Vers Ardhonmeth

Il arrive parfois que malgré l'apport constant de nouvelles rumeurs et histoires certains gardent une profonde nostalgie du passé, c'est le cas de ce vieil homme que vous voyez là bas, venez vous asseoir en cercle autour de lui et laissez le vous conter les légendes qui ont bercé son enfance !
L'alouette
Milite pour l'alca torda
Messages : 36
Inscription : dim. mars 26, 2006 5:06 pm

Messagepar L'alouette » sam. avr. 15, 2006 7:35 pm

Au bas des montagnes, la scène prit une allure de spectacle.
Awilan surgit des quelques feuillus comme un boulet de canon, totalement paniqué, hurlant comme un fou, et courant comme s’il eut été poursuivi par un dragon.
« Mon Dieu ! Viiiite » on aurait dit une truie qu’on égorge « Courrrrrez ! Ils sont derrière mooooiii !!! »
Dans sa frayeur, il ne s’aperçu même pas que déjà la troupe était à une bonne centaine de mètre de lui.

La lune fière de son ascension faisait briller la nuit comme du cristal. On pouvait voir comme en plein jour. Et le voleur ne prit pas de temps à remarquer ses amis, pour redoubler sa vitesse et les rejoindre.
Au fur et à mesure qu’il s’approchait d’eux, le groupe divisé s’éloignait un peu plus dans l’obscurité, Awilan brailla :
« Mais !!! Je vous en prie, attendez moi !!!! J’ai trop peur !! »
Progressivement, le battement de son cœur se noya au bruit de l’écoulement d’une rivière.
« Ho ! Pourquoi va-t-on dans cette direction ?! La forêt est à l’opposé !! »
« Chut ! Tais toi enfin ! » beugla à son tour Querdal afin de couper court à la complainte.
Le guerrier retourna une nouvelle fois son regard aux arrières du jeune, puis apostropha le reste du groupe, dissimulé de ci de là parmi les arbres « Hey ! Il n’y a plus personne ! Plus de mercenaires ! Vous pensez qu’il a pu les semer finalement ? »
« Impossible » coupa Aelan, dont l’écho fut rendu par Anya et l’Heritier « Je peux encore les sentir…Nous ferions mieux de… »

Une lance jaillit du ciel pour fendre littéralement en deux le tronc d’un chêne.

« Qu’est ce que… » Querdal n’eut pas le temps d’achever le verbe quand une seconde lance frôla son plastron...
« Partons ! »
Par instinct, Anya avait dégainé son sabre, mais le regard soudain de Kalito, lui glissa dans son esprit, qu’il serait absolument vain.
La pensée commune de ne pas attaquer tourna vers l’unique choix de rejoindre au plus vite la rivière. Le plan devait être mené à terme. La tête du groupe n’était plus qu’à quelques mètres de l’eau. Mais brusquement, et dans l’état actuel des circonstances, cette idée de tous les immobilier paressait vouée à l’echec.
« Les mercenaires se sont séparés pour nous prendre en revers…On ne pourra jamais tous les "congeler" d’un coup… » murmura pour lui-même Aelan, entendu par l’elfe, qui s’empressa de faire aussi part de ses ressentiments :
« Je ne sais…Mais l’heure n’est plus au doute, allons y ! »

Très vite, le propriétaire des lances sauta du haut d’un arbre, loupant au passage la nuque alerte du jeune voleur.
Juste derrière se dessinait l’ombre de trois mercenaires.

Quant à Rosslaew, qui avait déjà un pied dans l’eau, il vit se profiler tout autour de lui, le groupe complet des guerriers vénaux...
Arkan
Chante en Mogwai
Messages : 829
Inscription : jeu. avr. 06, 2006 12:46 pm

Messagepar Arkan » sam. avr. 15, 2006 7:35 pm

Sept mercenaires entouraient Kalito, Anya et Querdal, Awilan, lui, ayant pû courir assez vite pour echapper au groupe et rejoindre Beren et Alean, qui avaient déjà les pieds dans l'eau cristalline de la rivière, rejoints aussi par le reste du groupe de chasseurs de primes.
C'était mal parti. Pour que leur plan fonctionne, tous les mercenaires devaient être dans la rivière, tous sans exeption, car il était plus sage de ne tuer personne... Mais les chasseurs de prime s'étaient scindés en deux groupes, et ceux qui encerclaient le guerrier blanc, Anya et Querdal ne semblaient pas décidés à se tremper les pieds. En fait, ils paraissaient plutôt pressés de mettre en pièces les trois guerriers...

Kalito devait réfléchir... mettre au point une stratégie... Il fut stoppé dans sa réflexion par le bruit d'une lame que l'on tire de son fourreau, Anya semblait énervée et devait avoir la ferme intention de se jeter dans une bataille innapropriée...
"Rangez cette arme ! On ne doit pas combattre !" S'exclama Kalito à l'intention d'Anya.
-mais si on réagit pas on se fera éttriper, imbécile !
Il avait son plan. "Fais moi confiance" Finit Kalito d'un ton autoritaire, avant de se mettre à courir dans la direction du lac.
Il fut vite arrêté par un des mercenaires, masse de muscles lui barant le passage, et le menaçant de son cimetère...

"très bien..." Kalito esquiva son attaque, et se recula de quelques pas.
Puis il s'accroupi et pris dans sa main un peu de terre, avec laquelle il traca sur le sol un cecle d'invocation improvisé. Il leva sa main au ciel et se mit à crier: "Anima H-Nyll-Lnorts !!!" Il abbati la paume de sa main sur le cercle de terre, créant une onde de choc noire qui se répercuta jusqu'à la forêt.
-"Qu'est-ce que tu fabriques, Kalito ? cria Anya, furieuse, c'est pas le moment de jouer au magicien, et puis ta nécromancie ne servira à rien ici, il n'y a aucun mort en ces terres !"
"Il y a toujours des morts, au plus profond de la terre, reliques d'antiques guerres dévastatrices qui déferlaient sur tous les territoires! Il y a toujours des guerres !"
Comme en réponse à Kalito, un grondement assourdissant se fit soudain entendre, causant des regards appeurés chez les mercenaires et les alliés...
Ce grondement, allié à des secousses de plus en plus fortes, s'arrêta quelques secondes... Pour laisser place à un vacarme infernal. Le sol s'ouvrit en une brèche d'une profondeur abbissale, et il en sortit une centaine de squelettes, cadavres putréfiés et autres charognes, qui leur ascension terminée, se jetèrent avec rage sur les mercenaires qui menaçaient les trois guerriers. Les chasseurs de primes se défendirent rudement, neutralisant, à chaque coup de sabre ou de hache une dizaine de morts vivants. Mais il y en avait trop. Les mercenaires, voyant leurs chances de victoire s'ammoindrire considérablement, prirent la fuite en se dirigeant droit sur la rivière... Ne re marquant pas qu'ils n'avaient subis aucune blessure, ne remarquant pas que les squelettes et autres cadavres vivants s'éffondraient soudain. Leur frayeur ne les permettant pas de remarquer le guerrier blanc s'éffondrer, complètement vidé de son énergie... Ils avaient déjà les pieds dans l'eau.

Beren Sourit "bon travail", pensa-t'il à l'adresse de Kalito
Eilraet
Chapelier de l'apocalypse
Messages : 7925
Inscription : dim. mars 26, 2006 4:07 pm

Messagepar Eilraet » sam. avr. 15, 2006 7:35 pm

Le voleur de rêves observait l'astre qui avait fait s'envoler tous ses doutes. Sa transformation se fit en douceur, d'ailleurs il ne la remarqua pas tout de suite car il se concentrait sur cette constante qu'était la beauté de la lune, que ce soit à travers les yeux d'un humain où d'un animal, l'astre était magnifique, et sa seule présence une magie à part entière qu'Eilraet comprennait d'autant plus maintenant qu'il était lié à la sphère blanche.
Le voleur de rêves était désormais sous la forme d'un loup et a ses cotés Keela elle aussi avait la forme de cet animal magnifique. Finalement personne n'avait pris sa place dans sa tête, il était juste ... différent, il ne voyait plus rien de la même façon. Keela s'elança en direction du pic de la montagne, peut être pour pouvoir profiter plus vite du spectacle céleste, ou peut être tout simplement pour chasser, mais la seconde solution paraissait plus improbable, l'instinct d'Eilraet lui disait que la chasse se ferait plutôt en bas, là où il n'y avait pas de neige.
C'est au bout d'un moment assez long qu'il remarqua que sa vue n'était pas l'unique sens interressant, il était tellement pris par ce qu'il contemplait qu'il n'avait même pas fait attention au monde que lui contait son nez. Des loups, des vrais vivaient dans cette montagne d'ailleurs l'un d'eux était passé par ici il y avait peu, mais il y avait d'autres créatures vers les sommets, son instinct ne lui avait pas indiqué l'endroit où chasser mais l'endroit à fuir, précisément là où il avait décidé de se rendre avec Keela, des créatures géantes y vivaient, mais leur odeur bien qu'imposante était alléchante.
Il se rendit compte qu'il avait la queue entre les jambes, il la fit se redresser en direction du ciel et par se geste se redonna du courage. Il n'était plus un dominé mais un dominant et il le montrerai à tous ceux qui croiseraient son chemin. Il s'elança a son tour vers l'endroit d'où l'odeur semblait prévenir, a un moment la piste se divisa en deux et il décida de suivre celle empruntée par Keela qui avait laissé une piste olfactive.
Il s'arrêta en plein élan, et avant qu'il ne comprenne ce qu'il se passe il entendit des centaines d'animaux hurler, c'était un cri de peur, un sens qui ressemblait à l'intuition lui avait fait ressentir quelque chose ... ce qui restait de ces souvenirs humains en lui lui fit penser au fait que les animaux étaient les premiers à sentir venir une catastrophe, mais là cela avait été si soudain ! Eilraet n'avait aucun doute à se faire, a distance assez faible pour un loup, la terre avait recraché des morts ! Sa queue vint se replacer instinctivement entre ses jambes et il alla se blotir, tout tremblant, contre un rocher...
Matamune
Fait tourner le chat
Messages : 616
Inscription : jeu. avr. 06, 2006 5:26 pm

Messagepar Matamune » sam. avr. 15, 2006 7:36 pm

Un vent glacial accompagné l'enfer blanc dans lequel se promenait Gorgorbé, seul.
Le froid se montrait bien plus terrible que tous ce que son passé avait réussi à lui présenter pour le faire chier. Être tranquille, chasser, perfectionner ses talents, ça n'avait pas été toujours facile. Ours enragé, brigand de chemin, tueur en manque de victime, abomination de la nature, ce n'était finalement pas grand chose face à un ennemi pour qui sa magie, ses compétances de combat se voulait obselete. Même courrir ne servait à rien.
Une fleur de pacifique dans la main, Gorgorbé marchait avec prudence, vétu d'une peau de loup.
La chair et le sang du fauve empestait sa couverture de fortune mal tanné. Pleine lune ou pas, mourrir de froid était trop stupide. Le chasseur préférait revetir une cible sur son torse que de finir en momie-glaçon douteuse.

Son esprit était en bras de fer, resistant contre le froid quand apparurent plusieurs quadrupèdes dissimulés dans le blizzard.
La raison n'était plus, trop de danger.
Gorgorbé sortit sa potion miracle de sa poche quand le sol se fissura sous un tremblement de terre soudain.
Le sol s'écroula, le temps ralenti.
Sa main lacha la potion qui incarnait son salut, son passé se mit à défiler.
La course dans le vide s'acheva rapidement, dans un grand plongeon dans une eau étrangement chaude.
Gorgorbé flotta, évanoui jusqu'à une berge.
Keela
Est captivé(e) par la minute reflective de Sam
Messages : 341
Inscription : mar. avr. 04, 2006 8:34 pm

Messagepar Keela » sam. avr. 15, 2006 7:36 pm

Keela n’avait pas eu le temps de répondre que, soudainement, la Lune avait prit place dans le ciel. Et c’était si beau, comme chaque fois, qu’elle ne pouvait en décrocher le regard.
Les yeux de la Lycane devinrent noirs, reflétant l’astre planté dans le ciel. Son corps changea, légèrement… doucement… Tout d’abord, ses cheveux prirent une teinte plus foncée, presque noire, puis ils enveloppèrent son corps, pour devenir une épaisse fourrure sombre.
Elle devint une louve. Une simple louve, car elle savait bien que la première transformation d’Eilraet ne donnait pas la possibilité à l’Humain de faire beaucoup plus. La première transformation d’un Lycan était quelque chose qu’il apprendrait bientôt à faire à chaque Lune.
Puis Keela s’en alla en courant. Cette couleur, de sa fourrure, cela voulait dire beaucoup. C’était certainement lié à sa première transformation… se libérer pour mieux s’offrir. A noter.
Cette louve qu’elle était devenue n’était pas loin du titre d’Ultime Lycanthrope. Et ce n’était pas rien. Loin de là. Elle le sentait. Elle n’avait jamais été aussi forte.
Jamais aussi vive, jamais aussi détachée…
Soudainement, son poil se hérissa : elle avait senti quelque chose sortir de la terre.
Quelque chose de mauvais.
Elle grogna.
Et d’un pas rapide, elle alla rejoindre Eilraet, pour se planter face à lui.
Les Lycans, sous cette forme, ne parlaient pas. Cependant, rien ne leur empêchait de se comprendre. Rien…
Elle le rassura d’un simple regard : le danger était plus lointain qu’il ne le pensait. Il fallait se détacher… prendre les dons de la nature avec prudence.
Elle s’approcha de lui, puis, l’air joueuse, lui mordilla l’oreille, pour lui demander de la suivre : elle voulait lui montrer le monde des loups.
Ils arrivèrent dans un petit groupe. A cette époque de l’année, les louveteaux venaient de naître, alors mâles et femelles se mettaient en groupes, et ne se séparaient pas. La chasse et la protection des petits étaient leurs activités principales.
Avant de se mêler aux autres loups, Keela annonça à Eilraet qu’il ne devait pas se leurrer : ils n’étaient pas plus loups que membres d’une race humanoïde. Ils étaient entre les deux.
La nuit se passa tranquillement. Le groupe de loups avait accepté les deux Lycans avec compréhension, et Keela avait beaucoup joué avec les plus jeunes. Visiblement, les louveteaux l’intéressaient tout particulièrement… et elle, elle intéressait les mâles adultes –pour une autre raison, cela va sans dire-.
Cette nuit était une pause. Une pause comme les autres, une fois par mois, où Keela se détachait du monde, de ses problèmes. Elle respirait enfin, entre le rêve et une réalité qui la tuait à petit feu…
Et cette neige, sous ses pieds, la rendait encore plus sereine.
L’aube…
… la fin d’une pause.
Et deux corps endormis, seuls.
L’un contre l’autre, dans la neige. Après tout, ce n’était peut-être qu’un rêve partagé.
Qu’un soupir commun.
Keela avait retrouvé cette forme pure due à la neige qui l’entourait. Son corps tout entier semblait de glace, tout en laissant échapper une chaleur rassurante.
Son souffle régulier laissait comprendre qu’elle dormait profondément… nue, comme tous les Lycans après une transformation… d’où l’intérêt d’avoir une sacoche et une cape, même si les Lycans s’étaient bien éloignés des affaires de Keela, avec leurs promenades nocturnes dans les montagnes.
La Lune avait encore un léger pouvoir sur les deux lycanthropes : leurs sens étaient encore en effervescence, et leurs crocs visibles…
Eilraet
Chapelier de l'apocalypse
Messages : 7925
Inscription : dim. mars 26, 2006 4:07 pm

Messagepar Eilraet » sam. avr. 15, 2006 7:36 pm

Eilraet se réveilla doucement, dans se grand lit immaculé, mais malgré son sommeil il était fatigué et son corps avait du mal à répondre. Il réalisa soudain son erreur "Au diable l'instinct des loups !" pensa t'il, il avait complétement oublié de se protéger du froid, heureusement Keela avait eu la présence d'esprit de le couvrir de sa cape qui se révelait étonemment chaude malgré le fait que la lycane soit lié au froid, elle devait être ensorcelée. De plus Eilraet était suffisament doué en magie pour protéger son corps de ce genre de problèmes, cela expliquait pourquoi il était si fatigué d'ailleurs, il avait dû passer la nuit a se défendre contre la morsure du froid.
Il s'envellopa dans la cape en essayant de ne pas trop regarder Keela, maintenant qu'il était complétement redevenu humain sa pudeur reprenait le dessus. Pensant à sa propre nudité il se demanda où il allait bien pouvoir trouver de nouveaux vêtements.
Mais il n'eu pas à se poser la question trop longtemps, d'autres avaient été prévoyants pour lui et un loup arriva portant dans sa gueule ses habits. Eilraet voyant ses vieilles loques de tavernier se demanda pourquoi il n'avait pas plutôt pris son uniforme de voleur de rêves, qui en plus était une bonne protection contre les armes les plus légères, mais la tenue de tavernier avait au moins de se fondre plus facilement dans le décor, en tout cas quand il n'était pas recouvert de neige.
Il retira la cape pour se changer et la posa sur la lycane qui dormait toujours, elle n'était pas génée par le froid. Eilraet se demanda en quoi la montagne était si dangereuse, mais il était encore très loin du coeur de la chaîne de montagnes, il n'était pas non plus très haut, enfin relativement à la taille des sommets qui s'élevaient devant lui.
Rosslaew
Pique du LCS
Messages : 3517
Inscription : mar. avr. 04, 2006 9:21 pm

Messagepar Rosslaew » ven. avr. 21, 2006 6:20 pm

Encore quelques secondes...
Oui il étaient tous dans la rivière, mais il fallait attendre qu'ils soient un peu plus profondément dans l'eau, ce serait bête qu'ils se libèrent...
« Maintenant! »
Le cri surprit les mercenaires qui s'arrêtèrent net un instant, qui devait finalement durer car ils sentirent l'eau se geler autour d'eux, leur empêchant tout mouvement.
« Victoire! »
« Assommez ceux qui semblent s'essayer à des incantations, il ne manquerait plus qu'ils se libèrent, je m'occupe de l'interrogatoire, j'ai des choses à savoir. »
Rosslaew s'approcha de l'un des mercenaires, celui qui semblait diriger plus ou moins les autres, car il avait mené l'assaut. Ainsi, c'était celui qui se trouvait le plus profondément enfoncé dans l'eau, la glace lui arrivait jusqu'aux épaules.
« Une mauvaise réponse et je fais monter la glace.
-Je ne parlerai jamais! répondit le mercenaire, en crachant sur Beren.
-Mauvaise réponse, répondit Beren en s'essuyant, pendant que la glace montait sous le menton du mercenaire. Tu ne voudrais pas finir asphyxié par la glace n'est-ce pas? Quelle mort est plus horrible que l'asphyxie? c'est une torture en elle même...
-Tu n'osera pas me tuer
-Mauvaise réponse. »
Cette fois la glace contourna le menton et alla recouvrir totalement le nez du mercenaire.
« Tu n'as plus de joker, comptes-tu parler ou dois-je en finir? »
A ce moment, un de mercenaires proches, tenta de sauver son ami par une incantation, brutalement interrompue par Querdal. Voyant qu'il n'avait plus d'issue, le mercenaire balbutia:
« D'acc.... d'accord, je parlerai, mais dégagez moi la tête par pitié
-Bien, j'étais sûr que nous tomberions sur un accord.
-Que voulez-vous savoir ?
-C'est simple, premièrement, qui vous a demandé de nous traquer ? Qui a mis nos têtes à prix?
-Les vampires vous recherchent, mais ils n'ont pas mis vos têtes à prix pour l'instant, seul la vôtre l'est.
-Et pourquoi ? par qui ?
-Par Lilith...
-Ainsi vous traitez directement avec les vampires?
-Euh non, mais ils mettent le prix donc nous sommes des chasseurs de prime, nous travaillons donc inévitablement pour eux de temps en temps, mais indirectement, nous ne savons pas où ils sont.
-Vraiment ?
-Vraiment, seules des rumeurs disant qu'ils sont partis pour faire d'Ardonmeth leur nouveau royaume, et c'est pour ça que votre tête a été mise à prix, Lilith a peur que vous leviez une armée pour reprendre le trône.
-Le trône ? Mais pourquoi moi? »
A ce moment, profitant de l'étonnement général, une elfe parvint à se dégager de la glace, qui la retenait à peine, d'un coup puissant.
« Ne trahis pas la reine ! »
Et elle lança une dague qui vint s'enfoncer dans la nuque du mercenaire qui mourut sur le coup, puis elle s'enfuit vers la forêt.
Personne ne pouvait la ratrapper, profitant de l'effet de surprise, elle était bien trop loin.
« Tant pis, il faudra que nous restions sur nos gardes, d'autant plus qu'elle a appelé Lilith « la reine ». Je continue l'interrogatoire, je veux savoir pourquoi moi...
Inutile nous ne savons rien, seul le chef approchait les vampires, pour limiter les pertes en cas de problème...
-Bien alors, repartons, c'est la meilleure chose à faire. Où est Turquoise?
-Elle était déjà partie vers la forêt, allons la rejoindre »
Back from the bed !
So many spices, and such riches aplenty ♪
Eilraet
Chapelier de l'apocalypse
Messages : 7925
Inscription : dim. mars 26, 2006 4:07 pm

Messagepar Eilraet » mer. avr. 26, 2006 1:30 am

Quand Keela, a son tour se réveilla, Eilraet avait ramené de quoi manger et s'efforçait d'allumer un feu qui était recalcitrant. Même si il ne savait pas donner vie à une flamme à l'aide d'un simple sort il était tout de même capable d'en aider une à croître, c'était très pratique quand on était le tenancier d'un taverne, malheureusement avec l'humidité qui l'entourait, il n'arrivait même pas à créer l'ombre d'un étincelle, alors de là à l'amplifier pour en faire un feu ... Et puis il ne se sentait plus trop la force d'user de magie, la nuit avait été plus que fatiguante.
-Si tu y arrives je te laisse te servir en premier sur la viande.
Eilraet, affamé à l'idée des morceaux de choix qu'il allait pouvoir dévorer se précipita sur son tas de bois et ajita frénétiquement celui qu'il tenait à la verticale au dessus d'un second entouré d'herbes sèches qu'il avait eu un mal fou à trouver. Dans sa précipitation il glissa et une écharde s'enfonça dans son doigt.
-Aie !
-Tu es redevenu une lavette depuis hier soir ? C'est une toute petite écharde, fait moi voir ça que je l'enlève.
La lycane retira en effet avec dextérité le corps étranger qui faisait tant souffrir le pauvre voleur de rêve. De la plaie qui était ouverte, bien que légère, une toute petite goutte de sang perla. Le voleur de rêve, s'en rendant compte la chassa d'un geste. Il se retourna en direction de ce qu'il esperait être un futur feu quand, curieux du spectacle d'un goutte écarlate sur un sol imaculé il regarda là où son sang était tombé.
-Hey c'est quoi ça !
La petite perle rouge était en train de s'étirer. Quand la tache tenta de le mordre de ses dents toutes récentes, les deux lycans décidèrent prendre leurs distances, tout en s'éloignant Keela demanda, semblant plus amusée qu'autre chose :
-Méduse est de ta famille ?
-Je... Je ne crois pas.
-Faudra que tu m'expliques pourquoi ton sang se transforme en serpents alors.
Mais visiblement elle n'attendait pas de réponse, elle semblait plutôt s'amuser de la frayeur d'Eilraet.
perl -E 'say s/(.*r).*\K/, \l$1.\n/r, ${["Take one down and pass it around. ", "Go to the store and buy some more. "]}[/N/], $::b{$_} // $a, "\n" for reverse sort { $a <=> $b } keys %{ { %::b = map { ($a, $b) = ($_, $a) } map { join "", "$_ bottle", "s" x !/^1$/, " of beer on the wall" } "No more", 1..99 } };'
Keela
Est captivé(e) par la minute reflective de Sam
Messages : 341
Inscription : mar. avr. 04, 2006 8:34 pm

Messagepar Keela » mer. avr. 26, 2006 2:24 am

Keela fixait la goutte de sang sans mot dire, s'amusant en effet de la frayeur du tavernier.
Elle était intriguée par cet être.
Du coup, ses yeux se portaient aléatoirement sur le feu, Eilraet, le serpent de sang.
Jusqu'à ce qu'elle prenne sa dague.
Depuis son réveil, la jeune fille avait repris la forme de la Semi-Elfe de Lock. Une jeune fille aux apparences chétives, très fine, et qui me portait aucune trace visible de la bestialité des Lycans. Mis à part ses yeux.
Cela ne l'empêchait pas de manier la dague avec une certaine dextérité.
Elle s'apprêtait à s'en servir, mais elle entendit des pas. Une Elfe. Les Lycans se tournèrent simultanément dans la direction du bruit, Keela affichant un sourire, Eilraet n'étant pas des plus rassurés.
-Kaitleen.
-Evekran, Keela !
-Je te présente Eilraet...
-En sachant bien évidemment que tu n'aurais pas dû le faire. Soit. On a un léger problème.
-Léger ?
D'un coup d'oeil, elle intima au tavernier de ne rien dire.
-Groj'hf s'est fait tuer. Certains autres aussi. Et le reste de la troupe est arrêtée par TA cible.
-Hum... contre-temps, imprévu, ca arrive.
-Groj'hf est mort de mes mains, il allait vendre la mèche.
-Facheux, mais tu as empêché le pire.
-A QUOI JOUES-TU, BON SANG ?
Keela arqua un sourcil, demeurant un instant silencieuse :
-Ca doit bien faire mille ans qu'on travaille ensemble, est-ce que je t'aurais décue une seule fois ?
-... non...
-Alors aie confiance en moi. Et sincèrement, Groj'hf n'est pas une lourde perte, s'il allait nous trahir... Maintenant reprends le plan, et éloigne-toi de moi.
-Keela. Fais attention.
La Lycane envoie sa dague sur le serpent de sang :
-C'est gentil de s'inquièter.
L'Elfe s'en va, laissant les deux Lycans seuls.
Keela s'approche de sa victime, puis annonce :
-Tu as faim de serpent ? A moins que cela ne te dérange de te manger toi-même...
Elle s'installe près du feu, l'air absent... Et le silence qui les entoure, souligné par les neiges, semble montrer le malaise de Keela.
-Tu penses que l'ont peut faire revivre un souvenir ?
Arkan
Chante en Mogwai
Messages : 829
Inscription : jeu. avr. 06, 2006 12:46 pm

Messagepar Arkan » jeu. avr. 27, 2006 11:39 pm

Appuyé sur l'épaule d'Anya tandis que le groupe s'aventurait dans la sombre forêt, Kalito se sentait pathétique. Il avait oublié que le corps qu'il empruntait à son ami n'était pas habitué à des sorts aussi puissants, et celà aurait très bien pû faire rater toute la stratégie. En effet, le sort n'avait duré que très peu de temps et les invoqués étaient très faibles... Mais l'once de frayeur que Kalito avait insuflé en leurs ennemis avait suffit à les faire reculer. Mais maintenant il était complètement vidé de son energie, et devait se reposer sur l'épaule de son disciple pour marcher, comme cette situation le mettait mal à l'aise !
Mais bon, tout avait fonctionné, et malgré la fatigue qui emplissait son être, Kalito avait pû remarquer les coups d'oeil impressionés et reconaissants de ses compagnons. Et celà lui suffisait.
Mais il avait aussi remarqué les silences pesants, les comportements quelque peu méfiants de ses camarades à son égard. C'était le prix à payer, ce que tout nécromancien, de n'importe quel camp ou branche, devait supporter.
Tant pis.
Seule Anya l'avait touché sans aucune crainte, elle qui le portait sur son épaule, ne se méfiait pas de lui, et il lui en était très reconnaissant.

Ils étaient arrivés dans une clairière quand Kalito pû de nouveau marcher seul. Ce corps unique n'était peut-être pas habitué à de très grosses charges de magie, mais il n'en était pas moins l'enveloppe la plus sophistiquée qu'il avait jamais pû contempler...
Eilraet
Chapelier de l'apocalypse
Messages : 7925
Inscription : dim. mars 26, 2006 4:07 pm

Dialogue à un

Messagepar Eilraet » sam. avr. 29, 2006 1:25 am

-Faire revivre un souvenir ? Je ne suis pas sûr de comprendre ta question mais ... Un souvenir ça sert à ça justement, faire revivre, c'est grace aux souvenirs que ceux qui importent pour ne nous quittent jamais réellement, c'est une chose merveilleuse que le souvenir. Après tu penses peut être que ce n'est pas assez réel, que ce n'est qu'une pâle copie de la réalité, c'est aussi quelque chose de propre à nous autres humains, enfin être doués de conscience, plus nous avons plus nous voulons, on ne sait pas se contenter de ce que l'on a. Enfin, je suis le premier à toujours demander plus je n'ai pas vraiment de leçon de morale à donner. Toujours est il que tu as autre chose qui te permet de revivre tes souvenirs, tes rêves sont aussi là pour ça, pour garder en toi ce qui te détermine, le tout c'est de savoir ne pas les oublier et de savoir les aiguiller à sa guise... je t'apprendrai si tu veux.
Eilraet avait répondu tout cela d'une traite, sans vraiment y penser, quand son esprit était ailleurs, quand il se rapella ce qui l'avait dérangé il demanda :
-Mais mon sang qui se transforme en serpent, cela ne t'a pas étonné plus que ça ?
-Avec un nom pareil je me doutais bien que tu étais lié aux serpents, Eilraet, c'est un nom de serpent après tout... et puis regarde bien, il n'y a pas de serpent.
Le voleur de rêves regarda en direction de l'endroit où il avait vu l'animal.
-Mais ! Mais ! C'est impossible ! Je ne suis pas sujet aux hallucinations normalement ! Elles sont trop liées aux rêves !
-Soit tu as changé, soit ça n'était pas une hallucination.
Elle disait cela d'un air totalement détaché, elle avait certainement compris que l'épreuve ne lui était pas destinée à elle.
-De quoi parlais tu avec l'elfe tout à l'heure ? Ta cible ça n'est quand même pas Beren j'espère ! Et puis qu'est ce que c'est cette apparence ? Qu'est ce qu'il t'arrive ?
Mais la montagne, dont Beren n'avait pas précisé les dangers décida de leur montrer sa puissance et une tempête de neige commença, éteignant le feu et rendant toute communication impossible.
perl -E 'say s/(.*r).*\K/, \l$1.\n/r, ${["Take one down and pass it around. ", "Go to the store and buy some more. "]}[/N/], $::b{$_} // $a, "\n" for reverse sort { $a <=> $b } keys %{ { %::b = map { ($a, $b) = ($_, $a) } map { join "", "$_ bottle", "s" x !/^1$/, " of beer on the wall" } "No more", 1..99 } };'
Rosslaew
Pique du LCS
Messages : 3517
Inscription : mar. avr. 04, 2006 9:21 pm

Dans la forêt

Messagepar Rosslaew » mar. mai 02, 2006 10:30 pm

Beren s'appuya sur un arbre un instant. Les autres s'arrêtèrent aussi, attendant les instructions du chemin.
"Hum.... C'est par là!"
Il n'avait pas osé avouer sa fatigue, s'ils perdaient du temps Keela, Eilraet et Gorgorbé arriveraient en avance, et un groupe aussi restreint, même s'ils sont puissants, seraient trop démunis si les dragons les trouvaient, ils ne voudraient peut-être pas parler à des non-ardhonniens. Toutefois, il avait beaucoup utilisé sa magie, et bien qu'il ait suivi un entrainement intensif, il n'était pas un mage de bataille, il restait un scientifique. Et avait un pouvoir approprié pour protéger le reste du groupe du souffle des dragons, même s'il était très dangereux pour lui.

Mais sa fatigue le laissait dans un état de faiblesse, et même si sa race avait l'habitude d'aller dans les forêts, lui avait passé trop de temps dans les bibliothèques, et n'avait pas autant d'aisance qu'avant. Et il était faible et assez vulnérable.

Awilan trébucha sur une souche, et Beren alla l'aider à se relever, il était couvert, d'une poussière marron.
"Tu n'as vraiment pas de chance, lui fit remarquer Kalito qui commençait enfin à être bien valide, le sol est couvert de feuilles et tu tombes juste là où il n'y en a pas"
Awilan rougit jusqu'aux oreilles et tout le monde éclata de rire. On peut dire que le groupe était soudé! En repartant, Turquoise vit des sortes de vesses-de-loup écrasées là où était tombé Awilan. Comme à son habitude, elle ne dit toutefois rien, mais son sourire qui restait de l'histoire d'Awilan prit une apparence presque effrayant à la lumière da la pleine lune qui perçait à travers les feuillages et qui rendait son visage plus pâle que jamais.

Beren était trop fatigué, il n'en pouvait vraiment plus, et ce fut à son tour de chuter comme Awilan, et pareillement, il tomba sur les sortes de vesses-de-loup.
Il prit quelque temps pour reprendre ses esprits, et quand il leva les yeux à nouveau, il se vit entouré de vampires.
Il se releva pour leur faire face, mais même relevé les vampires lui semblaient toujours aussi grand, deux fois plus grands que lui même.
"Allez vous-en!"
Ils n'étaient pas seuls, d'autres étaient avec eux, un petit groupe d'humains
"Brûlez-tout, dit un vampire assez jeune, il ne doit rien rester de cette bibliothèque, et tuez les opposants"
Le chef des humains s'approcha du vampire
"Bien, notre alliance semble avoir satisfait votre partie du traité, maintenant allez-vous m'aider à attaquer Ardhonmeth comme promis?
- Lilith m'a personelle chargé de vous dire qu'elle sera ravie que vous combattiez à ses côtés
- A ses cotés ? N'étaitce pas l'in..."
A ces mots le vampire se jeta sur l'humain et en fit une goule. Les autres vampires firent de même avec les humains qui l'accompagnaient.
Beren assistait à la scène en se cachant dans un coin, complètement apeuré. Que se passait-il? Où était la forêt? Où étaient les autres?
Le vampire reprit:
"Maintenant que vous êtes des nôtres vous comprendrez qu'on ne peut refuser un ordre de Lilith. Vous aurez notre appui pour la bataille, mais vous comprenez, nous ne pouvons pas nous battre en plein jour, alors lilith a pensé que vous pouviez faire la guerre pour elle."

Beren n'en pouvait plus. Le roi des Eilogiad aurait donc été manipulé par Lilith dans cette guerre? Mais alors, où était-il? Dans un souvenir? Il frappa autour de lui, et les murs étaient durs. Non ce n'était pas un souvenir, il fallait qu'il s'enfuie!
En chemin il croisa une fillette qui semblait perdue.
"Viens avec moi c'est trop dangereux"
Et malgré sa fatigue il prit la fillette sur les épaules et s'enfuit discrètement de cette bibliothèque.


Pendant ce temps, le reste du groupe regardait Beren, incrédules. Il s'était recroquevillé dans des fougères, avait tapotté dans un arbre et maitenant il avait attrappé Turquoise et courrait maintenant avec elle dans la forêt. C'était donc là le pouvoir de ces champignons... Ils devaient maintenant s'attendre à en subir aussi les effets
Dernière édition par Rosslaew le jeu. mai 04, 2006 9:23 pm, édité 1 fois.
Back from the bed !
So many spices, and such riches aplenty ♪
Keela
Est captivé(e) par la minute reflective de Sam
Messages : 341
Inscription : mar. avr. 04, 2006 8:34 pm

Messagepar Keela » mer. mai 03, 2006 4:03 pm

Keela s'apprêtait à répondre à Eilraet. Ensuite, elle ne savait même pas si elle allait dire toute la vérité, une partie seulement, ou un mensonge. Cependant, la neige semblait venir à sa rescousse. Une tempête, ce n'était pas cela qui la dérangeait réellement : elle vivait par la glace.
La présence du tavernier, par contre, n'était pas conseillée. Eilraet, chasseur de rêve, lycanthrope, ou pas, n'avait pas vraiment de possibilités de combattre cet élément. A part courir, peut-être.
Même un loup aurait du mal à aller assez vite, si cela tourne mal.
Et les yeux bleus de la Semi-Elfe de Lock se mirent à briller légèrement, et elle prit la main d'Eilraet, pour le forcer à la regarder.
Le son ne sortait pas de ses lèvres, mais il pouvait reconnaître la langue des Lycans. Elle lui demandait de courir, le plus vite possible, et de se servir de son instinct pour leur trouver un abri.
Vite, très vite.
Il s'en alla, suivant les ordres de la Lycane, puis celle-ci ferma les yeux.
Une avalanche. Cela faisait longtemps qu'elle l'avait senti venir. Et il manquait du temps. Beaucoup de temps. Alors elle sortit sa dague, et commença à dépecer son bras gauche, silencieuse. Le regard vide, elle fixait le sang et les morceaux de chair qui tombait sur le sol. Et son aura s'intensifiait, toujours plus. La chute de la neige autour d'elle prenait des angles impossibles, mais elle s'en moquait. Autant que la douleur.
Tout était nécessaire.
La neige apparut à ses yeux d'Elfe. Elle sourit légèrement, puis planta la dague dans sa chair, avant de tendre le bras, murmurant :
-Ecoutez-moi... juste un instant...
C'était dangereux... Elle se souvenait des mots de son père : "nous avons de la force, nous sommes liés à la neige. Mais nous opposer à sa colère, c'est se vendre à elle... elle se vengera. Nous n'obtenons rien de la glace sans lui donner quelque chose en échange." Oui, un commerce équitable. Certains dons ou magies fonctionnent ainsi. Le Lycan devient puissant, mais aussi bestial et doit donner son âme à la Lune.
Pour un simple sort de glace, il fallait donner sa chair.
Pour ralentir une avalanche -Keela s'en doutait-, il fallait certainement plus.
Certainement...
L'essentiel, pour l'instant, était que le sort fonctionnait : l'avalanche ralentissait. Une lame immense, venue des Enfers, qui ralentissait au fur et à mesure qu'elle avançait vers la jeune fille de Lock. Vers une légende.
Keela se demanda soudainement pourquoi elle faisait cela, elle qui avait montré jusqu'ici un fort égoïsme. Sauver Eilraet ? Pourquoi ?
Elle soupira.
Pas le moment de se poser la question. En même temps, elle l'avait mordu...
Elle trembla : elle ne pourrait plus tenir bien longtemps. Dès lors, elle récupèra sa dague, après avoir retiré son bras, l'avalanche pouvant reprendre ses droits.
Un Elfe pouvait marcher sur la neige sans s'y enfoncer. Un Semi-Elfe avait lui aussi une marche facilitée, mais pas à ce point, ne s'y enfonçant que légèrement. Mais son côté Humain était celui d'un habitant de Lock. Donc sur cette démarche, cela lui donnait autant de chances qu'à un Elfe... A ceci près que, pieds nus sur la neige, les genoux légèrement fléchis, elle glissait.
De plus en plus vite, dépassant de très peu l'avalanche, elle se dirigeait vers l'abri trouvé par son compagnon.
Elle entra dans une grotte, mais un instant trop tard, sa main droite se retrouvant broyée, entre la paroi de pierre et la vague dangereuse de la glace.
Un gémissement. Se faire broyer le bras n'était pas réellement agréable. Même si son bras gauche avait repris une apparence normale, le bras ne ressemblant plus qu'à un bout de chair meurtrie et sanglante à laquelle se mêlait des morceaux d'os.
Et ce n'était pas tout.
La neige avait bloqué la sortie de la grotte.
Très, très mauvaise chose. La Lycane laissa échapper quelques jurons peu recommandables en Humain, puis se mit à trembler.
Son regard presque hystérique, alors que sa voix se mourrait, laissait imaginer le réel problème :
Keela était claustrophobe. Un mélange de Lycan, d'Elfe aimant la liberté, et d'Humain vivant dans des grands espaces, ce n'était pas très habitué aux espaces réduits.
Elle respirait bruyamment, l'esprit ailleurs, les yeux fermés. Ses crocs mordaient sa lèvre inférieure, faisant couler son sang maudit.
Keela ne brillait presque plus de son aura.
Elle souffrait, visiblement.
Et cet état mental -ou la gravité de sa blessure- rendait impossible sa guérison.
L'alouette
Milite pour l'alca torda
Messages : 36
Inscription : dim. mars 26, 2006 5:06 pm

Messagepar L'alouette » jeu. mai 04, 2006 9:15 pm

Beren, halluciné, traça les sillons du bois pour enfin s’étouffer brusquement dans les feuillages. Il continua ainsi sa course pendant plusieurs minutes, jetant de vifs regards sur ses pas effrénés, comme si une menace le poursuivait.
Turquoise ne comprit la situation que lorsqu’une lourde branche heurta de plein fouet son visage. Son accès de sang de tout à l’heure semblait s’être stabilisé, mais la lune n’en avait plus que pour quelques heures à être pleine, et cette soudaine crise de la part de l’elfe prit une tournure des plus intéressantes. Beren, dans ses chimères, prit une force considérable, et à serrer comme sa propre vie les jambes de la fillette, il aurait pu les arracher…

« Tiens bon ! » criait il à son écho « On leur échappera, n’ait crainte, je t’en fais la… »

Claquement, dans un bruit sourd ; la main de Turquoise se brisa contre le crâne de l’elfe, qui tomba lourdement sur le sol, entraînant l’enfant avec lui.

Aux sous-bois, seuls quelques clairs de lune passaient, entre deux nuages noirs sur les arbres agités, Beren se leva péniblement, encore étourdi de son coup, et de son étrange charme. Tâtonnant l’obscurité, il trébucha sur le corps de Turquoise par terre.
« Qui…Qui est là ? » Il reprit conscience de son rêve, et repensa immédiatement à sa fuite de la bibliothèque, aux vampires à sa poursuite...et à la pauvre enfant.
La scène s’éclaircit soudain, et le vent, qui était pourtant si froid et violent, s’adoucit pour mieux s’éteindre.
Turquoise s’était redressée ; un mot s’échappa :
« Rosslaew ! »
L’elfe se tourna hagard, se frottant les yeux – se confondant entre rêve et réalité.
« Tu…Turquoise…Mais…Que fais tu donc là ? Il y a des vamp…et…Les autres…Où sont les autres ?! Il faut leur dire ! Des vampires nous poursuivent ! Et la Bibli…Où sommes… »
La fillette ne retint pas son coup, qui fouetta l’air empourpré pour s’éclater violemment contre le visage de l’elfe, perdant l’équilibre pour chuter de nouveau.
Elle déchira un bout de sa robe avec une espèce de lame sortit de son sac, et banda avec sa main, devenue rouge.

Un lourd mais exaltant sentiment d’ivresse gagna le cœur de la fillette, et au fil que la nuit traçait, les caprices délicieux de l’Esprit se ressentaient toujours plus forts. Comme un rythme dans l’ébène, Turquoise se laissait gagner par la mélodie. Cette cadence mystérieuse qui faisait vibrer son sang à elle seule…
Elle en avait une nausée de joie.
La trace d’Awilan s’estompait peu à peu, comme celui des autres aventuriers. Devant elle, il n’y avait que cet elfe de sang bleu, déjà à moitié fou…Elle aurait ri.

Mais dans la cadence de l’ivresse, il y avait comme un bruit, croissant de plus en plus grave, de plus en plus présent, de plus en plus proche…La musique cessa.
Une lame transperça l’épaule de Turquoise s’interposant afin de ne perdre l'elfe.
Un mercenaire.
Rosslaew se comprenait avec peine, mais l’effet des plantes commençait à s’émousser. Quant à la scène, il vit Turquoise tituber, puis disparaître aussitôt, laissant derrière elle une grande flaque de sang.
Il lui avait semblé entendre un troisième individu, mais tout restait flou…et pourquoi il se retrouvait seul, avec la fillette…Et avec quelle force, elle avait réussit à le mettre à terre ! Quoi qu’il en soit, le choc lui remit son esprit un peu en place.

Il resta ainsi déboussolé, essayant de se remémorer exactement l’heure passée, quand une ombre sortit des buissons. Instinctivement, il dégaina sa dague. Mais à mesure que la forme grandissait, une profonde détresse s’empara de lui. A quelques mètres, il vit un visage – que le calvaire ne pourrait transcrire -, une épave humaine, entre de larges plaques de fer enfoncées dans une chair meurtrie, un corps rampant, et des yeux inhabités ; si la pitié avait un nom…
Avant de comprendre ce qu’il restait du guerrier, un autre corps fonça sur ses traces, et le déchira littéralement en deux.
Il y avait comme un cri, qui se répercuta, et se répercuta encore dans le silence – un sifflement contenu.

L’elfe posa sa garde devant le tant étrange que horrible spectacle. Il n’y avait aucun sentiment de haine, ou de fureur, si inhérents aux pires des carnages. L’atmosphère semblait même sereine - le calme d’une mer paisible. L’on était comme bercé d’une douce aura de plénitude et de satisfaction.

Son regard s’ouvrit, lorsqu’il croisa entre deux entrailles, le pantin de Turquoise, inerte et inoffensif. A quelques pieds de là, sortant à son tour des fourrés, sa maîtresse chancelait, comme une araignée. Le corps affreusement mutilé, mais le visage clair. Elle souriait.
Anya

Messagepar Anya » dim. mai 07, 2006 6:31 pm

Le regard étonné d'Anya croisa celui de Querdal, aussi incrédule qu'elle. Le départ précipité de Beren et de Turquoise, alors que l'elfe hurlait des choses incompréhensible à propos de vampires et de bibliothèque, et que la petite fille avait un comportement encore plus étrange que d'habitude avait laissé Awilan, Querdal, Kalito et Anya complètement abasourdis. Paralysés de surprise, ils n'avaient pas bougé. Kalito, toujours aussi faible, reprenait lentement des forces, tandis qu'Awilan, une étrange angoisse mêlée d'étonnement dans les yeux, dévisageait les deux guerriers à tour de rôle, dans l'espoir d'obtenir une explication, une solution, quelque chose qui ne le laisse pas seul face à la situation étrange dans laquelle les quatre compagnons se trouvaient. Anya regarda encore Querdal, interrogatrice. Celui-ci lui rendit un coup d'oeil entendu. Il lui laissait le commandement, et la responsabilité de la situation. Pas plus enchantée que ça par cette perspective, Anya déclara, d'une voix qu'elle voulait rassurante:
"- Bon, il est évident que nous ne pouvons pas rester ici... L'accès de folie de l'elfe a bien dû être provoqué par quelque chose. Il faut donc avancer. "
Querdal aquiesca:
"- Très bien. Alors, où allons-nous?"
"- Et bien, avant sa crise, Beren nous a indiqué le chemin. je propose qu'on continue par là", dit-elle en montrant la direction désignée quelques moments plus tot par l'elfe.
"- D'accord, moi, ça me va...", répondit Querdal. "Awilan?"
Le jeune voyageur, soulagé d'avoir quelqu'un à suivre, opina vigoureusement du chef, prêt à tout pour s'éloigner d'un endroit qui lui faisait peur.
Anya se pencha vers Kalito, qui, épuisé, s'était assis sur une souche.
"- Kalito? Tu vas bien?"
"- Oui, ça devrait aller... Je..."

La voix du nécromancien se fit plus lointaine, et Anya ne comprit pas ses derniers mots. Intriguée, elle leva les yeux vers lui, cherchant à comprendre ce qu'il disait. Ses lèvres bougeaient, il formait des mots, mais c'était comme si l'esprit d'Anya ne voulait pas entendre, et elle ne parvenait pas à capter le son de sa voix...
Etonnée, elle se redressa, regarda tout autour d'elle... elle n'entendait rien... aucun des bruits habituels de la forêt ne lui parvenait. Paniquée, elle chercha le regard de ses compagnons, mais ceux-ci avaient disparu.

De plus en plus effrayée, elle déroula son fouet d'une main tremblante, pas plus rassurée pour autant. Soudain, une voix s'éleva derrière elle, la faisant sursauter.
"- Ayhan! Comme on se retrouve! Tu m'as manqué!"
Lentement, elle se retourna, craignant le pire. Elle connaissait cette voix, bien trop...
Sur la souche où se tenait auparavant Kalito était assis un Aelf d'une quarantaine d'années, brun aux yeux bleus. Son regard glacial était fixé sur elle, transperçant son âme, faisant revivre toute l'horreur de ses souvenirs d'enfance... Tørgud... Son père adoptif... Son bourreau...
"- Tu ne m'as pas oublié, j'espère, Ayhan chérie?"
Paralysée par son angoisse d'enfant, Anya se sentait redevenue une petite fille impuissante, offerte à la merci de cet Aelf qu'elle haissait et qu'elle craignait par dessus tout... Ses yeux verts se remplirent de larmes.
"- Non... Non... Tu n'as rien à faire ici, tu ne peux pas être là... Je suis partie, tu es resté là-bas... Maman est morte, tu n'as pas le droit... tu ne peux pas... Je suis partie..."

L'Aelf se leva, la dominant de sa haute taille. Un sourire bienveillant étira ses lèvres minces, démenti par la cruauté de ses yeux clairs...
"- Oui, chérie, tu es partie... Tu m'as laissé tout seul après la mort de ta mère... Est-ce là l'attitude d'une bonne fille? Ne t'ai-je donc pas appris comment une gentille fille doit se conduire avec son père?"
"- Tu n'es pas..." murmura Anya d'une voix faible...
"- Ne dis pas de bêtise, Ayhan... Tu sais très bien que je suis le seul père que tu as... Je suis la seule famille qui te reste ! Et toi, tu es partie comme une criminelle, tu m'as abandonné sans me dire au revoir... Tu n'as donc aucun amour pour moi? Après tout ce que j'ai fait pour toi... Tout l'amour que je t'ai donné... Est-ce que ça n'était rien pour toi? Petite ingrate!"

Paniquée, Anya recula d'un pas. Elle ne pouvait supporter le regard de celui qui avait ruiné son enfance, détruit sa jeunesse, bafoué son innocence. Il s'avança vers elle, menaçant. Toute trace de bienveillance avait disparu de son visage, il n'était plus que colère. La jeune fille se mit à trembler, de peur, de colère, d'impuissance. Tout allait recommencer... Comme quand elle était petite... Elle ne pourrait rien faire pour lui échapper...
Il recommença à parler, sans élever le ton, d'une voix douce et égale.
"- Je te donne une dernière chance, Ayhan, ma chérie. Viens avec moi, rentrons à la maison, tous les deux... Comme une fille et son père..."
Ce dernier mot éveilla une voix dans l'esprit d'Anya. Père... Etait-il vraiment son père? Pas biologiquement, certes, mais il avait épousé sa mère... Devait-elle donc le reconnaitre comme tel?
NON !
Ce dernier mot avait éclaté dans son esprit comme une bulle de savon qui explose. Plus jamais elle n'accepterait d'être livrée à ce monstre, à ce pervers dégénéré! Elle préférait mourir que de se retrouvée encore une fois soumise à la volonté de ce malade!
Lentement, sa main droite, celle qui tenait fermement le long fouet de cuir tressé, se leva. Le regard vert d'Anya, impitoyable, fixa les yeux bleus de son bourreau, un peu inquiet de ce revirement.
"Plus jamais." la voix de la jeune fille était douce et posée, mais empreinte d'une détermination inébranlable.


Au pied de la souche, quelques petits champignons écrasés laissaient échapper une substance étrange...


La fouet claqua. La peau du visage de Tørval se déchira, s'ouvrit, pour laisser couler un flot de sang, de la tempe à la joue...

Revenir vers « Souvenirs de taverne »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité