Vers Ardhonmeth

Il arrive parfois que malgré l'apport constant de nouvelles rumeurs et histoires certains gardent une profonde nostalgie du passé, c'est le cas de ce vieil homme que vous voyez là bas, venez vous asseoir en cercle autour de lui et laissez le vous conter les légendes qui ont bercé son enfance !
Keela
Est captivé(e) par la minute reflective de Sam
Messages : 341
Inscription : mar. avr. 04, 2006 8:34 pm

Messagepar Keela » ven. juil. 21, 2006 2:12 am

Keela ne prenait pas la nouvelle de la meilleure manière que ce soit. Un pseudo-prince, ancien élève de Beren, c'était le meilleur moyen pour qu'il y ait quelqu'un au cul de l'Elfe vingt quatre heures sur vingt quatre.
La seule chose à dire était : "Ervek", qui était une des quelques traductions lycanthropes du mot "bouse", aussi annoncé comme "merde".
En réalité, il y avait une solution pour que "Ender" devienne quelqu'un d'intéressant : qu'il la paye pour un éventuel travail.
A ceci près, évidemment, que ce type était sans royaume, ni argent, ni même nourriture. Inutile, tant qu'il n'était pas assis sur un trône. Et encore fallait-il qu'il dise la vérité, ce qui n'était pas certain, sinon, l'Elfe se serait souvenu de lui, non ?
Parasite, ou miracle ?
Ender...
-Je suis mercenaire.
Et sans un mot de plus, Keela se redressa, du haut de sa petite taille, puis annonça :
-Je vais faire un tour, avant d'aller dans Ardhonmeth. Je n'arrive toujours pas à savoir si j'ai à y aller, ou si nos routes se séparent maintenant...
Fixant le tavernier, elle ajouta :
-En fait, ça dépendra de la question suivante : "suis-je suicidaire, ou non ?"
Elle baissa la tête. La réponse la plus évidente, vu tout ce qu'il se passait, était "oui". Si elle retournait face à Yedlais, il serait capable de lui faire comprendre qu'elle le décevait. Si elle tuait directement Beren, elle aurait tout un groupe de fous à la pourchasser. Si elle rentrait directement à Lock, elle n'avait pour solution unique que de mettre la main dans l'artefact, et se laisser mourir pour rien. Non, le moral n'était pas au rendez-vous.
-... ou plus exactement, de la manière dont je compte mourir. J'ai comme l'impression que la légende de Lock ne va pas tarder à connaître son point final.
Keela bouscula à moitié Beren en partant, affichant un air des plus sombres, avant de s'asseoir à l'écart, sur une branche d'arbre en bordure de la forêt. Elle était à quelques pas du groupe, peu visible, fixant l'horizon.
Sa main valide se serra sur le pipeau qu'elle s'était fait. Et puis elle pensa à cette nuit, où elle avait vu les siens mourir, où elle avait été transformée. Lock lui manquait. Mais finalement, la mort n'était-elle pas le meilleur moyen de rejoindre les siens ?
Elle soupira, puis porta le pipeau à ses lèvres, pour joue une petite musique. Une musique douce, qui appelait pourtant une certaine amertume, une certaine tristesse... Cette mélodie était connue parmi les troubadours et différents musiciens pour être "le dernier chant de Lock". Désormais, ce nom était pris pour une sorte de publicité pour un morceau de musique, comme si donner le titre d'une légende à quelques notes n'était que pure prétention.
Pas pour la Semi-Elfe lycanthrope. Elle avait connu Lock, elle avait connu ses derniers soupirs. Elle savait que cette mélodie était apprise aux plus jeunes, comme certains apprenaient à lire et à écrire. Les bergers menaient leurs troupeaux et annonçaient leur présence par cette sorte d'hymne. Et le dernier soir, comme par habitude, le chant de Lock résonnait à la tombée de la nuit.
De même lorsque les flammes balayaient les corps qui n'étaient qu'en partie déchiquetés ou mangés, certains trouvaient encore la force de jouer cet air. Le dernier chant de Lock. Oui, c'était un peu cela. Elle le connaissait entièrement, lui qui durait plusieurs heures, et elle devait bien être la seule à connaître la totalité de cet air. "C'est qu'on a du temps à perdre, Lou !", lui disait sa mère quand l’enfant s'énervait sur la longueur de ce morceau.
Hum... la voilà qui pleurait. Cela faisait bien longtemps qu'elle ne l'avait pas fait. Elle posa son regard sur ses mains, puis se rendit compte que son bras mort était présent sur le pipeau. Dire qu'elle n'y avait pas pris gare.
Etonnée, elle décida de bouger les doigts, pour voir s'il répondait réellement. Non. Il était figé sur les trous du pipeau. Ce qu'elle devait avoir l'air ridicule, comme ça, avec un bras qui bougeait tout seul. Et puis à pleurer. Non, mais quel intérêt avait cette vie ?
Et Ardhonmeth... avec ou sans elle ?
Avaient-ils réellement besoin d'elle ?
Stop ! Quelle est cette pensée si intéressée par les autres membres du groupe ? Elle n'était pas comme eux ! Elle avait un autre but, un autre espoir ! Et puis elle n'était pas payée pour aller à Ardhonmeth ! Elle était payée pour... pour s'occuper de l'Elfe.
Un Elfe si sympathique avec les autres qu'il n'était jamais seul...
Sincèrement, si elle continuait à n'avoir que des pensées négatives, elle faisait bien mieux de reprendre sa musique, et de se détacher un peu du reste du monde... S'effacer, pour ne laisser plus que cette mélodie d'agonie... enfin, une bonne idée...
Le Dernier Chant de Lock reprit, s’élançant vers les airs…
Arkan
Chante en Mogwai
Messages : 829
Inscription : jeu. avr. 06, 2006 12:46 pm

Messagepar Arkan » mer. août 02, 2006 9:39 pm

Briser le vent, porté par la force des éléments. Frôler la cime des plus hauts arbres pour sentir leur vie répondre à nos battements d'ailes. Tomber et fondre sur une proie aventureuse, déguster en paix le fruit de notre chasse.
Un appel lointain nous attire, mélodie irrésistible de la perfection blanche...
Il ouvrit les yeux.
Arkan se leva péniblement, sa sieste mouvementée ayant embrumé son esprit non habitué aux voyages aériens.

Le guerrier blanc remarqua le nouvel arrivant et se gronda de son manque de prudence: faire une sieste pour échapper aux réflexions portées sur l'énigme lui avait fait rater l'arrivée de l'inconnu.

Peu importait, car apparement l'énigme était résolue, et nouvel arrivant ou pas, plus rien ne séparait la compagnie de la ville endormie.
Il allait pouvoir consulter la grande bibliothèque, et il esperait trouver les réponses qu'il cherchait. Non, il Devait trouver ses réponses, sinon tout était perdu.
Arkan se mit à contempler les dragons qui peuplaient le ciel. Ces grandes créatures magiques le fascinaient, mais dans le même temps elles insufflaient en lui un peu de crainte, légère brise froide carressant ses vertebres et sa nuque.
Le poids qui se fit sentir sur son épaule et la légère douleur de serres s'enfoncant dans sa peau marquèrent le retour de Kalito. Arkan regarda son vieil ami d'un oeil empli de culpabilité, puis s'avança vers le groupe qui s'était formé autour du nouvel arrivant.
Là, il pû examiner plus attentivement le nouvel arrivant quelque peu fatigué. Il n'avait pas l'air très fort, mais Arkan savait d'experience qu'il ne fallait pas juger trop vite... Dans un cas probable de trahison de la part de l'inconnu nommé Ender, Le guerrier blanc voulait être le plus prêt possible. Il devait donc rester sur ses gardes.

Arkan s'approcha d'Eilraet encore penché sur Ender, et lui demanda quand il comptais se mettre en route...
Querdal
Attend à Courcourgette
Messages : 7934
Inscription : jeu. avr. 06, 2006 1:12 pm

Messagepar Querdal » ven. août 04, 2006 2:56 pm

Se réveillant d'une trop longue sieste, Querdal remarqua, de ses yeux encore embués de sommeil, qu'il y avait sur la grêve de galets toute proche une barque échouée, en bon état, sans passager at avec une rame abandonnée au fond.
"Comment a-t-on pu ne pas la remarquer jusque là ? La personne qui voguait sur cette barque serait-elle arrivée pendant que je dormais ? Et les autres, comment n'ont-ils rien remarqué ?"
Il s'approcha de Rosslaew et lui demanda :
"Beren, sais-tu d'où peut bien provenir cette barque ? Sur une telle embarcation on ne peut pas couvrir de grandes distances, et il serait dangereux de s'aventurer sur pareil esquif en haute mer. Sais-tu s'il existe des villages sur la côte, susceptibles d'avoir exilé l'un de leurs ressortissants qui aurait ramé jusqu'ici ?
- Il y a effectivement un grumeau de maisons de pêcheurs, même pas assez nombreuses pour qu'on apelle ça un village. Mon père a souvent commercé avec eux pour leur acheter le poisson qui garnissait ses tables."
Ainsi, un autochtone de la région avait débarqué dans le coin ; peut-être était-il même entré dans Ardhonmeth, et avait trompé la vigilance des dragons qui croyaient qu'il faisait partie du groupe qui avait resolu leur enigme...
"Sans doute croiserons-nous l'individu dans la ville ; soyons sur nos gardes."
Il n'y a qu'un âne qui s'appelle Querdal.
Anya

Messagepar Anya » ven. août 18, 2006 11:44 am

Anya, qui était partie se promener un peu le long de la rivière, revenait vers le campement. En passant, elle remarqua la barque, et s'approcha des autres pour leur demander s'ils l'avaient vue.
Querdal était justement en train de poser la question à Beren, qui lui indiqua un village de pêcheurs, un peu plus en amont.
C'est alors que la jeune guerrière remarqua un étrange jeune homme très pâle, qui semblait sur le point de s'évanouir. Un nouvel arrivant? qui était-ce?
Elle le demanda à l'elfe, qui lui raconta brièvement l'arrivée d'Ender.

Ce mystère éclairci, Anya parcourut la petite compagnie du regard, dévisageant tour à tour chacun des aventuriers. Keela n'était pas là. Sans doute s'était-elle isolée un moment. Elle semblait avoir des difficultés à se lier avec les autres membres du groupe, à part peut-être Eilraet, mais c'était surement parce qu'il était devenu un lycan, lui aussi.
brusquement, une question s'imposa à son esprit...
-Euh... dites-moi... l'énigme des dragons... elle est résolue?
un hochement de tête de Beren lui répondit
- Alors, dans ce cas là... qu'est-ce qu'on fout encore ici? on attend quoi pour rentrer dans la ville!?
Matamune
Fait tourner le chat
Messages : 616
Inscription : jeu. avr. 06, 2006 5:26 pm

Messagepar Matamune » sam. août 19, 2006 3:32 pm

note : italique = recit instrospectif de mon personnage

Les autres devront me pardonner, j'ai bu un poison. Mais ce sera sans eux que je tuerais Lilith. De toutes façons, une fois que l'aspect du predateur m'aura envahit totalement, personne ne pourra m'arreter jusqu'à ma mort.

La ruse avait marché. Pourquoi se casser le cul à repondre à une egnime quand il suffit d'éviter le champ de vision des dragons. Grâce à la technique de la barque retourné qu'il avait eu le culot d'acheter pour trois pieces d'or à un pécheur.
Sous l'eau, une barque conserve l'air. De quoi passer tranquillement et ignoré des dragons.
Gorgorbé marchait maintenant à travers la ville, recherchant où ses satanés vampires se cachaient. Lilith avait berné les dragons, elle était là. Il le savait et c'était empoisonné en consequence. Quelques bruits par ci et là lui faisaient penser qu'il n'était pas le seul non-vampire à vadrouiller en cette fin d'après midi. Des pièges étaient même posés, des lieux préparé pour une embuscade.
La magie métamorphe se déchainait en lui, dans un chaotisme préparatoire à la Vendetta. Ses bras se couvraient de poils puis d'écaille. Des veritables pieux écorchaient sa peau, sortant de son torse, son visage.
Bien que fievreux, cela ne l'empechait pas d'éviter les diverses pièges, préférant reserver sa furie aux vampires. Vu qu'il n'avait reçu aucune attaque, soit elle ne lui était pas destiné, soit les effets de métamorphoses corporelles suffisaient à leur faire opter pour l'inaction.
Le crepuscule arrivait, la ville du songe plongeait dans la nuit
Querdal
Attend à Courcourgette
Messages : 7934
Inscription : jeu. avr. 06, 2006 1:12 pm

Messagepar Querdal » dim. août 20, 2006 1:06 am

Querdal se tourna vers ses compagnons de route et prit une voix forte pour que chacun l'entende :
"Mes amis, nous avons fait une longue route pour en arriver là. Nous avons marché longtemps, bravé tous les dangers, combattu âprement, résolu l'énigme des dragons... Cette ville est notre conquête, notre dû. Ce soir, tous autant que nous sommes, nous allons entrer dans la légendaire ville endormie d'Ardhonmeth. Nous serons ceux qui auront liberé la cité maudite de l'étreinte du sommeil. Oui, nous allons entrer dans la Légende ! En avant !"
La troupe se mit en marche pour traverser les deux cent mètres de sable entre deux eaux qui la séparait de son but. D'un pas ferme, decidé, les aventuriers marchaient vers la consécration de tous leurs espoirs. Avançant en ligne, afin qu'aucun ne passe avant son voisin, ils passèrent les portes vermoulues et branlantes que personne n'avait franchi depuis trente longues années de brume...
"Pas tant que ça !"
A la gauche de Querdal, du haut d'une muraille, une voix grésillante avait retentit. L'humanoïde se jeta du haut de son perchoir sur les dalles qui pavaient l'entrée de la ville, cette vaste place bordée de bâtiments publics. C'était un jeune chevalier vampire portant une longue épée dont un tranchant était pourvu de dents recourbées très peu engageantes. Il y avait du sang sur cette épée, et au menton du vampire. Le sang des ardhons endormis des quartiers voisins, premières victimes de la cruauté de ces êtres sans âmes.
"Au nom de Diazel, ils nous ont devancés... songea Querdal, affermissant sa prise sur le manche de Vérité.
- Et plus nombreux que tu ne crois ! glapit le jeune chevalier."
Des bâtiments imposants alentours, de chaque porte, de chaque pignon de toiture, apparurent des goules sifflantes, affamées d'un peu de chair qui se défende, au contraire des victimes passives dont elles s'étaient repues depuis leur arrivée dans la ville.
Il y avait trois autres chevaliers parmi eux. Leur reine, Lilith, était dans les parages, et son rayonnement maléfique les rendait plus forts et plus assurés.
"Ceci sera la bataille la plus incertaine que nous aurons jamais connue, amis. Je ne sais pas combien d'entre nous verront le soleil se lever demain..."
Puis, après avoir pris une grande inspiration, Querdal leva Vérité derrière son épaule, lança un dernier :
"Hardi !"
Querdal rugit le nom d'Esmar en se jetant à corps perdu dans la masse grouillante de ses ennemis.
Il n'y a qu'un âne qui s'appelle Querdal.
Arkan
Chante en Mogwai
Messages : 829
Inscription : jeu. avr. 06, 2006 12:46 pm

Messagepar Arkan » mar. août 22, 2006 3:29 pm

Arkan, en prévision du combat mortel dans lequel il allait s'engouffrer, fit s'envoler Kalito. "Trouve la Bibliothèque", Lui dit-il, avant de sortir son épée de son fourreau. Ce bout de métal était bien peu efficace par rapport à son ancienne épée-Âme, mais il devrait s'en contenter, juste le temps que Kalito lui signale l'emplacement de son but. Arkan regarda Querdal se jeter à tête perdue dans la mêlée, puis reporta son regard sur sa lame... Après tout rien ne l'empêchait de rendre cette épée plus efficace...
Le guerrier Blanc passa la lame sur sa main, la tachant de son sang de non-humain, puis traca vivement des courbes rituelles sur le métal. "Arkan-Iss-Nyll !" Alors qu'il criait cette incantation, l'épée commença à luir d'une lumière verte...
Le guerrier blanc releva ses yeux étincelants, et l'arme à la main, se jeta dans le combat qui pourrait bien être son dernier.
"Kalito, trouve vite"...
Le démon blanc lança cette dernière pensée sensée avant de commencer à danser avec la mort...
Matamune
Fait tourner le chat
Messages : 616
Inscription : jeu. avr. 06, 2006 5:26 pm

Messagepar Matamune » mar. août 22, 2006 7:04 pm

Une jeune femme s'avançait vers les Dragons.
"Laissez moi passer, ordre de Sa Majesté !"
"Mentir aux dragons est une perte de temps. Il faudra repondre aux égnimes"
Confuse que son mensonge n'est guere marché, Lucy se gratta la tête puis renchaina "Aux égnimes ? Il n'y en a qu'une, selon la legende."
"Sauf si quelqu'un en trouve la réponse." repondu un dragon dont sa voix semblait marquer un grand âge sur un ton plutôt blasé.
"Les artefacs de la ville m'attende. Questionnez moi immediatement !"

_Premiere égnime.
Je danse une gigue spirituelle, bannissant tout sauf les pénombres de la nuit. Donnez moi à manger et je vivrai, donnez moi à boite et je mourrai. Qui suis-je ?"
_Facile, je suis le feu.

_La deuxieme, jeune humaine
L'homme qui m'inventa m'a inventé pour les autres. L'homme qui m'achète ne m'a pas acheté pour lui. L'homme qui a besoin de moi ne me connaît pas au moment où je lui serais utile. Qui suis-je ?"
_Haha, je suis un cercueil."

_La troisieme"
Aussi vivant que vous mais dépourvu de souffle, aussi froid vivant que mort, je ne connais pas la soif bien que je boive en permanence. Je suis vêtu de maille mais je ne fais aucun bruit. Qui suis-je ?
_Hum... Je dirais un poisson."

_L'avant derniere"
Je vous ai été donné une seule fois pour toute à votre naissance, cependant je peux être repris à tout moment de votre vie. Je ne pèse rien mais si l'on tente de me porter, je serai bien trop lourd. Qui suis-je ?
_Corsé. Je dirais le souffle."

_Derniere égnime
Plus il y en a, moins vous en voyez. Lorsque je vous enveloppe, regroupez tous vos vœux. Qui suis-je ?
L'obscurité ! repondit victorieusement lucy.

"Vous pouvez passer, jeune humaine."

Lucy reprit sa marche rapide vers la cité, plongé dans les rêves des artefacs et autres objets magiques qu'elle allait pouvoir dépouillé sans danger.

detruire, detruire, detruire
Gorgorbé avait vu des vampires. Ils les avaient enfin trouvé. Et ils allaient leur offrir la mort ultime !

Les vampires qui érraient dans la partie ouest de la ville n'urrent pas beaucoup de temps pour comprendre. Ils furent lacerés, déchirés, tailladés par les bras de Gorgorbé, devenu écorcheur, créature suprême de destruction.
Mage tremere et d'autres chevaliers s'unirent face à la créature. Les lames ne brisaient pas les épines qui recouvraient le corps. La magie semblait inutile. Quelques secondes et ils furent anéanti.

"As tu ressenti cette magie ?" questionna un dragon. "Oui, elle est etrange, sans doute l'humain qui a tenté de nous ruser... Je vais le tuer avant qu'il ne détruit la ville".
Un dragon, d'écaille rouge, s'envola vers la ville.

A l'entrée de la ville, Lucy incantait une magie "Ditectio Magitus Sprerio".
Grosse source de magie à l'ouest, héhé, à moi les hommes vénales !

Quelques minutes plus tard, le dragon avait retrouvé le peu discret Gorgorbé qui déchiquetait vampire sur vampire.
Après quelques secondes de pitié pour cet homme dominé par la vengence, il concentra les flammes et noya, depuis les airs, sous un torrent de feu magique vampire et Gorgorbé.
Lucy, sautant de toit en toit, admira la scène, impressionné par la puissance destructrice d'un dragon.

L'infestation de vampire avait surpris le dragon. Il fit demi tour rapidement pour prevenir ses confrères que des vampires les avaient rusés et qu'il avait défait l'enchentement proctecteur du roi.

Lucy descendit des toits, utilisa son baton comme sonde pour explorer les cendres jusqu'à ressentir un truc dur.
Elle se concentra et issa avec de grandes difficultés l'objet. C'était l'épée de Gorgorbé. Elle finit par déposer l'épée sur un banc de pierre.
Les runes étincellantes lui faisaient croire que les hommes vénales n'avaient jamais été aussi pret !
Eilraet
Chapelier de l'apocalypse
Messages : 7925
Inscription : dim. mars 26, 2006 4:07 pm

Messagepar Eilraet » mar. août 22, 2006 8:15 pm

Il fallut un certain temps à Eilraet pour comprendre ce qu'il se passait, il avait un mal fou à ce concentrer à cause de la multitude des rêves qu'il ressentait. Il s'apprêta à sortir les crocs pour se joindre à la bataille mais eu soudain une meilleure idée.
-Beren ! Cria t'il en direction de l'elfe, j'ai besoin que tu me guides !
Rosslaew se dirigea vers le tavernier qui lui expliqua ce dont il avait besoin. L'elfe acquiesça et commença à guider Eilraet au pas de course à travers les rues de la cité. Ils arrivèrent très vite devant ce qui semblait être un temple et le lycan se précipita à l'intérieur de celui ci à la suite de l'elfe, celui ci continua son chemin jusqu'à une petite salle sans portes et sans fenêtres.
-Il n'y a personne ici, je ne peux rien faire.
Sans prendre le temps de répondre au lycan Rosslaew attrapa son poignard et enfonça la lame entre deux briques. Avant qu'Eilraet n'ai le temps de se demander ce que faisait Rosslaew, le mur en face de lui disparu, dévoilant un passage, dans lequel la lumière ne manquait pas malgré l'absence de source, qui menait vers les profondeurs. Suivis de l'elfe qui referma le passage derrière lui Eilraet descendit un long escalier en colimaçon pour arriver dans une salle suffisamment grande pour que l'on eu pu y mettre sa taverne toute entière, elle était pleine d'étagères remplies de vivres, des tonnes de viandes et de légumes donnaient l'impression de manger par le simple fait de respirer l'air de la salle. Il y avait un adulte allongé sur le sol, de part son accoutrement il ne pouvait être que prêtre. Malgré la distance Eilraet ressentait la puissante magie du dieu de la ville qui semblait, à travers ce vieil homme, protéger cette salle et tous ses occupants, qui étaient tous des enfants, en très grand nombre, tous allongés sur le sol, parfois les uns sur les autres, Eilraet eu d'ailleurs beaucoup de mal à ne pas mettre genou à terre devant la virulence de leurs songes. Le voleur de rêves se tourna vers l'elfe et en le regardant droit dans les yeux lui fit promettre de le tuer si jamais un vampire entrait dans la salle avant qu'il ne se soit relevé.

Rosslaew vit alors Eilraet déambuler à travers la salle comme si il cherchait un enfant en particulier, non seulement il semblait ne pas savoir ou aller mes ses pas maladroits ajoutaient à l'irrégularité de son chemin. Si le tavernier n'avait pas eu l'air aussi déterminé Beren aurait bien tenté de la convaincre d'abandonner, car quoi qu'il ai prévu de faire la peur se lisait sur le visage totalement blanc du voleur de songes. Eilraet s'arrêta devant une jeune fille d'environ 15 ans dont le visage était plus détendu que celui des autres, et sa respiration commença à s'accélérer tandis que son souffle se faisait de plus en plus bruyant, pensant que le voleur de rêves risquait de s'évanouir Rosslaew fit un pas en avant mais fit marche arrière quand la crosse s'anima. Un long frisson se propagea dans toute l'échine du bâton d'Eilraet puis commença à envahir le corps de celui en commençant par le bras qui tenait fermement la crosse. Beren était déjà incapable de dire qui du voleur de rêves ou de son outil était vivant, les genoux d'Eilraet se fléchirent et son front vint se poser contre celui de la jeune fille. Celle ci ouvrit les yeux, mais quelque chose dans son regard faisait penser à Beren que c'était en réalité Eilraet qui avait ouvert ces yeux. Tout d'un coup une impression de douleur intense se fit ressentir dans les mouvements du corps du lycan et Rosslaew était obligé de s'appuyer contre le mur pour être sûr de ne pas tomber devant l'horreur de ce spectacle. La jeune fille ouvrit ensuite la bouche et bien que son ventre ne se souleva pas l'elfe comprit qu'elle aspirait, le souffle de celle ci se fit entendre soudain comme si elle avait retenu sa respiration pendant trop longtemps, et l'elfe n'aurait pas été étonné de voir l'âme du voleur de songes passer plutôt que de l'air.
Les doigts qui maintenaient la crosse debout la libérèrent et celle ci commença à chuter, quand la pierre qui l'ornait heurta le sol un frisson agita non seulement Eilraet mais également tous les corps dans la salle, y comprit celui de Rosslaew même si il doutait qu'une quelconque magie en soit la cause. L'elfe, qui n'arrivait pas à tourner les yeux pour libérer son regard de cette vue effrayante vit la crosse commencer à se tordre de douleur comme un serpent, et bientôt le corps d'Eilraet aussi fut agités de soubresauts, ses convulsions lui firent donner des coups à tout les corps qui l'entourait, mais cela n'était rien face à la douleur qu'affichait le visage du voleur de rêves.
Tout d'un coup, tout se calma, Eilraet reprit une position normale et restait immobile pendant que sa crosse serpentait autour de lui et de la jeune fille. Rosslaew, pensa un moment que le voleur de songes était mort mais il voyait sa respiration soulever son ventre à intervalles calmes et réguliers.

La haut la bataille faisait toujours rage et Awilan avait bien été obligé lui aussi de sortir les armes, même si c'était avant tout pour se défendre, il vit soudain une ombre passer au dessus de sa tête et leva les yeux aux ciel pour voir un dragon passer et aller brûler un groupe de vampire. Il sursauta en reconnaissant Gorgorbé parmi ceux qui brûlaient et un vampire profita de ce moment d'inattention pour l'attaquer dans le dos. La lame de fit que le frôler, Awilan se retourna pour voir que son attaquant avait été empalé sur une épée tenue par un guerrier qui portait, il en était certain sans savoir pourquoi, l'écusson d'Ardhonmeth sur son bouclier. Un centaine de ces guerrier à pieds vint rejoindre la bataille et une cinquantaine tirait des flèches. Awilan voulu remercier son sauveur mais remarqua bien vite deux fait étranges, tous les guerriers avaient exactement le même type de déplacement, et plus étonnants ils avaient tous les yeux fermés, ils n'étaient pas réveillés mais se battaient tout de même pour protéger leur peuple.
perl -E 'say s/(.*r).*\K/, \l$1.\n/r, ${["Take one down and pass it around. ", "Go to the store and buy some more. "]}[/N/], $::b{$_} // $a, "\n" for reverse sort { $a <=> $b } keys %{ { %::b = map { ($a, $b) = ($_, $a) } map { join "", "$_ bottle", "s" x !/^1$/, " of beer on the wall" } "No more", 1..99 } };'
Arkan
Chante en Mogwai
Messages : 829
Inscription : jeu. avr. 06, 2006 12:46 pm

Messagepar Arkan » mer. août 23, 2006 4:22 pm

Tornade lumineuse au milieu de l'armée ténébreuse, Arkan taillait, tranchait et décapitait de sa lame étincelante les ennemis qui s'opposaient à lui. Mais à chaque tué dix morts-vivants revenaient, et Le démon blanc fut bientôt encerclé .

Il arrivait à tenir les goules à distance mais elles attaquaient sans arrêt, et sans prendre garde a épargner leur existence de morts-vivants, ce qui rendait leurs attaques plus dangereuses encore.
Tant pis, il pensais économiser son énergie, mais s'il mourrait celà ne servirait à rien. Arkan tendit sa main libre vers une goule et des éclairs noirs frappèrent sans pitié les ennemis qui redevinrent cendres. Profitant de la breche, le guerrier blanc sortit de la situation inconfortable dans laquelle son encerclement le mettait, et rejoignit Querdal qui déchirait chair morte et entrailles de vampires à quelques pas. Quand il arriva, l'Axeman était acculé de tous côtés, et sa hache ensanglantée, bien que rapide et mortelle, ne pouvait pas protéger son porteur de tous les angles en même temps. Alors qu'il était encore à quelques pas, Arkan vit un vampire attaquer Querdal dans le dos, et celui-ci, aux prises avec une goule tenace qui esquivait sans arrêt ses attaques, ne semblait pas avoir remarqué l'attaque traitresse. Mais Arkan était trop loin pour trancher et il n'avait pas le temps de lancer un éclair sombre. Dans moins de deux secondes, Querdal allait mourir, abbatu dans le dos! Il devait faire quelque chose!

Un éclair métalique verdoyant fusa dans les airs. L'épée d'Arkan se planta dans le dos du vampire menacant Querdal, la lueur verte s'insinuant dans son corps froid, abandonnant la lame émoussée... L'ennemi explosa dans une gerbe d'étincelles brulantes, atteignant l'axeman.

Voilà il lui avait sauvé la vie, mais il semblait qu'il allait payer cet acte de bravoure de la sienne. Sans lame et de nouveau encerclé par goules et vampires, Arkan ne se donnait pas dix secondes de survie, et sa magie n'était pas assez rapide pour le sauver.
Il allait mourir.
Une griffe fendit l'air, laissant une profonde cicatrice sur le visage d'Arkan, tandis que d'autres lames acérées entaillaient son dos et ses jambes.
Dans un acte futil de protection, le guerrier blanc protega son visage ensanglanté de ses bras, bientôt eux aussi strillés de griffures brulantes.

Arkan, à terre, finit par fermer ses yeux emplis de sang.
"désolé Kalito, je suis trop faible..."
"NON!"
Venant des profondeurs de son âme, La voix tant aimée fusa telle un torrent d'énergie bleue, emplissant chaque parcelle du corps d'Arkan...

Anya arrivait trop tard. De loin elle avait vu Arkan, désarmé, se faire attaquer et déchiqueter, et s'était éfforçée de rejoindre le guerrier blanc, tuant tout ce qui la séparait de son ami quasi-mort. Arrivée, elle s'était postée devant le corps innanimé et ensanglanté d'Arkan et maintenant tenait les ennemis à distance, tranchant et égorgant à chaque tour de bras.
Elle avait vite été rejoint par Querdal, ce qui lui permit de se pencher sur le corps sans vie d'Arkan. Mais c'était trop tard, tous ses membres étaient en sang, et de profondes entailles strillaient son visage et son corps.

Arkan était mort.

Folle de rage et aveuglée par la haine, Anya se releva et se battit avec une férocité inhumaine, déchiquetant et déchirant tout sur son passage. Telle un démon écarlate distribuant souffrance et mort, elle détruisit tout ennemi qui s'approchait du cadavre d'Arkan: Jamais elle ne permettrait que son ami soit dévoré par ces necrophages !

Un oiseau couleur ébène volait en direction des combats. Le corbeau se posa sur le corps mort d'Arkan, et soudain une lueur bleue sortit du volatile, entrant dans le corps du guerrier blanc.
"Tu ne mourra pas !"

Arkan rouvrit les yeux. Une lueur famélique d'un vert pâle éclairait ses yeux, bientôt emplis d'un bleu azur d'une intensité étincelante.

Le guerrier blanc se remit sur ses pieds. Il ne sentait plus la douleur, son corps était comme auréollé d'une lumière bleue, d'une brume azur lui redonnant des forces. Cette Brume se concentra soudain dans le dos d'Arkan, prenant la forme étherale d'ailes immenses.
Arkan jeta un dernier regard empli de gratitude vers ses amis, puis reporta ses yeux vers le ciel...

Anya et Querdal, sentant un sentiment puissant s'emparer d'eux, se retournèrent en un mouvement, juste assez de temps pour voir Arkan, auréolé d'un bleu azur et deux ailes déployées, s'envoler dans le ciel sans nuages d'Ardhonmeth.
Querdal
Attend à Courcourgette
Messages : 7934
Inscription : jeu. avr. 06, 2006 1:12 pm

Messagepar Querdal » mer. août 23, 2006 6:19 pm

Querdal avait un peu de mal à comprendre ce qui venait de se passer. L'oiseau qui avait porté l'âme de Kalito gisait, mort, dans la mare de sang laissée par Arkan. L'Héritier était-il véritablement devenu un ange ?
"Si c'est le cas, nous nous retrouverons dans l'au-delà après ma dernière bataille, mon ami... Me sauver la vie t'a coûté la tienne, et j'honorerai ton souvenir en bravant la Mort encore quelques années : tu devras donc attendre encore un peu avant que nous ne nous retrouvions."
L'arrivée mystérieuse de la garde endormie d'Ardhonmeth avait apporté un immense soutien à la compagnie en déconfiture ; mais la vague de soulagement n'avait pas eu le temps de parvenir jusqu'à Anya, Querdal et Arkan avant que ce dernier ne périsse. Alors que la bataille commençait de tourner largement en faveur des vivants, Querdal prit le temps d'observer les soldats portant les couleurs de la ville, et il remarqua qu'en plus de combattre les yeux clos, ils se déplaçaient et maniaient leurs épées exactement de la même façon, un peu maladroite mais on ne peut plus efficace. Cette allure rappelait fortement quelqu'un au roi déchu, sans qu'il ne parvînt à y rattacher un nom...
"Eilraet ! fit Querdal en riant. Eilraet, où est-il l'animal ? C'est lui qui contrôle ces hommes ! Et c'est à lui que nous devons nos vies ! Hé toi, si tu m'entends ! N'est-ce pas que l'épée est plus pratique quela crosse, pour le passage de vampires à la moulinette ?!"
Querdal et Anya pourfendirent en même temps les deux dernières goules. Sur le second mur d'enceinte, les archers virent bien que cette place était perdue et décidèrent de se retrancher avec les dernières troupes valides dans le palais, où ils tiendraient le siège pour protéger leur reine.
"C'est pas encore gagné, les enfants..."
Il n'y a qu'un âne qui s'appelle Querdal.
Matamune
Fait tourner le chat
Messages : 616
Inscription : jeu. avr. 06, 2006 5:26 pm

Messagepar Matamune » mer. août 23, 2006 6:46 pm

Etrange propriété. Et si je... Hum. Magnifique épée.

"Houuuum"

Houuum ? Qu'est ce que...

Des bras aggripèrent Lucy. Immobilisé, elle tourna la tête et admira la dentition de la goule. Elle se débattait mais elle manquait de force pour se dégager.
Une épée fendit l'air et trancha la tête de la goule. Son sauveur était un chevalier somnanbule. Il était accompagné de semblable à lui. Ils se hataient vers une autre partie de la ville.

Un vampire bondit d'un toit. Son intention était claire, dévorer Lucy.
Elle n'esita pas une seconde et se prepara à donner une leçon d'art martiaux à sa sauce. "Sperio spellus maneo flama !" Ses poings s'enflammèrent et elle se rua sur le monstre. Une pluie de coup effroyablement rapide s'abatit sur le vampire qui se fit detruire lorsque la main de Lucy transpera le coeur du monstre.
Elle annula le sort et ramassa l'épée.

Nouveau vampire. Elle prefera cette fois tester l'épée. L'épée cracha un torrent de flamme sur le vampire avant même qu'elle est décidé de porter le premier coup.

Impressionnant.

Soudain, elle décida de courir. Cela l'impressionnait elle même mais ces jambes ne semblaient plus lui appartenir. Ses bras faisaient des moulinets qui envoyait au tapis les goules et vampires qui étaient sur son chemin.
Elle repris le contrôle d'elle même lorsqu'elle n'y avait plus un monstre hormis les somnanbules et un groupe de guerrier.
Rengainant l'instrument maudit, elle demanda
"Dites, vous n'êtes pas avec les vampires ?"
Eilraet
Chapelier de l'apocalypse
Messages : 7925
Inscription : dim. mars 26, 2006 4:07 pm

Messagepar Eilraet » mer. août 23, 2006 8:05 pm

-On a l'air d'être des amis à eux peut être ?
Demanda un soldat qui venait d'ouvrir les yeux, celui se tourna vers Querdal et ajouta :
-Et non je ne suis pas vraiment Eilraet, c'est juste que j'aurai trouvé dommage de donner a ces soldats la démarche d'un vieil homme comme moi alors que votre ami pouvait me servir, d'ailleurs vous pouvez, en parlant à ce corps que j'utilise lui faire vos adieux, je ne pense pas qu'il reviendra.
Le soldat observa l'ensemble du groupe et son regard s'arrêta sur Awilan.
-Toi qui ne sais pas te battre, suis moi tu vas pouvoir te rendre utile. Tu m'as l'air suffisamment agile pour ce que j'ai à te proposer.
Awilan devint blanc mais accepta l'offre et suivit le soldat qui ferma aussitôt les yeux comme si il manquait de sommeil.

Pendant ce temps, dans la cachette du temple Rosslaew étant le seul être animé se demandait si il ne serait pas plus utile la haut dans la bataille, d'autant plus que sa connaissance de la ville pouvait être utile. L'elfe ne tenait plus en place, Eilraet ne lui avait pas dit exactement ce qu'il allait faire et Beren ne savait de toutes façons pas si cela avait fonctionné, il se sentait coupable d'avoir laissé les autres seuls contre une armée de vampires. Son ouïe plus développée que la moyenne le ramena à l'ambiance sinistre de la cachette, un des enfants c'était levé et marchait vers lui, Rosslaew avait pourtant l'impression qu'il n'était toujours pas réveillé.
-Eilraet me charge de te dire que tu peux t'en aller, de toutes façons dans l'état dans lequel il est il ne pourra pas être utilisé par les vampires.
Quand l'enfant fut à nouveau allongé sur le sol Beren hésita un long moment se demanda ce que voulais dire «l'état dans lequel il est ». Il décida que, ne comprenant rien a cette magie il serait plus utile dans la bataille qu'ici et il fit demi tour en direction de la sortie.

Awilan lui grimpait sur les murs de la bibliothèque comme le lui avait indiqué le soldat, il ne savait pas à quoi servirai la pierre qu'il était censé récupérer mais le soldat semblait la trouver très importante et Awilan était bien content de pouvoir être utile sans avoir à se battre. Il donna ce qui ressemblait à une opale au soldat et celui ci lui fit signe d'aller se réfugier dans la bibliothèque en attendant que les combats soient finis.
perl -E 'say s/(.*r).*\K/, \l$1.\n/r, ${["Take one down and pass it around. ", "Go to the store and buy some more. "]}[/N/], $::b{$_} // $a, "\n" for reverse sort { $a <=> $b } keys %{ { %::b = map { ($a, $b) = ($_, $a) } map { join "", "$_ bottle", "s" x !/^1$/, " of beer on the wall" } "No more", 1..99 } };'
Anya

Messagepar Anya » jeu. août 24, 2006 8:51 pm

Quand le soldat emmena Awilan, Anya fut saisie d'un étrange pressentiment... Sans que ses compagnons la remarquent, elle s'esquiva, et suivit discrètement le soldat et le jeune voyageur.
Confusément, sans qu'elle sache pourquoi, elle savait que sa place était avec eux, que son rôle allait bientot se jouer... Jusqu'à maintenant, elle n'avait été que spectatrice des évènements, et elle allait bientot entrer en scène...
Keela
Est captivé(e) par la minute reflective de Sam
Messages : 341
Inscription : mar. avr. 04, 2006 8:34 pm

Messagepar Keela » ven. août 25, 2006 3:17 pm

On pouvait se poser des questions sur ce que Keela faisait. En réalité, pas logntemps après la troupe, elle s'avança dans la ville, sans trop de problème, puisque les dragons avaient compris qu'elle était "avec eux". Jouant de son poignard, elle règla le problème de quelques goules qui l'emmerdaient sérieusement, et s'avança vers son but, ce doux fumet qu'elle sentait.

Après un peu de temps de marche, la voilà dans un moment privilégié. Elle, avec Beren. Taisant ce cri de joie qui se faisait entendre dans sa tête, et la folle envie de sautiller un peu partout -ça n'aurait pas été crédible-, elle s'avança, bloquant le passage dans la maison.
-Et bien, depuis le temps qu'on n'avait pas eu le droit à petit moment ensemble...
Elle glissa sa main dans les cheveux de Beren, et laissa échapper un soupir.
-Bravo, je crois que tu as été l'homme le plus difficile à attraper de toute ma vie. Et les dieux savent que j'ai vécu...
L'Elfe ne pouvait plus avancer, le passage était bloqué. Alors il sourit, confiant en sa compagne de voyage, et demanda :
-Pourquoi ne te bats-tu pas avec les autres ?
-Quels autres ?
-Euh... nos amis... ?
-Ah... vois-tu, je crois que personne ne me considère réellement comme une amie...
-Pourquoi dis-tu ça ? Et Eilraet ?
-Eilraet n'est pas là-haut. Et je dis ça parce que si c'était le cas, on aurait partagé autre chose que des combats, n'est-ce pas ?
Beren en sut pas quoi répondre, alors il chargea sa voix d'autorité :
-Laisse-moi passer !
-Non...
L'air détaché de la Lycane, comme si elle ne se doutait pas de la gravité de la sitation, du besoin de donner un coup de main au reste du monde, le prit à la gorge, et il serra les poings.
-Qu'est-ce que tu me veux, Keela ?
-Ta mort. Ton corps. Bref, un moyen simple de montrer que tu n'es plus qu'un cadavre, de le donner à Lilith ou un de ses acolytes, de recevoir une prime inconsciente, et de m'en servir pour faire revivre mon village.
-Tu es malade !
Arquement de sourcil de la Lycane.
-Keela, est-ce que tu te rends compte que ce n'est pas de l'argent, qui regroupe des personnes dans un même lieu, mais un but commun, ou un certain sens de l'attachement des uns aux autres ?
-Et comment tu les loges, tes gens utopiques ?
-Ce n'est pas une utopie. Ca existe, des frères d'arme, des gens qui s'aiment, qui tiennent les uns aux autres, sans forcément avoir besoin de se le dire !
-Ceux que j'aime sont morts depuis bien longtemps. Ma vie n'est rien depuis trop longtemps. J'ai besoin que tu m'aides à faire revivre mon village, que tu meures pour... des gens...
-Qui sont déjà morts ? C'est insensé.
-Mais...
-Sincèrement, est-ce que tu crois à ce que tu dis ?
-Bien sûr ! C'est mon unique raison de vivre !
-Alors ta vie doit être bien triste...
Le visage de Keela se calma, pour prendreune expression plus ou moins neutre.
-Je...
-Vivre dans les fantômes de son passé, ce n'est peut-être pas la meilleure solution. Peut-être que ta place est ailleurs que dans ce village, et que c'est pour cela que tu as survécu. Réfléchis.
Elle ne dit pas un mot.
-Oui, prends le temps d'être au calme, et de penser à tout ce que je viens de te dire.
La vue de Beren se brouilla soudainement, et le voilà qui sombra dans l'inconscience. Keela observa son bras zombi avec un air assez critique. Excellente matraque, finallement. Bon, d'accord, l'Elfe s'était certainement assomé en se cognant violemment contre le mur, mais le résultat était le même.
Elle avança vers la salle d'où venait Beren, et l'installa sur une chaise, l'attachant à celle-ci grâce à des menottes qu'elle avait dans son sac.
Et puis elle s'assit à côté de lui, pour fixer le vide, pour réfléchir un peu à ce que sa potentielle victime lui avait dit. Le tuer, ou pas. L'écouter, ou pas. L'écouter et le tuer ?
C'était tentant.
Tout foutre en l'air pour devenir simple voyageuse ?
Idem.
Manger un morceau de viande qui traînait ?
Parfait.
Keela découpa un morceau du jambon qui captivait son attention, en jetant des regards au Beren assomé.
Elle reprit son poignard, s'approcha un peu de lui, pour lui arracher son haut, et oserver son torse.
Si elle vise au niveau du plexus solaire, ça peut faire mal. Le coeur, c'est plus sûr, par contre. Sûr et basique. Elle peut l'égorger. Le dépecer, mais serait-il reconnaissable sans sa peau ?
Bon, va pour le coeur, c'était encore le mieux. La Lycane posa sa lame sur son but, l'écorchant légèrement, pour qu'un tout petit filet de sang se mette à couler. Filet qu'elle lècha, ne pouvant résister à cette tentation.
Puis elle recula sa lame, prit de l'élan.
... et s'arrêta à un millimètre de la peau elfique.
-Merde ! J'ai même plus envie de te tuer, salopard !
Elle mordit vivement dans le jambon, une colère envers elle-même se faisant voir dans son simple regard.

Revenir vers « Souvenirs de taverne »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité