Journal des rêves !

Sous-forum destiné à receuillir les conversations qui ne trouvent pas leur place ailleurs, vous pouvez vous y présenter sous l'identité de votre personnage.
Yohko
Invoque une méthode de classe
Messages : 2327
Inscription : ven. mars 28, 2008 3:36 pm

Re: Journal des rêves !

Messagepar Yohko » mer. janv. 27, 2016 11:04 am

J'achète ! x)
"We are the Dark Knights for justice. Because as children we were nursed on the milk of justice, and as we grew up we acquired a taste for justice. Now as we get older we once again desire the taste of justice... but we cannot find the milk! So we go to Starbucks! And we get a coffee! But it's not the same thing! IT SUCKS! WHY DID I ORDER THIS!? IT'S TERRIBLE! And now you all understand what our mission is. And. What. We. Must. Do."
— Lelouch/One, Code MENT
Jalina
Zinzinule
Messages : 2743
Inscription : dim. janv. 07, 2007 1:54 am

Re: Journal des rêves !

Messagepar Jalina » mer. janv. 27, 2016 11:41 am

Mais tout ça c'était un rêve? Parce que du coup, tu t'es réveillé en te disant "trop bien ce scénar de film!?" ou "j'ai un peu envie de pleurer en me balançant d'avant en arrière pour avoir vécu tout ça cette nuit?" :P (enfin j'ai tendance à être très actrice de mes rêves et il n'est quand même pas très joyeux joyeux Oo)

:hug:
Azrael
Mange une tomate
Messages : 403
Inscription : sam. janv. 01, 2011 12:00 am

Re: Journal des rêves !

Messagepar Azrael » mer. janv. 27, 2016 12:12 pm

Oui tout ça c'était un rêve.

Jalina a écrit :tu t'es réveillé en te disant "trop bien ce scénar de film!?" ou "j'ai un peu envie de pleurer en me balançant d'avant en arrière pour avoir vécu tout ça cette nuit?"


Les deux à la fois ça compte ? :lol:
ça m'a fait un peu le même effet que la fois où mes parents m'ont autorisé à aller voir le 6eme sens à sa sortie ciné quand j'avais 10-11 ans.
J'avais trouvé le scenar brillant même si ça m'avait rendu tout fblflblfblbflbflfblle durant la semaine qui a suivit, ça m’empêchait pas de dormir mais j'ai 2-3 scènes du films qui se sont gravées dans ma mémoire à force de se répéter en boucle dans ma tête.
Et comme c'était le premier film de Shyamalan que je regardais, la fin m'a littéralement scotché tellement j'étais pas habitué à ce genre de retournement scénaristiques.

Sinon, oui je aussi suis souvent le protagoniste de mes rêves, mais là, bizarrement. J'étais content que ça ne soit pas le cas. :mrgreen:
«A chaque minute naît une poire.» Phineas Taylor Barnum
Querdal
Attend à Courcourgette
Messages : 7934
Inscription : jeu. avr. 06, 2006 1:12 pm

Re: Journal des rêves !

Messagepar Querdal » mer. janv. 31, 2018 5:51 pm

J'ai un chien depuis une semaine, il s'appelle Alex. Ces dernières nuits, je me souviens surtout avoir revé de pipis sur le carrelage, sur le lit ou sur des trucs très chiants à laver. Mais cette nuit non !

J'avais rencontré un type dans la coloc d'étudiants d'où je vous écris, et j'en étais arrivé avec lui au constat que j'avais pu assez de fric pour continuer mon voyage. Pour ses propres raisons je sais pu lesquelles, il m'a aidé à monter un coup : on a décidé d'attaquer un train. Comme dans un western (aux chiottes ya une pub qui traine, pour des poelées de légumes surgelées ambiance "Western" sur l'emballage) ou un Fast & Furious (je repense à des images du 4, mais à mon avis c'est plutot lié au doublage italien de No Pain No Gain que j'entendais depuis la pièce voisine au moment où j'essayais de m'endormir).

Mes souvenirs commencent pendant la scène style Michael Bay, non pire, Paul W. S. Anderson, de l'attaque du train. Sous un soleil éclatant qui fait péter les couleurs, sur une voie ferrée faisant toute la crete d'une colline artificielle dessinant des lacets dans une zone boisée, moi et mon pote on arrive de front face au train en pleine course. On slalome autour, ça se trouve on grind aussi un peu sur le toit je sais pu (je sais pas comment on se déplace, peut-etre les bottes volantes de Channing Tatum dans Jupiter's Ascending), et on attrape le wagon de queue avec un espèce de grapin laser. Le wagon se détache, tombe sur un flanc tout en continuant sa course jusqu'à s'arreter dans un nuage de poussière. La scène tellement too much que j'en garde peu de détails, hormis une explosion continuelle d'effets séciaux pendant quelques minutes.

Je contourne le wagon, et vois arriver derrière deux bagnoles de carabinieri (qui roulent donc sur le chemin dfer, absolument). Déterminé et sans interrompre ma "glisse", sur une trajectoire fluide, je dégaine de qui sait où un très long fusil orné de plein de gadgets et de décos bling-bling, type arabesques gravées à la Final Fantasy XIII. Je l'ai à peine saisi à deux mains que les carabinieri s'arretent en faisant des dérapages chacun de leur coté, pour former un V et me bloquer la route, et sont déjà sortis avec en main des fusils manifestement encore mieux que le mien. Immédiatement un fourgon débarque derrière eux, s'arrete dans un dérapage à 180° extremement précis, ses portes de derrière s'ouvrent, quatre furieux en gilets pare-balles descendent et je vois accroché aux murs un arsenal de guerre complètement délirant. Je sais pas où est passé mon pote, mais avec un grognement j'admets m'etre laissé piéger (ben fuis par les cotés débile, c'est de la foret à perte de vue !). Je mets lourdement un genou à terre (ça fait genre boum), puis le deuxième, et les mains derrière la tete.

À partir de là, en somme l'arrestation se passe bien : les flics qui avaient l'air de cinglés fanatiques deviennent des gens tranquilles, le béret l'insigne le girophare qu'on a oublié de couper et qui tourne toujours sur un toit, deux qui bossent et les autres qui discutent en formant un rond, les uns avec un café, les autres bras croisés assis sur un capot. Série policière française (années 90). La nénette qui remplit avec moi la paperasse blague sur la taille de mon sac (je me souviens pu l'avoir eu au dos pendant l'attaque). Moi jme dis merde, voyage terminé pour de bon, fric ou pas. Ou alors quand je sortirai de tole, je sais pas dans combien de temps...

Ellipse, je suis dans une grande pièce de la prison où attendent les prisonniers avant d'y etre "admis". Je sais pas très bien ce que j'attends, les gens qui m'ont amené là ont disparu dans une autre pièce. J'ai posé mon sac sur un banc au centre, je regarde autour de moi. Les murs sont sales, tout est sale. Et sombre, grisatre. Je rencontre un mec qui se balade là en serviette, cheveux mouillés : grand, baraqué, large d'épaules, peau très pale, cheveux blonds courts. On échange quelques mots, il parle pas très bien italien alors j'essaye en anglais. Mais je m'aperçois que je sais pu parler anglais. En quelques mots, je comprends que c'est un détenu de la prison. Il a l'air très gentil. Jme rends compte qu'y a beaucoup de vapeur dans la pièce. Le type retourne sous la douche, je me prends quelques gouttes. Je me retourne, mon sac est toujours sur le banc. Certaines de mes affaires sont sorties, notamment ma veste softshell et ma doudoune sans manches. Elles se prennent des gouttes par les autres mecs qui sont en train de prendre leur douche à coté, la doudoune commence à etre bien trempée d'un coté. Merde non, pas celle-là !!! Merde merde merde si je nique ma doudnoune ça va etre beaucoup plus compliqué quand je vais pouvoir enfin reprendre le voyage !

Et je crois que c'est à peu près à ce moment que j'ai entendu mon réveil... :D
Il n'y a qu'un âne qui s'appelle Querdal.
Alecto
Freya la victorieuse
Messages : 5858
Inscription : dim. janv. 07, 2007 11:13 pm

Re: Journal des rêves !

Messagepar Alecto » dim. févr. 04, 2018 2:37 pm

J'avais quelques photos de retard sur Facebook. Alex ! Il a une bonne tête.
Tes rêves sont très détaillés ! Ou plutôt, tu te souviens vraiment bien des détails.
Dans le dernier rêve dont je me souviens, ma prof de russe et une ancienne collègue de quand je travaillais au collège en Bretagne ont débarqué chez moi à 7h du mat, j'étais pas encore réveillée. Elles se sont installées dans ma salle de bain parce qu'il y avait une table et c'était plus confortable pour travailler. J'étais un peu déboussolée parce qu'encore dans le pâté, et je n'arrivais pas à leur faire comprendre que je voulais savoir comment elles avaient eu ma clé (c'était en russe, mon vocabulaire est un peu limité). Une heure plus tard elles y étaient toujours, et moi je devais partir sans avoir pu prendre ma douche, ni me brosser les dents. Je me suis réveillée au son de ma voix qui répétait мне пора, мне пора! (je dois y aller maintenant !)
Svetlana, ma prof, a été amusée)

Revenir vers « Autour d'une bière »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité