Fiches PJs

Une longue et belle cape pour les voyages, quelques lames et parchemins, je le vois bien vous êtes un aventurier ! Pourquoi ne pas conter ici vos aventures, voir celles des autres ?
Keela
Est captivé(e) par la minute reflective de Sam
Messages : 341
Inscription : mar. avr. 04, 2006 8:34 pm

Fiches PJs

Messagepar Keela » dim. avr. 22, 2007 11:05 pm

(dans le cas où vous ne pouvez pas éditer votre fiche initiale)

Surnom : Seigneur Loup

Nom et prénom (ou autres façons de le/la désigner) :
Elhiadën Rover

Sexe : Masculin

Age : 9831 ans... 5 ans physiquement dans sa forme de base, 20 ans quant il se transforme

Race : Elfe Noir Lycanthrope

Caste : Un des Seigneurs des Lycans

Description : Grand, maigre, un regard bleuté, caché derrière des lunettes rouges. Elhiadën a la peau gris-foncé, le visage fin, les cheveux blancs et les mains velues. Sa lycanthropie lui a donné des mains, quand il la fait fonctionner, griffues et puissantes, plus grandes que celles des Humains. Et sous forme de loup, son pelage est presque noir...
Lorsqu'il ne joue pas l'animal, et qu'il ne cherche pas à avoir une forme guerrière, il a le corps d'un enfant de cinq ans, l'âge auquel il s'est fait mordre.
Quelle que soit sa forme (loup, enfant, ou adulte entre les deux), au moindre contact physique sur sa peau, Elhiadën saigne. Cela l'affaiblit considérablement, et il perd souvent conscience à cause de cela.

Cet enfant de cinq ans, qu'il est, au delà de l'animal ou du guerrier, lui donne un air joueur, et constamment amusé, ainsi que très capricieux. Car, Elhiadën ne fait que ce qu'il veut, et ce qui lui semble digne d'intérêt. Du haut de ses quelques milliers d'années, il a su charmer les femmes, se battre, et passer son temps à dépenser de l'argent dans des paris plus ou moins intelligents.
Et pour peu qu'on lui demande quelque chose de fort ennuyant, il décapite, mord, déchiquète, et j'en passe.

Il possède un pouvoir assez étrange, qui est un forme de métamorphose donnée par son subconscient. S'il se souvient d'un rêve où il a changé de forme, il prendra automatiquement cette forme.

Histoire :
Alors que les Elfes étaient la race principale des êtres vivants, dans beaucoup d'univers, Elhiadën était un jeune enfant dans une famile douce. Il aimait réellement sa mère, femme adorée parmi toutes celles qu'il pourrait rencontrer. Et oui, ce n'était pas parce qu'il apprenait très jeune à haïr, et à se battre, qu'il était forcément d'un caractère sadique et désagréable -enfin bon...-.

Un beau jour, la caverne dans laquelle il vivait se fit attaquer par le premier des Lycans. Surpris face à un monstre qu'ils ne connaissaient pas, et pris dans une impasse, les Elfes Noirs n'eurent que très peu de chances de survie, et Elhiadën se fit mordre par celui qu'il servirait à jamais, celui qui deviendrait son père de coeur et de sang, Lycaon.

Jeune, sans réelle haine envers qui que ce soit, Elhiadën parvint à demander à Lycaon de mordre sa mère, et le petit Elfe Noir eut l'éternité à vivre dans les bras maternels...

L'éternité ? Non, puisque madame Rover disparut, le jour où son fils devint un Seigneur Loup.

Le reste de l'histoire ? Elhiadën chercha sa mère, se laissa porter par son fatalisme, et ses jeux, et laissa son nom teinter bien des légendes.
Lock, par exemple, dont il avait ordonné la destruction... et bien d'autres choses longues à conter. Un jour il retrouvera sa mère... à moins qu'il ne soit lynché pour ses jeux sanglants.

Image
Eilraet
Chapelier de l'apocalypse
Messages : 7925
Inscription : dim. mars 26, 2006 4:07 pm

Messagepar Eilraet » mar. avr. 24, 2007 11:26 pm

(Oué bon du coup c'est un peu galère d'aller sur le site pour modifier la fiche, la preuve même moi je le fait pas ^^')

Caramel : derrière ce nom sucré et un peu coloré se trouve un adolescent plutôt amère et vachement gothique. Totalement ivre lors de l'attaque d'Eilogiar il est donc resté à délirer dans la taverne pendant que tout le monde se faisait étriper. Comprenant qu'Eilraet est devenu totalement indifférent, et que tous les clients de la taverne, ainsi que Luthien, suivent son exemple Caramel a décidé de partir seul pour offrir son aide là où elle pourrait être utile. Bien qu'ayant été plutôt sociable Caramel a développé un don réel pour le camouflage, la dissimulation, la simulation, la détection d'information, toute la panoplie de l'espion. C'est en remarquant les utilités de ce don que Caramel c'est dirigé vers ce qui s'approche le plus du métier de journaliste, et qu'il a découvert le monde des veilleurs. C'est ces derniers qu'il a décidé de rejoindre pour leur apporter son aide. Et c'est donc accompagné de Vanille, qui possède suffisamment des caractéristiques de l'écureuil albinos pour qu'on le désigne ainsi, et d'un erdian (loup ailé) pour l'instant sans nom qu'il ne va pas tarder à devenir pote de Nylhin et d'autres veilleurs.

Alors pour ceux qui n'osent pas considérer Veneha comme un monde indépendant du notre il n'existe qu'un mot pour désigner Caramel, anachronisme, pour les autres contentez vous d'imaginer que journalisme (ou quelque chose de proche), ghostisme (waw ce jeu de mot) et caramel étaient des notions courantes à l'époque. Pour info à la base Caramel était tout mielleux mais Miel c'était moche, c'est en voyant Wenesday de la famille Addams que j'ai eu deux trois idées, vous pouvez presque le considérer comme son fils :P

Caramel
« Caramel »

*Myrtille, elle s'appelle Myrtille, avec un nom comme ça c'est obligé qu'elle soit faite pour moi, et puis elle a les même goûts que moi, elle aussi s'habille en noir et a plein de piercings.*

« Caramel ! »

*Peut être que je devrais aller la voir après les cours, c'est le dernier jour ...*

« Caramel ! »

*Et puis si un jour on a des enfants eux aussi auront des noms de sucreries, hum voyons voir 'Framboise' pour une fille, ou 'Clémentine', y a 'Cerise' aussi, mais ça sera pour la tradition, tous nos descendants auront des noms de friandises. Et pour un garçon ? Qu'est ce qu'il y a comme sucrerie masculine ?*

« Caramel !!! »

*Il doit forcément y avoir, et si je trouve pas comment feront mes descendants pour perpétuer la tradition ? 'Abricot' c'est moche, 'Eucalyptus' c'est mieux mais bof. Je sais ! 'Hydromel' !!!*

« Caramel, serais tu capable de me dire qu'elle est la différence entre la magie rationnelle et la magie irrationnelle ? »

La voix perçante de l'enseignante me sort de ma stupeur, je jette un regard inquisiteur à mon voisin qui hoche la tête l'air de dire "Hey j'ai essayé de te prévenir", je réalise que cela fait une minute qu'il essaye d'attirer mon attention, tant pis, de toutes façons je sais quoi répondre. Je retire ma plume de ma bouche, prend une longue inspiration et tout en vérifiant bien que Myrtille ne rate pas un morceau de ce que je raconte je réponds :

« En fait on dit magie tout court pour faire plus simple mais en réalité cela désigne des systèmes de magie, un système étant l'ensemble de la magie présente dans un monde. La magie rationnelle et la magie irrationnelle ne peuvent pas coexister puisque l'une se caractérise par l'absence de l'autre. La magie irrationnelle est celle où les sources mystiques et métaphysiques sont en nombre infini ou apparaissent spontanément, ainsi il est impossible d'avoir une compréhension globale de la magie et un être simple peut se retrouver l'égal d'une divinité sur un certain point de vu alors que la divinité était précédemment omnipotente et n'a rien fait pour que cela se produise. La magie rationnelle est prévisible et finie, on peut entre autres remarquer une hiérarchie fixe dans ce système de magie, la magie rationnelle peut d'ailleurs très facilement être prise pour les lois de la nature tant elle est fixe. Cependant les personnes qui étudient ces notions se trouvent, bien qu'elles soient totalement incompatibles, souvent dans l'incapacité de donner à un monde un système de magie fixe tant la réalité est plus compliquée, ainsi même si Veneha, de part le fait que le créateur était lui même soumis en ce monde à des forces qu'il ne comprenait pas, est souvent considéré comme étant un exemple de magie irrationnelle ; de grand magicologues ont su démontrer que le sujet était bien plus compliqué qu'il ne le semble. »

« L'idée est là, même si c'est très mal expliqué... »

*Vieille peau*

« Mais au moins tu suis, excuse moi d'avoir douté Caramel »

*Pas besoin de suivre quand on connaît un écureuil qui donne des cours mille fois meilleurs !*

Lorsque la fin du cours arrive je calme mon envie de sortir en hurlant "C'est les vacances" comme le font les autres élèves et j'observe Myrtille, qui semble être la seule à ne pas avoir rangé ses affaires à l'avance. Elle lève des yeux timides dans ma direction et rougit légèrement. Est ce que c'est pour moi qu'elle attend ici ? Je dois avouer que l'idée a beau me réjouir je n'en sent pas moins un boulet de plomb peser dans mon estomac. Peut être que je devrais l'aider ? Aller je me lance, après tout je ne risque pas grand chose.

« Merci Caramel. Dis tu étais impressionnant tout à l'heure quand tu as été interrogé ! En plus tu as dit des choses auxquelles elle n'a même pas fait allusion, je suis sûre qu'elle ne les savait même pas ! »

Je profite qu'elle m'adresse la parole pour plonger mon regard dans ses yeux noisettes, je cherche quelque chose à dire pour ne pas mettre fin à notre conversation juste née mais elle est bien trop vive pour moi et ajoute.

« Tu sais sur qui tu vas faire ton exposé l'année prochaine, tu penses partir loin ? »
« Je pense travailler sur les veilleurs. » Dis je, sentant toute la confiance en ce projet se dissiper, pourquoi ai-je toujours des idées aussi stupides ?
« Les veilleurs ? Mais tu es fous ils n'accepteront jamais, et ne pense même pas à les espionner ils sont beaucoup trop forts pour toi ! »

M'attendrissant un peu sur l'inquiétude qu'elle a à mon égard je me force à ne pas laisser ma détermination vaciller à nouveau et répond :

« J'ai un contact » Après tout ça n'est pas complètement faux, j'ai juste oublié de préciser que le contact n'est plus veilleur depuis un certain moment.

« Et toi ? Tu as une idée ? »
« Oui je vais travailler un peu pour Gorgorbé et étudier ses troupes, tu sais je suis vraiment impressionnée par tout ce qu'il fait, débarrasser notre monde de la menace vampirique est vraiment une noble cause. »

Mon sang se met à bouillir à l'allusion aux immondes créatures, mais alors que mes poings se ferment de rage Myrtille, tenant ses livres dans le creux de ses bras comme pour les protéger fait un pas timide en ma direction.

*Les vampires peuvent attendre*

J'approche très légèrement mon visage du sien, et après avoir vu ses paupières se fermer, mes yeux eux aussi se closent et nos lèvres se frôlent en un léger baiser...




**
Deux mois plus tard.**

« Fait chier »

Il pleut. D'énormes gouttes s'écrasent sur mon crane et explosent sur mon visage, martelant incessamment ma chair et la mortifiant. Mes vêtements sont trempés, et le froid et l'inconfort se répandent dans mes veines comme un feu entre des maisons. La boue sous mes pas colle mes pieds et éclabousse toute les directions à chacune de mes enjambées en un bruit peu ragoûtant à peine couvert par le vacarme épuisant de l'eau qui ruisselle sur les toits et dans les rues. Personne dans les rues sous ce ciel noir, pesant ; je suis seul, déambulant presque au hasard, comme ivre alors que je n'ai pas encore touché à l'alcool. Je glisse une main sous ma cape et récupère un parchemin complètement trempé et ne ressemblant plus à rien, je le regarde avec dégoût et le jette dans la masse boueuse, c'était ce que j'avais réussi de mieux, mais de toutes façons je n'arrive à rien.

J'en ai fait combien des portraits tous aussi ratés les uns que les autres ? Au moins des millions, peut être même plus, et tout ça pour qui ? Pour personne.

« Salope »

Penser à Myrtille me fait rater un pas, je trébuche sur ma cape et m'étale misérablement sur le sol, couvrant mes vêtements de boue immonde. En tout cas je ne suis pas plus mouillé après ça, c'est difficilement possible, à part en utilisant la magie je vois mal comment je pourrait être encore plus plein d'eau que je ne le suis, vivement que je sois arrivé, que je me remplisse au moins autant de bière et d'hydromel, peut être que le mal de crâne partira. Alors que je m'apprête à reprendre la marche je vois un objet noir chavirer dans la masse maronâtre et dégoulinante, mon fusain. Étrangement le voir sombrer ainsi ne me laisse pas insensible, pourtant je sais qu'il est foutu, et que j'en trouverai plein d'autres, mais tout autour de moi semble me répéter inlassablement le même message "Tu ne sers à rien", je ne suis personne.

J'arrive enfin, mais plutôt qu'entrer tout de suite je me pose un instant et admire la beauté du spectacle qui s'offre à moi, mes yeux se posent premièrement sur la pancarte, se battant contre le vent et la pluie, tout autant que moi, puis très vite sur la porte, accueillante et protectrice, je peux déjà sentir la chaleur qui émane de la cheminée, et entendre la musique qui chasse toute peur et tout soucis à travers elle. J'entre dans la Taverne de la Marmotte qui Tousse.

Malheureusement Myrtille est là, et alors que ce lieu suffit habituellement à chasser toutes mes peines en quelques secondes je sens que le malaise ne me quitte pas. C'est plein de pensées sombres que je m'assoie à ma table préférée, en me disant que bientôt je serai rejoins pas les clients que j'apprécie , et qu'ils me feront oublier la présence de l'autre salope, je veille bien à donner l'impression que je ne l'ai juste pas vue. Mais je réalise que si elle est là ça n'est sûrement pas pour consommer, elle est venue pour moi, autant se débarrasser de ça le plus vite possible, de toutes façons elle est déjà en face de moi. Son visage est humide, et a en juger par ses vêtement parfaitement secs, ça n'est pas à cause de la pluie. Elle m'observe de ses yeux rougis par les larmes et articule, entre deux pathétiques sanglots :

« Je sais que tu me hais toujours pour ce que j'ai fait... » Tout à fait ! Et pas pour la raison que tu penses, en fait si je n'avais pas appris pour Gorgorbé je crois bien que je t'aurais même pardonné de t'être fait sauter par ce connard. Remarque au moins que tu penses que je te hais pour cette raison m'épargne tes arguments vampirophobes de merde.
« J'avoue que j'ai pas mal de rancoeur à ton égard mais j'ai toujours un peu d'affection pour toi, et honnêtement ça me dégoutte presque. » Mensonge inutile, et crétin, mais qu'est ce qui m'a pris ?
« Caramel ... » dit elle, avant de marquer une longue pause pendant laquelle elle retient avec difficulté les larmes qui lui viennent aux yeux. « Je ... tu sais si tu veux venir avec moi ... ne reste pas en Eilogiar ! » Et sur ce, sans demander quoi que soit d'autre, sans vérifier que j'ai bien compris, elle se barre, le visage enfouie dans les mains, et s'engouffre dans les ténèbres extérieures.

Voir la pluie et l'entendre frapper contre les marches me ramène à la réalité, une serpillière ne m'envierai pas mon sort, j'appelle la serveuse et lui demande de m'aider à me sécher. Elle le fait d'un simple geste. Bon sang, elle a beau être semi-ondine elle a vraiment tous les attraits d'une humaine. Mais je calme mes ardeurs, elle a longtemps refusé de me servir depuis ... *l'incident*, il a fallu que je m'excuse, me servant de la Tarmotte comme argument, et que je sois plus courtois que je n'en suis capable pendant au moins deux semaines avant qu'elle n'accepte de me servir à nouveau, plutôt que demander à un client de m'apporter mes consommations. Ah oui et j'ai du l'aider à servir aussi, forcément avec Eilraet en croisière sur le Celeste c'est elle qui galère ici, mais bon au moins maintenant on s'entend bien, enfin pas aussi bien qu'avant, mais il n'y a plus cette gêne, comme si j'avais besoin de ça !

Comme chaque soir les clients avec qui j'ai l'habitude de partager mes soirées viennent de terminer leur partie dans la salle de jeu, et me rejoignent à notre table, Luthien en profite pour nous demander, de sa voix parfaite et apaisante :

« Pour vous ça sera toujours la même chose ? »

J'approuve d'un hochement de tête, quelques bières pour commencer, et une fois que je fait signe de quoi être torché vite fait bien fait. Elle ne peut pas s'empêcher de me jeter le regard inquiet et protecteur que je commence à trop connaître, mais elle ne dit rien, je lui ai déjà répété cent fois que puisque j'ai de quoi payer et que je suis assez vieux elle n'a rien à redire, mais que voulez vous, je lui plais, alors elle s'inquiète pour moi. Bon ok, elle m'aime juste bien, peut être même un peu plus, mais maintenant j'en suis moins sûr.

« Alors Caramel, tu nous as apporté un autre de tes portraits ? » Me demande l'homme à l'allure la plus élégante, la plus fière, avec une tronche de héros marquée de cicatrices viriles, parmi ceux qui sont assis à ma table. Je fait non de la tête, et affiche une grimace de déception, totalement feinte, cela fait un mois qu'ils s'émerveillent devant ce que je produit de meilleur en matière de merde. Des dessins à la technique admirable, certes, mais sans sens, vides, des portraits où ne vivent personne. Avec Myrtille c'était différent, elle savait me motiver, et elle savait ce qui était bien, elle obtenait le meilleur de moi même, elle m'a tout fait abandonner pour le dessin, elle disait que j'avais un don, et forcément comme j'adorais dessiner, et que je l'aimais elle plus que tout, je l'ai suivie aveuglement. De la simple manie de dessiner son visage quand elle n'était pas à coté de moi je suis passé à un drogué du dessin, et me voilà désormais alcoolique. Parcours sans fautes, toutes mes félicitations Caramel.

Mais Myrtille est une salope, et maintenant qu'elle n'est plus là je n'ai plus rien, j'ai foutu en l'air le seul espoir d'avenir que j'avais, promettre un exposé sur les veilleurs ! Il faut vraiment être con ! Moi et mon stupide orgueil ! J'avais beau ne pas être un fan de l'école, j'aimais bien apprendre, mais après m'être pavané comme je l'ai fait je ne peux pas retourner les mains vides, Vanille avait essayé de m'arrêter pourtant. Vanille, heureusement qu'il est là, je crois que s'il n'était pas là je serai saoul même pendant la journée, mais même s'il me laisse boire le soir, à contrecoeur, il a toujours su trouver comment occuper mes journées et m'empêcher de sombrer plus loin dans la déprime.

Mes compagnons de table commencent à parler entre eux et bientôt ils éclatent de rire. A part Luthien personne n'a entendu parler de mes problèmes, et je dois avouer que j'ai été crétin de tout gâcher avec elle, les nuits passées au creux de ses bras, endormi grâce au pouvoir charmeur de ses douces berceuses, m'étaient vraiment utiles, même si j'y ai finalement surtout beaucoup versé de larmes, mais elle était là, une seconde mère, en plus de celle que j'ai chez moi, qui m'aime tout autant mais qui est bien trop occupée par ma soeur, bien plus jeune que moi. Pour ne pas qu'ils voient mon aigreur je force un sourire à s'afficher sur mes lèvres. Un coup d'oeil au miroir, dans lequel je me suis surtout vu vomir ces derniers jours, me donne la vision d'une scène bien étrange, un groupe de clients, tous plus beaux les uns que les autres, au visage fière et à l'allure engageante, riant aux éclats, et un jeune homme, presque encore un adolescent, habillé en noir, des pointes de métal réparties partout, dont la lèvre supérieure souris, mais dont les dents mordent la lèvre inférieure pour maintenir une grimace, et dont les yeux sombres pourraient presque aussi bien tuer quelqu'un sur le coup.

Je sais que cette scène est parfaite, Myrtille m'a bien appris à les repérer, il y a quelque chose dans ce contraste que j'offre, dans ce visage, dans cette expression qui donnerait tout son intérêt à mon dessin si je le réalisais, mais je n'ai personne pour qui le faire. Luthien n'a pas le temps, les autres sont trop incultes, et moi je n'ai plus vraiment foi en moi, quand à Vanille, c'est avant tout un écureuil quelque part, même s'il est aussi mon ancêtre, à la fois mon sauveur, mon tuteur et l'origine de ma vanité. Et puis, peindre ma propre déprime ne me tente pas plus que ça. De toutes façons mes yeux se posent sur le reflet de Luthien, qui me regarde elle aussi à travers le miroir. Ses mains se posent tendrement sur mes épaules et la pression diminue un peu. Elle profite que je ne sois pas encore engagée dans la conversation avec les autres ou trop ivre pour me demander :

« Tu as été un peu sec avec ton amie non ? », je sais qu'elle ne dit pas ça par pitié pour Myrtille, quand j'ai dit que j'avais encore de l'affection pour elle Luthien s'est à tous les coups empressée de croire que c'était la vérité, j'aurais du voir le coup venir.
« Va pas croire ce que j'ai dit tout à l'heure, que cette connasse m'ai trompé je m'en fou un peu en fait, ce qui me fais la haïr par dessus tout c'est qu'elle était au courant que Luin Talath allait être attaquée, et que malgré cela non seulement elle n'a prévenu personne, même les membres de sa propre famille qui vivent la bas, mais en plus elle reste fidèle à Gorgorbé ! Et puis avec ce que tu m'as raconté sur Gwaen j'ai du mal à détester les vampires, j'ai été crétin sur ce coup ... » Puis les rumeurs me reviennent, on dit que le Celeste a sombré, emportant avec lui tous ses passagers, Eilraet parmi eux.

J'avale cul-sec une bière pour chasser ces idées de mon esprit et je joins au reste du groupe. La bière n'est pas la seule raison pour laquelle je me sens si bien ici, tous ces gens, si beaux me donnent l'impression d'être quelqu'un, je ne suis entourés que de personnes qui ont l'air de dieux, la taverne est notre Olympe et je suis l'un d'entre eux. Et Eilraet, bien que peut être mort, et réduis à des on-dit, a des rumeurs et des murmures dans la taverne, est en quelque sorte la divinité suprême, maître incontesté de ce royaume minuscule.

Très vite l'alcool, comme à son habitude commença à agir et parler à ma place, et le Caramel présent dans le taverne n'est plus vraiment moi, étrangement le "vrai" moi observe toujours tout cela, mais froidement, juste pour réfléchir, comprendre, mais plus ressentir. Je me vois rire, rouler au sol, glisser et trébucher, laisser s'échapper un rot gras et éclater de rire. Puis une étrange scène attire l'attention de ce Caramel bourré, l'extérieur, Eilogiar brûle, le monde dans lequel je vis est en train d'être détruis, sous mes yeux, et ce qui se déroule là est d'une horreur indescriptible. Mais Caramel est ivre, et ça seul réaction est le rire, pourtant il a une pensée, à la fois magnifique, mais avant tout la plus stupide, la plus égoïste qui soit, je sais que l'alcool me fera oublié tout cela et tant mieux, je me serai haïs bien plus que je ne hais Myrtille. Comment je peux observer, comprendre, tout cela de deux manières si différente je n'en ai aucune idée, mais tout ce que je peux faire, c'est regarder ma propre crétinerie, me voir exploser de rire à la vue du massacre, et m'entendre penser que cela ferait un dessin splendide. J'emprunte à la taverne, plus qu'à Luthien qui s'est endormie sur un banc, de quoi dessiner, et mes doigts se baladent, glissent et dessinent la scène avec perfection.

Le lendemain soir Eilraet est là, il l'est depuis un moment en réalité, je me souviens avoir écouté tout ce qu'il racontait, à moi et aux autres, je sais que la taverne est protégée par ce qui la rend désormais totalement neutre, et je sais qu'il est lui même persuadé d'être cette divinité que nous voyons en lui. Mais si je me souviens vaguement de tout cela j'ai l'impression de n'avoir pourtant pas été là pendant ses explications, comme si elles m'avait été rapportée après coup, pourtant j'étais bien là, mais certainement trop occupé à souffrir de la gueule de bois. Puis mes yeux glissent sous une table, ou peut être est ce moi qui l'ai fait, et mes mains se retrouvèrent au contact de la peau rugueuse d'un parchemin, et de l'horreur de ce qu'il représente. Vidé, je sors de la taverne et déambule, reconnaissant, avec peine, les cadavres, si l'on peut nommer cadavre de telles choses, de ceux que j'aimai. C'est toujours aussi vide que je retourne à la taverne, sans m'en rendre compte, montre le dessin aux clients. Mais les paroles d'Eilraet me réveillent bien vite, l'éléphant qui m'a sauté dessus pendant la nuit et dont je sens encore le poids sur mon visage n'est rien face au choc que les mots du tavernier m'infligent.

« Oh il est sympa ton dessin Caramel ! »
« Mais comment peux tu être aussi froid, Eilogiar a été détruite MERDE !!! » J'hurle, moi, un jeune homme, presque un adolescent, marquant un désagréable contraste avec le reste des clients, tous calmes et impassibles.
« D'accord tu es arrivé après le massacre, mais tu as vu les corps, tu as vu les cadavres empilés sur les ruines, comme autant d'étendards à la gloire de Gorgorbé, tu as entendu la fureur des assaillants, qui n'ont même pas pris la peine de violer leurs victimes tant ils étaient attirés par la destruction pure et simple. ALORS BOUGE TON CUL CONNARD !!! »


viewtopic.php?p=3757#3757
Argonfly
Milite pour l'alca torda
Messages : 44
Inscription : ven. mai 04, 2007 10:47 pm

Jahellu

Messagepar Argonfly » mer. mai 23, 2007 6:34 pm

Nom: Chadrok

Prénom: Jahellu

Surnom : Feu-Faux-Lait

Autres façons de le désigner : "Eh!" Ou encore "Toi là-bas" ou autre apostrophe sont les plus précises façon de le désigner qu'il connaisse car bien qu'il ai un nom et un prénom la plupart des gens qu'il a rencontré se sont refusés à lui demander.

Sexe : Masculin

Age : Bonne question! Je dirais avoisinant les 113 ans mais rien n'es moins sûr... il ne sais pas le temps qu'il a passé à la recherche de son père donc c'est assez difficile à dire.

Race : Demi-ange

Caste : Chasseur de prime involontaire

Description :

Physique : Un mètre quatre-vingt pour soixante-neuf kilos, les cheveux assez long (comme sur l'image) et bruns, son oeil droit est entièrement blanc alors que son oeil gauche est normal et bleu glacier, une peau un peu trop blanche des personnes qui ne bronzent pas et se tapent toujours des coups de soleil, il semble n'avoir que la peau sur les os mais se force peu visible au premier abord surprend toujours les personnes qui le voient en user et détail assez important il a une aile (gauche) fluctuant entre le bleuté et le blanc pur, aile qu'il dissimule en général sous ses vêtements et tout à côté dans son dos il a une cicatrice d'un rouge sale qui semble témoigner de l'ancienne existence d'une autre aile.
Il porte rarement autre chose que des vêtements d'un bleu très sombre presque noir et autour du cou porte une chaîne qui lui permet de camoufler son aile aisément ainsi lorsque celle-ci est brisée pour une quelconque raison ou que Jah la détache son aile se déploie et ses mouvements se font bien plus assurés que la maladresse évidente qu'il témoigne lorsque celle-ci est camouflée.

Caractère : Assez tourmenté de part son passé, il est aussi un brin naïf bien que n'accordant sa confiance entière que très rarement (je ne développe pas plus le caractère prend tout son sens dans le jeu et non pas dans la fiche)

Histoire :
Enfant d'un ange et d'une humaine Jahellu passa une drôle d'enfance.
Vivant avec sa mère dans une maison dont il ne pouvait sortir et subissant des examens étranges qui pour lui était naturel car il n'avais jamais vécu autrement.
Et puis cela pris soudainement fin, finit l'idylle avec une mère aimante et un foyer accueillant... Tout ça pourquoi?
Parce qu'un jour sa mère découvrit apparemment un truc qui ne lui plaisait pas dans ces examens et qu'il demanda juste à ce moment là qui était son père. Parce qu'il avait beau avoir vécu dans l'isolement avec tout ce que lui racontais sa mère pour l'endormir il se doutais que le monde était plus vaste que la maison et que il n'était pas venu au monde avec juste sa maman...
Seulement lorsqu'il eu le malheur de prendre son courage à deux main et de lui demander il vit pour la première fois sa mère en colère, celle-ci lui assena une claque magistrale et lui cria que si ça l'intéressait tant que ça il pouvait aller le chercher là ou il était.
Et elle s'enfuit dans sa chambre laissant Jah seul au milieu de la salle commune tout tremblant et pleurant à corps perdu, il tiraillais tout en se lamentant la chaîne qu'il n'avait jamais enlevé obéissant aveuglément aux consignes de sa mère.
Et finalement il alla se coucher toujours aussi traumatisé car sa mère ne semblait pas plus vouloir sortir de sa chambre que venir le consoler, il passa une des pires nuit de ses douze années d'existences à faire des cauchemars.
Seulement il semblait à son réveil, au soleil qui filtrait à travers la fenêtre que le lendemain tout était pareil, il c'était réveillé de son cauchemar et sa mère allais lui préparer un bon petit déjeuner comme tout les matins et que tout cette colère qu'elle avait lâcher sur lui la veille n'était que l'ombre d'un mauvais rêve.
Il fut bien vite détrompé lorsque sa mère ne répondit que vaguement à son bonjour et qu'il la vit en train de préparer ce qui ressemblait à un sac de voyager, aussitôt ses yeux s'emplirent de larmes et il supplia sa mère de ne pas partir, de ne pas le laisser seul, qu'il n'arriverai pas à se débrouiller sans elle...
Ce à quoi elle lui répondit avec calme et une légère fraîcheur dans la voix que ce n'était pas elle qui partait mais lui qui partait à la recherche de son père dès aujourd'hui, Jah fut partagé entre deux sentiments, d'un côté il était exalté à l'idée d'être autorisé de sortir enfin de chez lui mais de l'autre la tristesse à l'idée de se séparer de sa mère le retenais fermement attaché à son foyer.
Dans son crâne tourbillonna une tempête de sentiments allant de la colère de ce rejet brusque à la joie de pouvoir voyager en passant par la tristesse de la perte de l'affection de sa mère et la crainte de l'inconnu.
Le temps qu'il mit à mettre ses idées en place avait durer plus qu'il ne le fallait ou alors elle avait fait vite, en tout cas il se retrouva dehors avec ce sac sur le dos sans vraiment s'en apercevoir.
Et la seule chose qui l'empêchait de rentrer ventre à terre chez lui était l'obéissance strict qu'il avait toujours témoigner à sa mère tant aimée, il avança donc sur les routes seul à douze ans vers un père dont il n'avait jamais vu le visage ni jamais entendu le nom...
La route a ses dangers que tout habitué du voyage connais, seulement par un caprice du destin peut-être ils semblèrent éviter le jeune homme dans sa quête, il marcha ainsi en découvrant le monde et ses mystères durant un temps indéterminé.
Toujours est-il qu'un jour il se retrouva face quelqu'un qui tenta de lui voler la chaîne qu'il porte autour du cou mais n'eut pour résultat que de la faire se détacher et de dévoiler ses ailes à tout ceux qui l'environnait.
Ce fut la cohue, on criait partout "Un ange, un ange" et il ne réussit à s'échapper du village que parce qu'il avait passé quelques nuits dans la forêt, une fois seul il observa, grâce au reflet dans une rivière de sa connaissance, ses ailes bleutées et finit par se dire que si il était bien un ange il n'avait pas finit de marcher pour trouver son père.
Il eut donc à apprendre à se servir de ses ailes, ce ne fut pas facile évidemment apprendre à voler n'es guère plus facile qu'apprendre à marcher, mais il réussit cependant seul et grâce à son instinct a pouvoir voler suffisamment à son grès.
Les recherches célestes prirent encore plus de temps que celles qu'il avait accomplit sur la route mais il finit par trouver ce qu'il cherchait, il échoua non au paradis mais tout du moins à l'endroit où vivent les anges.
Une fois posé il referma son collier masquant à nouveau ses ailes avec lesquelles il n'était guère à l'aise puis s'avança au pays des anges.
L'histoire de sa rencontre avec la hiérarchie céleste et la découverte de l'identité de son père prendrais trop de temps à être racontée ici sachez cependant que son père le renia alors qu'il avait appris comment se comporté en tant qu'ange, qu'il avait réussit à accepter ses ailes et les laisser au grand jour et surtout qu'il avait appris à passer outre le moquerie comme quoi il était seulement un demi...
Repoussé par son père il descendit des cieux dans le but de retrouver sa mère, seule personne qui l'avait aimé pour ce qu'il est et qui devait toujours autant l'aimer comme lui l'aimait toujours, d'autant qu'il n'avait plus de raison de s'éloigner ainsi d'elle car il avait accomplit la mission qu'elle lui avait donné.
Alors qu'il arpentait de nouveau la terre il ne cachait plus ses ailes et le monde commençait à se couvrir des rumeurs qu'il laissait sur son passage, un ange était descendu sur terre!
Mais lorsqu'il parvint, rapidement cela va de soit il n'avait marché que pour reposer ses ailes entre ses étapes aérienne, à la chaumière ou il avait vécu un temps incalculable c'était écoulé depuis qu'il était partit de chez lui.
Pourtant comme il avait appris à reconnaître les résidus psychique et qu'il connaissais celui de sa mère depuis sa naissance il sentit qu'elle n'était pas depuis longtemps absente car il planait toujours dans l'air, il y avait autre chose qui planait dans l'air...
L'aura résiduelle d'un démon et en un instant il sut ce qui c'était passé, sa mère s'était fait enlevé par un démon! Son sang ne fit qu'un tour et lorsqu'il sortit de la chaumière se fut pour prendre son élan dans les airs et plonger au plus profond de la terre vers l'enfer.
Nul ne sait comment il y arriva, comment il c'était encore une fois joué des distances entre deux plans, comme celui des anges et des humains il venait de franchir le pas entre le réel et l'enfer.
Lorsqu'il ressortit des enfers il avait terriblement changé aussi bien niveau psychologique que physique, il n'avait plus qu'une seule aile et son oeil droit est devenu entièrement blanc.
N'ayant apparemment plus aucun but il parcourait le monde avec la fâcheuse tendance de se retrouver dans des endroits agité par des hors la loi et bizarrement les gens semblait penser que lorsqu'il se défendait de ceux-ci, qui l'attaquaient inévitablement sûrement les retombés de sa chance lorsqu'il parcouru la première fois le monde, et qu'il les mettaient hors de nuire qu'il se lançait volontairement à la poursuite de ceux-ci pour la prime...
Ainsi sa malchance sur la route lui permettait de vivre des récompenses qu'on le forçait à accepter.
Yohko
Invoque une méthode de classe
Messages : 2327
Inscription : ven. mars 28, 2008 3:36 pm

Re: Fiches PJs

Messagepar Yohko » mar. févr. 16, 2010 6:45 pm

/me entame un noir rituel de résurrection de post

Serait-il intelligent de ma part de demander aux narrateurs des Rumeurs de poster une fiche de perso avec description physique, équipement, style de combat, magie et description de caractère de chaque perso svp ?
( Y a Caramel, c'est déjà bien :D )

Pasque dans mes ( futurs ) posts du coup j'ose jamais utiliser qui que ce soit, ni entrer trop dans le détail ( voire pas y entrer du tout ) par flemme de me refaire toute l'histoire pour retrouver l'apparition de chaque perso...

Ce serait cool ! :fleur:

P.S : post peut-être à déplacer dans "Débats", je sais pas...
"We are the Dark Knights for justice. Because as children we were nursed on the milk of justice, and as we grew up we acquired a taste for justice. Now as we get older we once again desire the taste of justice... but we cannot find the milk! So we go to Starbucks! And we get a coffee! But it's not the same thing! IT SUCKS! WHY DID I ORDER THIS!? IT'S TERRIBLE! And now you all understand what our mission is. And. What. We. Must. Do."
— Lelouch/One, Code MENT
passepartout
Milite pour l'alca torda
Messages : 33
Inscription : mer. janv. 20, 2010 1:15 pm

Re: Fiches PJs

Messagepar passepartout » mar. févr. 16, 2010 7:37 pm

Je comprend pas de quoi vous parlez en fait....Quelqu'un peut me dire de quoi il s'agit?? :heart: (j'ai un chouilla honte de demander tout ça quand même!! :oops: )

P.S : Je veux vraiment faire partie de la taverne!! J'y suis j'y reste!! Rien à faire!
passe par là !
Yob
Invoque Luthien
Messages : 2310
Inscription : dim. nov. 15, 2009 7:44 pm

Re: Fiches PJs

Messagepar Yob » mar. févr. 16, 2010 8:08 pm

/me prend Passepartout sous sont bras, lui chuchotte tout bas en s'éloignant du reste de la troupe "T'inquiète, j'y pige keudale non plus, mais je fait tout comme, je ne participe juste pas :mrgreen:" et retournons l'air de rien à nos place :mrgreen:
... :oops: :roll:
arf ^^'
L'art est fait pour troubler. La science rassure.
Eilraet
Chapelier de l'apocalypse
Messages : 7925
Inscription : dim. mars 26, 2006 4:07 pm

Re: Fiches PJs

Messagepar Eilraet » mar. févr. 16, 2010 8:15 pm

Ben c'est simple pas compliqué. Si vous regardez dans "Un nouveau départ", vous allez avoir peur, mais vous pourrez genre voir que dans la grosse masse de posts y a des gens qui racontent une histoire avec des personnages et tout et tout.

Ben Yok' qui veut écrire la suite veut faire intervenir les personnages des autres et veut pas dire de conneries à leur sujet.
perl -E 'say s/(.*r).*\K/, \l$1.\n/r, ${["Take one down and pass it around. ", "Go to the store and buy some more. "]}[/N/], $::b{$_} // $a, "\n" for reverse sort { $a <=> $b } keys %{ { %::b = map { ($a, $b) = ($_, $a) } map { join "", "$_ bottle", "s" x !/^1$/, " of beer on the wall" } "No more", 1..99 } };'
Jalina
Zinzinule
Messages : 2743
Inscription : dim. janv. 07, 2007 1:54 am

Re: Fiches PJs

Messagepar Jalina » mer. févr. 17, 2010 12:48 am

Voilà pour moi, j'ai essayé de faire aussi complet que possible sans que ce soit trop long. Bon ça fait un beau pavé, mais ça reste raisonnable ;)

Surnom, nom et prénom : Jalina

Sexe : Féminin

Age : La vingtaine pour ce qu’elle en sait

Race : Humaine à priori

Description : Jalina est donc une jeune femme ni trop grande, ni trop petite, ni trop maigre, ni trop grosse, avec les yeux verts (où deux teintes se mêlent, lui ayant valut le surnom de « l’œil deux verts » lors de sa carrière dans la piraterie) et de long cheveux blonds (qu’elle attache avec une lanière de cuir la plupart du temps pour ne pas être gênée).
Niveau vestimentaire, elle optera toujours pour des habits confortables et suffisamment amples pour pouvoir se mouvoir avec aisance. Mais pas trop pour pas que ça devienne gênant.
Les robes et autres jupes sont à proscrire sauf occasions (très) spéciales.
Depuis peu après son arrivée dans le groupe, elle porte à son côté une splendide épée forgée par l’énergie (la magie ?) de Veilleuse de Lucy. Espérance, une épée d’argent incrustée d’émeraudes… Mais également porteuse d’une vague trace maléfique de Gorgorbé (passée à travers Lucy lors de la création de l’épée), rien d’alarmant jusque là… Cela complique simplement la tâche de Jalina à entrer en communion avec l’énergie de sa lame…
Et elle a une sorte de don, « donne moi une épée qui n’a jamais servit et je te garanti qu’au bout de la troisième passe je suis désarmée en revanche donne moi l’épée d’un soldat vétéran et là je te garanti que le combat n’a plus de secret pour moi… »
Son niveau dépend de l’historique de l’arme. Certes elle apprend par elle-même également, mais plus lentement que les autres à cause de ce don. Reste a découvrir jusqu’ou va cette influence…

Au niveau du caractère, Jalina est quelqu’un d’assez enjoué la plupart du temps, plutôt énergique et qui ne se gêne pas trop pour dire les choses. Et si des fois elle peut paraître naïve et un peu trop optimiste, c’est sa façon à elle de se protéger de son passé et de ce qui l’attend…
Elle est également sensible et ne s’énerve que très rarement. Sa bonté et sa gentillesse ne font aucun doute et l’influence (bénéfique) que Bobolle a sur elle depuis sa jeunesse est palpable et rares sont ses actions n’allant pas dans le sens d’un rétablissement de l’Harmonie.
Elle s’attache facilement aux gens de confiance et n’hésitera jamais à faire des choses inconsidérée pour les aider si besoin…

Histoire : En gros et chronologiquement, Jalina a environ une dizaine d’année lorsqu’elle est retrouvée par celle qui sera sa mère adoptive. Elle n’a aucun souvenir avant ce jour et Bobolle sautille et volète déjà à ses côtés.
Six ans plus tard, Alec Firkan débarque dans son village, crame tout et tue la « sœur » de Jalina (Navaeh) sous ses yeux. Alec ne la remarque pas (surement une protection de Bobolle).
Elle passe les cinq années suivantes à survivre comme elle peut et surtout à fréquenter les bouges les plus malfamés du pays pour en apprendre autant que faire se peut sur Alec Firkan, le pirate volant.
Ses efforts et ses sacrifices sont récompensé, elle finie par être enrôlée sur le navire du Capitaine Firkan et travaille dur comme fer pour obtenir peu à peu sa confiance, dans le seul but de mieux pouvoir le tuer ensuite…
Au bout d’un an, Jalina a enfin une occasion qui se présente de tuer Alec Firkan, mais elle échoue lamentablement et subit alors le supplice bien connu de la planche et la chance (ou une quelconque puissance supérieure) a voulu qu’elle tombe en plein sur le pont du Céleste (littéralement) et fasse la rencontre des marmottons, vaillants combattant de l’oppression Gorgorbienne et derniers espoirs de l’humanité. (Même si avec un nom tel que « marmottons » on ne dirait pas…)

Compagnon de route : Bobolle est l’ami de Jalina depuis toujours et il a toujours était là pour la protéger. Lors de sa rencontre avec Félicia, elle apprendra que Bobolle est une sphère de Zélandria, dernier vestige de la civilisation Zélandrienne, éteinte depuis des siècles suite à la guerre sanglante qui opposa Fées et Dragons.
Les Zélandriens était un peuple fort sage, qui se servait de son don magique pour maintenir l'harmonie, la paix et la beauté du monde. Chacun d'eux était doté d'une sphère de Zélandria, parfois ils en créaient une pour un ami digne de ce privilège. Chacune des sphères renferment en elle un morceau d'âme de Zélandrien, la dotant d’immenses pouvoirs mais uniquement mis au service de la paix, et de l’Harmonie.
Longtemps les Hommes ont envié ce pouvoir lorsqu’ils le découvrirent mais rapidement ils comprirent que jamais ils pourraient s'en emparer par la force ou la ruse. Seule une sincérité sans faille et une bonté profonde leur permettrait de posséder l'une de ces sphères magiques.


Petite note importante : Je me rends compte que toutes les choses ainsi rassemblées donne l’impression d’une Jalina un peu Gros Billesque mais à part le dragon (qui ne sera bientôt plus là) cette Jalina (et encore, elle faisait deux mètres et était dotée d’une résistance physique de barbare) a été testée (et approuvée) dans les Terres du Soleil d’Argent (le monde de jeu de rôle créé par Lion pour ceux qui ne savent pas) et que ce n’était absolument pas de trop. Bobolle était peut-être juste un peu moins intelligible dans sa façon de s’exprimer (mais le lien mental permettant de connecter plusieurs personne entre elles pour communiquer n’était pas douloureux pour Jalina et permettait à chacun de poursuivre ses actions à condition de gérer les pensées et le point de vue (littéral) de chacune des personnes inter-reliées (si vous n'avez pas bien pigé, c'est pas grave^^))
Querdal
Attend à Courcourgette
Messages : 7934
Inscription : jeu. avr. 06, 2006 1:12 pm

Re: Fiches PJs

Messagepar Querdal » jeu. févr. 18, 2010 3:44 pm

     Nom : Eric de Richeval

     Surnom : « Le Prince Eric »

     Sexe : Masculin

     Age : 22 ans

     Race : Humain

     Monture : Ardent, cheval blanc (techniquement, on dit "robe gris clair") (a fui pendant la bataille contre les fées Radicales)


     Histoire : durant son enfance, son père le Duc de Richeval a été appelé à la capitale pour gérer temporairement les affaires du Royaume de France. C'est dans cette période qu'un dragon répondant au nom de Mel'narch apparut aux frontières du royaume, et commença à terroriser la population. Eric prit pour lui un ordre que son père donnait à ses généraux, et partit bille en tête pour tuer le dragon. Il ne l'apprit que lors de sa rencontre avec les marmottons, mais son succès lors de ce combat était surtout dû à la présence de fées Radicales dans les environs, qui utilisèrent le corps du jeune garçon comme un bras armé pour pourfendre la bête. Eric revint chez lui, raconta son histoire sans trop y croire lui-même, et devint une sorte de rock-star, une légende vivante. Il avait neuf ans.

Quand Eric eut 22 ans, son père le vieux duc tomba malade d'un mal inconnu. Le druide et le sorcier du château, deux chamailleurs farfelus, prédirent qu'une décoction suffirait à curer ce mal, à la condition qu'on mette la main sur un morceau d'Ambre Rouge de Feu et de Sang. Or il semblait justement qu'un fragment de cette pierre magique très rare et très puissante se trouvait actuellement sur le lointain continent des glaces Luminarë, majoritairement inexploré. Eric l'ignorait encore, mais cet artefact était la source du pouvoir du diabolique Gorgorbé, ancien marmotton et ennemi des nouveaux, maître d'une armée démoniaque qui était sur le point d'engloutir le monde dans la terreur. Eric fut donc envoyé de l'autre côté du monde pour s'emparer de la pierre, accompagné de son écuyer Iago (devant l'insistance de sa belle-mère). Eric ne devait révéler à personne le véritable but de son voyage, pour éviter que ses éventuels compagnons ne le soupçonnent de vouloir garder l'Ambre pour lui afin de devenir un nouveau Gorgorbé.


     Description : Eric est un jeune homme de taille moyenne, très beau, au visage large et aux traits un peu parfaits, aux yeux bleus, aux cheveux blonds et longs. En fait, il ressemble de très près à Guillaume Depardieu dans Tous les Matins du Monde, film d'Alain Corneau de 1991 :
http://filmsdefrance.com/img/Tous_les_m ... nde_01.jpg
http://1.bp.blogspot.com/_UXVRPFlQZ1o/S ... onde+D.jpg

Eric aime les habits de bon goût, de bonne qualité, de couleurs vives. Son habillement est celui d'un noble en voyage, je vous laisse imaginer le rendu. Les bagages chargés sur la croupe de son cheval et celui de son écuyer sont principalement occupés par son armure très encombrante, mais les chevaux se sont faits la malle durant la bataille contre les fées. On les reverra peut-être plus tard, je ne sais pas.

Son épée et son bouclier sont tout à fait communs, juste assez classes pour convenir à son rang. Il ne s'agit pas de l'épée avec laquelle il a tué Mel'narch, laquelle n'avait pas non plus grand chose de particulier en apparence. Il a appris l'escrime au château de son père, son style est donc assez classique, mais (en termes de combat comme pour tout le reste) il manque d'expérience concrète car il sort rarement du domaine paternel, et moins encore de France.

Récemment et grâce à un coup de pouce de Bobolle, il a appris à se servir de pouvoirs féériques enfouis en lui depuis treize ans. Avec un peu d'expérience, il pourrait bientôt mettre mettre en déroute en combat régulier les fantômes tels qu'Arpenteur, l'ancien marmotton valet de Gorgorbé, et tout ennemi sensible à la magie des fées.


     Caractère : La victoire d'Eric sur Mel'narch lorsqu'il avait neuf ans, que lui-même ne s'explique pas, a été très importante dans son développement. Constamment posé sur un piédestal, adulé par les foules, il a l'impression d'occuper une place qui ne lui revient pas, bien qu'il s'efforce de rien en montrer. Il reste généralement très discret sur les détails de son combat, et ses chroniqueurs admirent cette économie de mots considérée comme un procédé de communication des plus modernes.

Il se considère comme le défenseur de l'humanité devant les engeances démoniaques que sont les dragons, tout en espérant secrètement qu'il n'aura plus jamais à faire la preuve de ce statut.

Son profil est celui des enfants-stars qui ont grandi (pensez à Jordy, Ilona ou l'acteur de Maman j'ai raté l'avion...) : toujours sous les feux des projecteurs, il a appris à sourire de manière agréable, à montrer son meilleur profil (:lol: Jalina), à être sociable et sympathique sans rien montrer de sa vraie personnalité. Il a le sentiment que personne ne le comprend, et que sa vie ne sera qu'une suite de galas et de bons repas en compagnie de gens creux. C'est sa première grande aventure depuis le jour où il a bravé le bon sens pour aller tuer un dragon.

Il ne s'attache pas beaucoup aux gens, et n'a pas l'habitude d'ouvrir son cœur. Mais s'il se prend d'une véritable confiance pour une personne (comme par exemple son écuyer Iago, dont il est convaincu de la bonté intrinsèque), son amitié pour elle sera infaillible, qu'importent les épreuves rencontrées.

Il est fermement convaincu de la supériorité des races les unes sur les autres. Les êtres humains, blancs de peau et français de surcroît, constituent selon lui une race très bien placée, mais il en existe probablement de supérieures. S'il rencontre un jour un elfe ou un veilleur, selon la façon dont la rencontre se déroule, il pourrait bien se considérer comme inférieur et s'incliner devant lui. Les mélanges entre races sont à ses yeux des monstres aussi monstrueux que le sont les dragons.


     Relations avec les autres personnages :
Eric considère Jalina comme une espèce de bonne femme qui ne sait plus où est sa place et comment elle doit se comporter face à un homme, et de surcroît face à un noble. Elle l'agace par sa manière de parler, de lui parler, de marcher, de se battre... Il se dit que si quelque chose merde, ça sera probablement de sa faute. Mais derrière cet agacement, il doit parfois reconnaître qu'elle l'impressionne, et qu'il n'a jamais rencontré une femme pareille. Est-ce un bien ou un mal ? voilà la question qui le taraude.

Eric a été très étonné la première fois qu'il a vu Félicia. Le fait que les fées existent ne rentre pas dans son schéma de conception du monde, et la physionomie comme les pouvoirs de Félicia l'intriguent beaucoup. Après le combat avec les Radicales, il aurait bien pu cataloguer les fées comme des êtres mauvais et manipulateurs, mais le fait que Félicia se soit battue à ses côtés, contre ses semblables, ajoute à son trouble.

Eric a été très impressionné lors de sa rencontre avec Hra'bo, par la sagesse et la puissance tranquille du vieux dragon. Sa vision très manichéenne des races (les humains construisent, les dragons détruisent...) est en train d'être chamboulée, et il ne reviendra certainement pas inchangé au bercail, s'il y revient. Avant de le quitter, Hra'bo a donné un avertissement étrange à Eric : "Méfie-toi de ceux qui te veulent le plus grand bien"...


---------------

     Nom : Iago

     Sexe : Masculin

     Age : 25 ans environ

     Race : Humain

     Monture : Cormenille, cheval à la robe café au lait (a fui pendant la bataille contre les fées Radicales)


     [p]Histoire : a grandi dans les environs du château du duc de Richeval, dans une famille de paysans. Initialement aux ordres d'Ellaine, la nouvelle femme du Duc, il est devenu l'écuyer d'Eric par l'entremise de sa maîtresse tout en lui restant secrètement fidèle. Le but d'Ellaine est de faire main basse sur les richesses de son mari, la maladie inconnue qui l'a saisi est donc une aubaine pour elle (n'allez cependant pas croire qu'elle l'ait provoquée). Son objectif est maintenant d'empêcher la guérison de Hugues II, et de faire disparaître son héritier, le valeureux Prince Eric. C'est pourquoi elle a encouragé ce dernier à se rendre sur Luminarë pour un voyage long, difficile et très dangereux. Afin d'être sûr qu'il ne revienne pas vivant (et surtout pas avec le remède au mal de Hugues II), elle a insisté pour que Iago l'accompagne, en lui donnant la mission secrète d'assassiner le Prince en route.

Dès le début du voyage, Iago a eu l'occasion de voir la loyauté de son maître mise à l'épreuve, et les risques qu'il a pris pour le sauver de la mort. Sa reconnaissance envers Eric taraude Iago, et il se demande s'il sera capable d'accomplir la mission confiée par Dame Ellaine quand l'occasion s'en présentera.[/p]

     Description : Dans un accoutrement nettement plus modeste que celui d'Eric, Iago porte sur son corps son rang social : ses épaules sont voûtées, son regard tombe souvent vers le sol, son visage a tendance à se fermer lorsque personne ne lui parle. Il est maître dans l'art de passer inaperçu, non par la dissimulation mais par le désintérêt qu'il inspire. Ses cheveux sont relativement courts, très sombres, tombant devant son visage. Contrairement à Eric, la mauvaise odeur qu'il porte lorsqu'ils n'ont pas pu s'arrêter dans une auberge depuis quelques jours ne dénote pas avec son aspect physique. Habitué à recevoir le mépris et les traitements durs, il ne considère pas son existence comme d'une importance primordiale dans la marche du monde.
Iago ne sait pas comment cette histoire va finir, et l'imprévu l'inquiète. Pour l'instant, il a tendance à se méfier des nouveaux amis du Prince Eric.
Dernière édition par Querdal le ven. févr. 19, 2010 11:23 am, édité 1 fois.
Il n'y a qu'un âne qui s'appelle Querdal.
Eilraet
Chapelier de l'apocalypse
Messages : 7925
Inscription : dim. mars 26, 2006 4:07 pm

Re: Fiches PJs

Messagepar Eilraet » jeu. févr. 18, 2010 4:24 pm

Bon j'ai relu la description de Caramel et ça m'a fait chier, j'en ai fait un putain de journaliste quoi >_<.

Donc j'pense que je vais récupérer Adèle à la place :D
perl -E 'say s/(.*r).*\K/, \l$1.\n/r, ${["Take one down and pass it around. ", "Go to the store and buy some more. "]}[/N/], $::b{$_} // $a, "\n" for reverse sort { $a <=> $b } keys %{ { %::b = map { ($a, $b) = ($_, $a) } map { join "", "$_ bottle", "s" x !/^1$/, " of beer on the wall" } "No more", 1..99 } };'
Alecto
Freya la victorieuse
Messages : 5858
Inscription : dim. janv. 07, 2007 11:13 pm

Re: Fiches PJs

Messagepar Alecto » jeu. févr. 18, 2010 4:36 pm

Lucy n'est pas un personnage que j'ai créé, je ne sais donc rien de son background ou de ses limites.
Querdal
Attend à Courcourgette
Messages : 7934
Inscription : jeu. avr. 06, 2006 1:12 pm

Re: Fiches PJs

Messagepar Querdal » jeu. févr. 18, 2010 4:48 pm

passepartout a écrit :Je comprend pas de quoi vous parlez en fait....Quelqu'un peut me dire de quoi il s'agit?? :heart: (j'ai un chouilla honte de demander tout ça quand même!! :oops: )

P.S : Je veux vraiment faire partie de la taverne!! J'y suis j'y reste!! Rien à faire!


PPIYRM :
Bon, PP. Rumeurs de Taverne était le forum central de la Marmotte à ses débuts, perso c'est pour y participer que je me suis inscrit au départ. Je suis sûr que je t'en ai parlé en plus. Il s'agit de raconter une histoire ensemble, en prenant chacun notre tour les commandes de notre personnage. Chaque joueur/écrivant a un ou plusieurs personnages qu'il fait agir et interagir avec les autres pour faire avancer l'histoire. Alors que le scénar était vraiment rikiki au début, Rumeurs possède maintenant un background assez large et varié, du fait de ses auteurs multiples qui, les uns après les autres, ont apporté leur touche personnelle. Pour avoir une vue un peu plus précise du principe de création, je pense que lire le thread "Crocodiles" pourrait être une bonne idée pour toi.
La première aventure, Vers Ardhonmeth, a été bouclée en six mois. La suite, Un Nouveau départ, est en écriture depuis environ trois ans et demi, et est loin d'être terminée. Les posts atteignent fréquemment une grande taille, ce qui rend les pages assez impressionnantes, mais c'est assez passionnant à lire et surtout à écrire. Participer à Rumeurs n'est pas du tout une obligation pour un marmotton : nombre d'entre nous n'y ont jamais posté, donc tu peux passer on chemin, te contenter de lire ou tenter une entrée dans l'aventure, tu y seras bien accueillie. Eily et moi avons changé de personnages récemment, et nous n'avons eu aucun problème pour faire entrer nos bébés dans l'histoire ! Tente le coup ;)

Alecto, je pense que comme à présent c'est ton personnage, tu peux te permettre d'inventer ce que tu veux de son passé et du reste, tant que tu ne contredis pas les posts RP de Mata...
Il n'y a qu'un âne qui s'appelle Querdal.
Rosslaew
Pique du LCS
Messages : 3517
Inscription : mar. avr. 04, 2006 9:21 pm

Re: Fiches PJs

Messagepar Rosslaew » jeu. mai 06, 2010 8:01 pm

Je fais tel que je le conçois, sans vérifier que ces informations ne sont pas contradictoires avec un truc qui aurait été dit dans l'histoire.

Nom : Félicia (qu'elle déforme Féelicia)
Sexe : féminin
Taille : 1m33
Age : 12 ans d'apparence (vrai age non décidé, mais elle est clairement beaucoup plus vielle, au moins deux fois, les fées vivent plus longtemps et gardent un air assez jeune toute leur vie)

Caractéristiques :
- Vole (bien qu'elle n'aie pas d'ailes)
- déforme tous les mots qui sonnent comme "fée" en ce mot (exemple : un effée indésirable)
- a naturellement un bon ressenti de la magie
- elle peut utiliser la magie, mais de façon "thématique" qui change chaque fois qu'elle dort de façon totalement aléatoire (son sort de féenix l'a d'ailleurs sauvée une fois déjà). C'est Félicia la polymorfée ! Y en a-t-il d'autres ? je n'ai pas encore décidé, ni si c'est de naissance ou acquis.

Ce qu'on sait de son histoire :
Les fées ont un lourd passif guerrier avec les dragons, mais le sacrifice des Zélandriens lors d'un rituel a mis la paix en eux. Malheureusement, après les années, le rituel s'affaiblit, et on retrouve des dragons agressifs et des fées guerrières. Les fées guerrières sont en deux factions qui sont traquées par les pacifistes : les radicales, qui attaquent tous les dragons, et la Confrérie de la Paix Retrouvée, qui attaque les dragons agressifs seulement.
Félicia aurait infiltré la CPR et refusé de livrer leurs noms car elle considère que c'est un bon moyen de garantir la paix et de protéger les humains en attendant de pouvoir trouver une réelle solution. A cause de ça, elle a été destituée de ses fonctions d'investigatrice contre les renégates. En revanche, elle est contre les radicales !

Description : cf mon image de profil. (sinon vous cherchez Razzly, de Chrono Cross, dont je m'inspire ouvertement)

Caractère : essentiellement optimiste, elle sait se montrer bonne guerrière s'il faut combattre. C'était son métier après tout ! Toutefois elle sait rester discrète et ne parle pas spontanément d'elle.

Relations avec les autres personnages : apparemment elle aime tout le monde !
Back from the bed !
So many spices, and such riches aplenty ♪

Revenir vers « Rumeurs de taverne »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité