la taverne, il ralentit et fit un peu de sur-place, pour repérer un endroit discret où se poser.
"Mais qu'est-c't'attends, espece de piaf dégénéré !? Eructa le gobelin en donnant des coups de talon frénétiques dans les côtes du nécromancien, c'est là ! descend imbecile! Mais putain tu vas descendre oui, tarlouze piaffante ? C'est pas le moment de chier sur les passants ! "

C'en était trop. En un violent battement d'ailes, Kalito désarçonna le squatteur et l'attrapa par le pagne qu'il portait. Le tenant à bout de bras, il lacha dans un sourire sadique "Adieu", et sans attendre de réponse, lança avec force le gobelin vers le sol, esperant qu'il se rapelle de ne pas insulter un nécromancien.

Libéré de son fardeau, Kalito decida de se poser dans le jardin de la taverne, plus grands de moitié que le batiment lui même.

Il mit pied à terre, et après les avoir étirées, replia ses ailes noires dans son dos. Que ces jardins étaient beaux ! Fleurs éclatantes de couleurs et arbres vibrants de santé insufflaient dans l'air comme une mélodie apaisante emerveillant les sens de Kalito. Le nécromancien ébahi par tant de beauté resta immobile un long moment, puis se rapella de son rôle et entreprit de trouver une porte pour la taverne. Il se trouvait dans une allée de pierres dallées encadrée de fleurs et arbres exotiques et elfiques. Une grille ornementée rejoignant la rue se trouvait dans le dos de l'Ailé, et le chemin continuait en s'enfonçant dans les jardins flamboyants. Au fil de ses pas, Kalito pu contempler de belles statues, dont deux assez récentes représentaient des personnes qu'il connaissaient bien. Il resta quelque temps devant les statues d'Arkan et d'Anya. Assez discrêtes, elles représentaient ses anciens compagnons dans une posture détendue, Arkan assit, le regard distant, et Anya appuyée sur une épée regardant d'un air amusé le spectateur. Kalito se remit en marche et, tournant au niveau de la scêne vers la gauche et passant devant la galerie de tableaux vitrée, trouva enfin la porte menant à la salle des habitués. Il frappa, mais aucune réponse ne lui parvint. Alors qu'il s'apprêtait à retenter sa chance, la porte s'ouvrit sans un grincement, révelant une pièce où regnait une lumière chaude et douillette s'échappant de bougies. Kalito sourit et caressa le battant de la porte "Merci bien, Taverne". Il entra et la porte se referma aussitôt. Kalito avança dans la pièce, faisant traîner son regard sur les fauteuils acceuillants et la cheminée éteinte. Puis il poussa les rideaux qui le séparaient de la salle commune.

Son arrivée ne passa pas innaperçue (un Ailé tel que lui arrivant d'on ne sait où ne pouvait que se faire remarquer), et devant les visages éttonés des clients, Kalito fit un léger signe de main et dit dans un sourire timide: "Kilay Tout le monde, savez-vous où est Eilraet ?"

Revenir vers « Rumeurs de taverne »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité